TAWFIQ BELFADEL
Écrivain-chroniqueur
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 janv. 2019

Le migrant n’est pas un chiffre

On ne parle pas de migrants en tant qu’humains, mais en tant que chiffres qui se déplacent d’une démographie à l’autre. Les pays du départ et d’accueil ont politisé la migration, ce qui a effacé l’humanité du migrant. Celui-ci est devenu un chiffre pour faire l’inventaire.

TAWFIQ BELFADEL
Écrivain-chroniqueur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Tawfiq Belfadel

Les dernières statistiques de la migration ont été annoncées récemment. Plus de 2260 migrants sont morts ou portés disparus en traversant la Méditerranée.

Le monde a commencé ensuite à relire les chiffres et à faire la comparaison avec les années précédentes. On n’analyse pas les raisons du départ ou  les conditions d’accueil. On ne parle pas de migrants en  tant qu’humains, mais en  tant que chiffres qui se déplacent d’une démographie à  l’autre.  Les pays du départ et  d’accueil ont politisé la migration, ce qui a effacé l’humanité du migrant.  Celui-ci est devenu un chiffre pour faire l’inventaire.

Les questions profondes ne sont jamais posées, pour occulter les hypocrisies des  pays des deux rives, l’ici et l’ailleurs.  Pourquoi le migrant part d’ici en risquant sa vie ? Pourquoi est-il refusé ailleurs et ne jouit-il  pas de son droit d’hospitalité ? Les médias enterrent ces questions qui dérangent les Etats, et falsifient le phénomène migratoire par des  délires et  des chiffres.   Falsifier pour cacher l’échec des politiques.

Différentes raisons poussent le migrant à traverser la Méditerranée : chômage, bureaucratie, guerres, l’inutilité des hôpitaux locaux, la dictature des visas, le manque des loisirs et du beau…Quand un migrant part, cela veut dire que son pays  ne l’a pas convaincu à rester. Que vivre dans cette géographie est un échec.

La question d’accueil est aussi passée sous silence. Le pays d’accueil prend le migrant pour une menace, un danger, pour la stabilité nationale. Il a pour devise cette phrase de Sartre faussement décontextualiée : « l’enfer c’est les autres ». L’État fait donc tout pour refuser  l’Autre  et le pousser à rentrer chez lui. Voici un exemple de politique anti-migratoire : changer les lois locales qui donnent raison aux migrants ;  criminaliser l’aide aux migrants (affaire Cédric Herrou) ; pousser les  bateaux des ONG à laisser les migrants crever en mer ; ne pas construire de nouveaux centres d’accueil et en même temps interdire les migrants de dormir dans la rue…

L’article trois (3) de la Charte des Droits de l’Homme déclare que « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. ». A quoi sert cette phrase face aux politiques anti-migratoires ?

Le visa n’est pas un document qui facilite le déplacement et les échanges entres les rives. Non. C’est un mur pour refuser l’Autre avec malice. Comment ? Durcir la procédure,  exiger des kilos de papiers, réduire le taux des visas accordés, refuser le document par  des prétextes absurdes…La notification du refus de visa Schengen stipule dans le motif six (6) : « Un ou plusieurs Etats membres estiment que vous représentez une menace pour l’ordre public, la sécurité nationale ou la santé publique, (…) ou pour les relations internationales d’un ou plusieurs des Etats membres. ». Un motif qui donne le vertige. Le demandeur de visa est un criminel pour menacer la sécurité nationale ? Est-il atteint de peste ou choléra pour menacer la santé publique ? Est-il espion pour menacer les relations internationales ?

L’article treize (13) de la Charte des Droits de l’Homme stipule que « Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays ». Alors à quoi sert cet article face au mur des visas?  Au départ, le migrant est empêché par la marine nationale. A l’arrivée, il est refoulé par les forces étrangères.

Les pays d’accueil croient que  la migration s’affaiblit  quand les frontières sont fermées. C’est faux ! Plus les frontières sont fermées, plus les migrants s’acharnent pour relever le défi. L’inverse est vrai : plus la porte est ouverte, plus le nombre de  migrants baisse, convaincus qu’ils peuvent revenir une autre fois. Exemple réel : il y a des migrants qui ont traversé la Méditerranée à cause des refus injustes de visa.

La solution ?  Il y a même des solutions. Les experts, les militants, et les chercheurs,  font des efforts énormes. Parmi les solutions : procéder à une analyse transversale qui inclut le départ, le périple en mer, et l’accueil ; traiter la question migratoire en tant que phénomène humain non un flux  statistique ; détruire les murs et promouvoir un Tout-Monde (philosophie de Glissant) tissé par l’Altérité.

Aujourd’hui, le  monde est une mosaïque de murs, les uns en bétons et les autres invisibles. Les Etats préfèrent se replier sur leurs nationalismes égoïstes. Le repli est un appauvrissement, l’ouverture à l’Autre est une richesse.

Face aux solutions, les Etats se bouchent les oreilles parce que la question migratoire est moins importante que le pétrole, le commerce, ou  la vente des armes…Un baril de pétrole échoué en mer vaut mieux qu’un migrant qui crie au secours ; le monde récupère le baril et laisse le migrant crever. Une réalité amère ! Les deux rives, de départ et d’accueil,  voient le migrant comme chiffre.

Sincère hommage à ceux et celles qui ont péri en mer. Les politiques sont meurtrières, pas la mer.

TAWFIQ BELFADEL

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Corruption en Afrique : le protocole Bolloré
Mediapart révèle de nouveaux éléments qui pointent l’implication personnelle de Vincent Bolloré dans l’affaire de corruption présumée de deux chefs d’État pour obtenir la gestion de ports africains. Après l’échec de son plaider-coupable, le milliardaire est présumé innocent en attendant son futur procès.
par Yann Philippin
Journal — Politique économique
Taxation de l’héritage : une lignée de fractures entre candidats à la présidentielle
La rationalité économique plaide pour un durcissement de l’impôt sur les successions, mais la droite se laisse aller à la démagogie en plaidant contre une hausse forcément impopulaire, dénonçant parfois un « impôt sur la mort ». La gauche cherche un équilibre entre justice et acceptabilité.
par Romaric Godin
Journal — Libertés publiques
Covid-19 : « Le gouvernement réglemente par protocoles et foires aux questions, une menace pour l’État de droit »
Stéphanie Renard, maîtresse de conférences en droit public, fait le bilan de deux années de crise. Cette spécialiste de l’ordre public sanitaire s’inquiète de la diffusion d’un « droit souple » qui « menace l’avenir de l’État de droit et le principe de légalité », et dénonce un « retour en arrière, vers une vision hygiéniste de la société ».
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Nucléaire
Hugo, lanceur d’alerte du nucléaire : « J’accuse EDF de dissimulations »
« Avec ce type d’attitude, nos centrales ne sont pas sûres » : le témoignage choc d’un membre de la direction de la centrale nucléaire du Tricastin, inquiet que la culture de la sûreté nucléaire passe en arrière-plan des impératifs financiers au sein du groupe EDF.
par Youmni Kezzouf et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre aux candidats : vous êtes la honte de la France
Course à la punchline, postillonnage de slogans... vous n'avez plus grand chose de politiques. Vous êtes les enfants de bonne famille de la communication. Vous postulez à un rôle de gestionnaire dans l’habit de Grand Sauveur. Mais je suis désolée de vous apprendre que nous ne voulons plus d’homme providentiel. Vous avez trois trains et quelques générations de retard.
par sarah roubato
Billet de blog
Quand l’archaïsme du système des parrainages s’ajoute à celui du présidentialisme
La question de la pertinence du système des 500 parrainages revient régulièrement au moment de l’élection présidentielle. Plutôt que de revenir au système de l’anonymat des signatures, il serait préférable d’élargir le champ de la responsabilité de la sélection aux citoyens.
par Martine Chantecaille
Billet de blog
Présidentielles: penser législatives
La ficelle est grosse et d'autant plus visible qu'elle est utilisée à chaque élection. Mais rien n'y fait, presque tout-le-monde tombe dans le panneau : les médias aux ordres, bien sûr, mais aussi parfois ceux qui ne le sont pas, ainsi que les citoyens, de tous bords. Jusqu'aux dirigeants politiques qui présidentialisent les élections, y compris ceux qui auraient intérêt à ne pas le faire.
par Liliane Baie
Billet de blog
Élection présidentielle : une campagne électorale de plus en plus insupportable !
Qu’il est lassant d’écouter ces candidats qui attendent des citoyens d'être uniquement les spectateurs des ébats de leurs egos, de s'enivrer de leurs mots, de leurs invectives, et de retenir comme vainqueur celle ou celui qui aura le plus efficacement anéanti son adversaire !
par paul report