Magots et magouilles à Garges-Lès-Gonesse

L'inamovible maire divers droite de la commune Garges-Lès-Gonesse (Val-d'Oise) , Maurice Lefèvre, militaire de carrière, annonce, au cours de l'an en cours, contre toute attente, son départ, après 15 ans de règne sans partage. Sabry kalaa, son adjoint, saute le pas :"Je suis candidat pour vous succéder, messire..."

3u3a5548-1
      Blasphème. Le maire sort de ses gonds: " Tu te présentes, je te dégage. Capicci? " Al Capone en French Connection: " When they dream, they'll kill me, I'll kill them." Le maire a choisi son successeur:  Benoit Jimenez, 30 ans, sans diplôme, sans profession, sans compétences, vit de ses mandats. Un prête nom exquis? Silence, on entérine. Basta. Le maire est .... vive le maire. Mazurka et baise main.        L' adjoint s'insurge : " La monarchie fut; nous sommes en république. De mon bon aloi d’être candidat."  Le 6 novembre, la sentence cingle : le maire débarque l'adjoint récalcitrant. Affaire close. Au suivant. On ne badine pas avec Don Lefèvre. " Je te fais une offre que tu ne peux pas refuser". En marseillais: " Dire, c'est faire rire; faire, c'est faire taire. " Le conseil suit. Silence volontaire. De La Boétie meurtrie. Robespierre, la terreur en filigrane. Césarion Maurice, ceux qui vont à la mort te saluent. Ave.  L'adjoint prend le maquis. Pourchassé, sans soutiens, mais toujours debout. Bataille.
Avec ce mélange rarissime de rapidité intellectuelle, de puissance de travail, de sûreté dans le jugement, Sabry Kalaa, 48 ans, Bac+8 (contre un Bac -3 pour le maire), père de trois enfants, tous brillants, demeure un élu sobre, lucide, rongé par la crainte de mal accomplir. Devise: faute d'égalité, solidarité tout azimuts. Son dream: le confort à tous; mettre à l'abri du besoin ses 42000 co-citoyens: transport, habitat, santé ,scolarité, loisirs. Labeur, sueur, bonheur. A l'attaque.

  • Pourquoi avez-vous été débarqué de votre fonction d’adjoint au maire ?

Voyez-vous, lorsque le 12 septembre 2019, j’annonce au maire ma volonté d’être candidat aux prochaines élections municipales 2020, une semaine plus tard un arrêté est rédigé pour que me soit retirer mes délégations (Travaux, Éclairage Public, Transports, Voirie, Assainissement). Dans la foulée, le 06 novembre 2019, le conseil municipal se réunit et vote à la majorité le retrait de mes fonctions d’Adjoint. Aucune explication n’est donnée pendant le conseil municipal et la parole m’est refusée par le Maire au cours de ce même conseil Municipal.

En fait M. le maire justifie ces décisions non pas parce que j’aurais commis des erreurs dans l’exercice de ces missions, mais parce que j’ai décidé de présenter ma candidature aux prochaines élections municipales, alors qu’il a lui-même choisi le candidat qui doit lui succéder.  

Peut-on croire à cela, est-ce possible ?!

Peut-on croire que dans notre système républicain, un maire puisse choisir son successeur comme à l’époque de la monarchie absolue.!?

En réalité M. le maire me sanctionne parce que, depuis des mois, je l’alerte sur les dérives budgétaires de la commune et lui reproche de nous engager dans une véritable impasse financière. 

Il me sanctionne parce que, depuis des mois, je critique sa folie des grandeurs qui nous a conduit, par exemple, à dépenser 20 M€ dans la construction de l’école Jean Moulin alors que le coût moyen du m² pour une école en France ne doit pas dépasser plus que 8 à 10 millions d’euros. 

Le rapport d’orientation budgétaire, qu’il a fait voter le 6 novembre dernier, prévoit d’engager près de 200 millions d’euros d’investissement sur les 5 prochaines années, alors que nous n’en avons même pas les moyens financiers et que la commune est déjà fortement endettée. 

Pour financer ce programme, M. le maire prévoit d’augmenter le recours à l’emprunt, non pas de 10 ou 20%, mais de 200% voire 300 % !

C’est de la folie. Et cette folie, nous conduit droit dans le mur.

  • Y aurait-il un parfum de corruption dans la commune

 Il m’est difficile de répondre à cette question. Je sais en revanche, grâce à la presse, qu’il existe actuellement une information judiciaire ouverte à l’encontre de la commune de Garges-Lès Gonesse.  Cela a entraîné des perquisitions de la police les 15 et 16 février 2018 dans les locaux de la mairie.

Cela fait suite au rapport accablant de la chambre Régionale des Comptes publié en février 2016 sur la gestion de la Ville.

  • Pourquoi la majorité à laquelle vous appartenez a laissé faire ?

M. Lefèvre a installé au sein de l’équipe municipale, et sa majorité un management autoritaire où le débat n’a que très peu de place. Mon cas en est l’illustration.

  • A qui souhaitez-vous faire parvenir votre voix ?

Je souhaite que l’ensemble des Gargeois en particulier et des responsables politiques et des médias en général soient au courant de la situation en cours à Garges-Lès-Gonesse. 

Je crains que cette situation ne soit pas propre à Garges-Lès-Gonesse.

Nous pouvons changer les choses et remédier à cette situation catastrophique à laquelle nous mène le maire actuel.

  • Qui êtes-vous ?

Je suis Sabry KALAA, j’ai 48 ans. J’ai 4 frères et une sœur. Mes parents sont tunisiens, originaires de l’île de Djerba. Ils sont retraités. 

Je suis expert-comptable et commissaire aux comptes. En plus, j'ai  aussi un diplôme DESS en Administration et Gestion Publique et un DEA en Finances Publique et Fiscalité de l’université Paris II Panthéon Assas. 

J’ai toujours été motivé par l’engagement au service des autres. Très jeune, je me suis impliqué dans le bénévolat et le mouvement associatif. 

En 1994, avec deux amis d’enfance, nous créons l’association « En Marche » pour venir en aide aux enfants en situation scolaire difficile. 

En 2010, je mets en place, avec le soutien de la mairie de Garges-Lès-Gonesse, des permanences fiscales gratuites à destination des Gargeois. 

En 2012, j'ai été élu pour 4 ans sur la liste ECF (Experts comptables de France) au sein du Conseil Régional d’île de France des Experts comptables et devient à cette occasion délégué départemental de Paris au service des experts-comptables.

Entretien conduit par Taoufik Ben Brik

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.