Taoufik Ben Brik
Journaliste et écrivain tunisien
Abonné·e de Mediapart

14 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 oct. 2021

Kaïes Saïd, Le Messager d’Allah

Les Tunisiens, poussière d’individus, voient le monde tel qu’il est et disent : « Pourquoi ? ». Seul le Raïs K. Saïed, descendant direct de Boussaâdia l’arlequin, 63 ans et soixante troisième du nom, voit le monde tel qu’il pourrait être et dit : « pourquoi pas ? »

Taoufik Ben Brik
Journaliste et écrivain tunisien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Soutien à TBB

Est-ce que le Raïs a dit ça, la nuit du 25 juillet 2021, cloîtré dans son cagibi, à un parterre de Généraux des trois armées, en fomentant son coup d’Etat? Est-ce qu’il a dit ça, le 22 septembre 2021, lorsqu’il a dépecé la constitution pour maintenir ses mesures d’exception et instaurer sa dictature 1ère.  Le pouvoir mort ou vif.

Bien sûr, on aurait pu vous présenter des « pourquoi pas ? » des plus saignants, des plus salauds, des plus bourreaux, des plus pornos, des plus torturés, des plus masos, des plus ensanglantés. On en reste là. Sur votre Gargantua. Car la question qui torture les Tunisiens depuis que Saïed a fait son hold-up, est ailleurs : on a cassé l’œuf pour en faire une omelette, mais avec cette omelette, comment en faire un œuf ? Kaïs est dans le secret. Ce n’est pas parce qu’il est l’élu, mais parce qu’il est le seul, l’impair. Le dernier des Mohi…Un président d’avant les présidents. Un président qui vient d’une autre planète et brûle en une heure ce que, nous,  immortels brûlons en une décennie. On lui doit tout : l’éradication des intégristes, le démantèlement    du parlement, la mise au pas des fortunés, le vaccin anti-covid, le don de la Banque Mondiale, la baisse du poulet de batterie, le pétrole, le sel, le ciment, le fer, la dignité retrouvée, la pluie promise, sauf peut-être la fuite de Ben Ali, pour qui il a roulé sa bosse comme un costaud de la smala.

Saïed un homme parmi les hommes ? J’en doute. Il est initié à camoufler ses atouts, ses goûts. Il avance affublé d’un faux nez. Cet homme est un mutant. Il se suffit à lui-même, telle une cellule qui s’engendre d’elle-même. Son monde est à mille bornes au-dessus de nos têtes et à vingt mille lieux sous la mer, un Atlantide, un sixième lieu où on ne fait que des rencontres de troisième type. Un autiste qui ne partage rien avec nous, sauf peut-être la roublardise, un sport national tunisien.

Puis un point d’interrogation qui est en soi, une aventure. Le désert ? L’au-delà de l’errance ? S’en contenter ? Oui. Parce que ce vers d’un poète inconnu que Thomas Harris, père d’Hannibal le cannibale, aime citer le rappelle assez : « vous auriez pensé que pareil jour frémirait de se lever… » Brrr…

Pour refaire l’œuf à partir d’une omelette, ce n’est pas sorcier. Il suffit d’avoir la bonne posture. Comme dans l’Ombre du guerrier d’Akira Kurosawa, ce sosie du seigneur (Shogun), cet imposteur, ce voleur de poules, qui a régné sans demander son reste. « La montagne ne bouge pas ». Qui dit mieux.

Par son culot, il a ameuté la terre entière, tendu toutes les ondes, convoqué les diseurs de louanges et d’aventures ambiguës. Un slogan qui lui va comme un gant : « Achaâb yourid », « Le peuple veut. »

Il a commis l’acte défendu, le 25 juillet, l’entérine le 25 août. Le 22 septembre est une simple formalité. Le 29 septembre, il nomme une sous-formalité.

Saïed parle la langue du Messager. Il est l’acteur Abdallah Gaieth, dans le rôle de Hamza, le talent en moins. Il éructe, il jappe, il H..uuurle. Il voulait expédier tous les exploits de tous les temps dans les limbes. Pas de concurrent. Ou, si, un peuple qui s’évanouit d’extase à son passage. Pas d’adversaire, pas de règle. Il joue seul à seul. Pour lui tout seul.  

Au rancart, les pédés, les allumés, les dinosaures, les vendus, les fouineurs, les récalcitrants, les hordes de non-croyants et les malappris. Il veut son push racé, propre, intégriste, à perpète. Un rêve de Califat. Il a décidé : La Tunisie a raté son épopée, je serai son Messager armé.

Il a choisi une date brûlée, comme on choisit un trou de cul perdu, pour mieux mirer sa quincaillerie, son blabla et ses éclats de cinglé. Le Christ s’est arrêté à Eboli. Rien ne doit le distraire de sa superbe. Avant même le coup d’envoi,  il disqualifie tout le pays. Un prédateur qui ricane.

L’histoire prend fin. Léo le poète, toise le preux Messager : « vous marchez droit, certes, mais j’ai le regret de vous assurer que vous rampez. » Limace.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran