Tarik Faycal
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 août 2014

Hollande-Valls : dernier tango à Paris

Le roi est nu... et le petit prince bien désarmé. La charge d'Arnaud Montebourg, qui traduit les aspirations de l'ensemble de la gauche, a fini de lever le voile sur cette présidence socialiste qui ne s'assume pas. A force de tergiverser, le pédalo a fini par chavirer et François Hollande et Manuel Valls se retrouvent seuls. Sans cap ni majorité pour diriger la France.

Tarik Faycal
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le roi est nu... et le petit prince bien désarmé. La charge d'Arnaud Montebourg, qui traduit les aspirations de l'ensemble de la gauche, a fini de lever le voile sur cette présidence socialiste qui ne s'assume pas. A force de tergiverser, le pédalo a fini par chavirer et François Hollande et Manuel Valls se retrouvent seuls. Sans cap ni majorité pour diriger la France.

Nous aurons droit dans les heures à venir à la formation d'un gouvernement Vall 2 dont on connait peu ou prou la composition dans la mesure où il semble clair que les ministres voulant rester devront prêter allégeance à Manuel Valls et à sa ligne socio-libérale. Un remaniement qui ressemble à la dernière cartouche tirée en l'air pour François Hollande, dont la présidence aura été pavée de renoncements et de trahisons.

Oublié l'ennemi de la Finance, le président de la République et son premier ministre sont sagement devenus les toutous de la droite allemande et de sa maitresse Angela Merkel. Tant pis pour les Français exsangues après 5 ans de Sarkozy et 10 ans de droite dure. Leur voeu de changement est passé à la trappe et tout indique que Hollande mourra avec ses idées (ou plutôt celles qu'il a emprunté à l'UMP).

La vraie question qui se pose aujourd'hui est de savoir si la majorité parlementaire de gauche va accepter de se joindre au couple exécutif dans ce qui ressemble à s'y méprendre à un suicide politique en bonne et due forme. Que la sortie d'Arnaud Montebourg soit emprunte de cynisme ou pas n'est finalement qu'anecdotique. Lui au moins à compris que la voie choisie (et qu'il assumait tant bien que mal jusqu'à présent) menait dans le mur économiquement, socialement et politiquement.

Et la majorité socialiste semble le comprendre de mieux en mieux. Au point de ne pas voter la confiance au nouveau gouvernement qui n'a même plus la pudeur de se cacher derrière les faux-semblants pour mener sa politique libérale ? On peut rêver, mais il y a fort à parier que les réflexes militaires prendront le dessus. A fortiori si Manuel Valls parvient à débaucher quelques écologistes ambitieux...

Mais que se passera-t-il dans six mois, peut-être moins ? Aux premiers chaos à venir (un mouvement social par exemple), la majorité va se disloquer en un rien de temps et il ne restera plus que deux options à François Hollande. La dissolution ou la démission. Connaissant le personnage, il y a fort à parier qu'il choisisse la première option.

Et on pourrait avoir la situation cocasse d'un président en cohabitation avec un gouvernement de gauche, mené par Arnaud Montebourg et auquel participeraient pêle-mêle Cécile Duflot, Pierre Laurent et Jean-Luc Mélenchon... On peut toujours rêver, mais tout laisse à penser que le remaniement de demain va voir se poursuivre le cauchemar dans lequel on est empêtré depuis deux ans.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran