TAWFIQ BELFADEL

Écrivain-chroniqueur

Algérie

Sa biographie
Tawfiq Belfadel est un jeune écrivain et chroniqueur algérien. Titulaire d’un master en « Civilisations et littératures francophones », il a publié trois livres chez Edilivre : « Kaddour le facebookiste » (2012), « La Femme chez Maissa Bey » (2015), « Algérie, regards croisés » (2016, coécrit avec Hervé Garan). Son dernier livre « Sisyphe en Algérie » est publié à Alger en 2017.
Son blog
11 abonnés LE BLOG DE TAWFIQ BELFADEL
Voir tous
  • Le migrant n’est pas un chiffre

    Par
     © Tawfiq Belfadel © Tawfiq Belfadel
    On ne parle pas de migrants en tant qu’humains, mais en tant que chiffres qui se déplacent d’une démographie à l’autre. Les pays du départ et d’accueil ont politisé la migration, ce qui a effacé l’humanité du migrant. Celui-ci est devenu un chiffre pour faire l’inventaire.
  • La maladie du corps en Algérie

    Par
    L’Algérie souffre atrocement de trois maladies : la maladie de l’Histoire, la maladie islamiste, et la maladie du corps. Le corps de la femme bien sûr. Le mâle est si sacralisé qu’on ne parle jamais de son corps.
  • Prier Allah au métro d’Alger

    Par
    Les islamistes ne lisent pas le Coran, ils le récitent en admirant la sonorité : réciter jusqu’à rendre l’âme, le nom d’Allah figé sur la langue. Le Coran est un Texte qui s’adresse à l’Homme : il n’est pas le trésor des Barbus, mais un trésor universel que tout humain a le droit de découvrir.
  • Novembre noir, masques blancs

    Par
    La nuit ensevelit l’Algérie sous un drap de souffre et de souvenirs. Novembre se promène solennellement dans les quartiers, s’installe partout, et commence à semer le doute et l’inquiétude.
  • L’Algérie et la montagne de Sisyphe

    Par
    Et comme il faut imaginer Sisyphe heureux (Camus : le Mythe de Sisyphe), il faut imaginer l’Algérien heureux. Le mythe de Sisyphe colle parfaitement à l’Algérie. Peut-être que Sisyphe est de nationalité algérienne.