TAWFIQ BELFADEL
Écrivain-chroniqueur
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 nov. 2018

Prier Allah au métro d’Alger

Les islamistes ne lisent pas le Coran, ils le récitent en admirant la sonorité : réciter jusqu’à rendre l’âme, le nom d’Allah figé sur la langue. Le Coran est un Texte qui s’adresse à l’Homme : il n’est pas le trésor des Barbus, mais un trésor universel que tout humain a le droit de découvrir.

TAWFIQ BELFADEL
Écrivain-chroniqueur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Place des Martyrs. Une des merveilleuses places d’Alger, reliée récemment au métro. En haut, la Casbah fait sentinelle, non pour guetter l’ennemi, mais pour compter ceux qui partent. En face, il y a la Méditerranée troublée plus par le désespoir  du pays  que par la pollution.

En descendant les marches pour prendre le métro depuis cette station, les regards attentifs tombent sur des étiquettes collées çà  et là. Elles affichent des phrases qui incitent le citoyen à prier Allah,  l’invoquer et Lui faire des louanges.

Ces publicités  islamistes ne sont pas étrangères au pays. Dans d’autres villes d’Algérie, les affiches sont plus claires et plus attirantes, collées souvent sur les panneaux de signalisation et les poteaux de feux de circulation.

Les auteurs de ces affiches invitent le citoyen à citer davantage le nom d’Allah pour  accéder au Paradis. Pour les islamistes, l’essence de l’Homme est la prière. Il est sur terre pour prier Allah, non pour vivre. La vie vient après la mort. Ceux qui travaillent et calculent le temps sur terre  sont des mécréants parce que la vraie vie est ailleurs, dans l’Au-delà. Il faut donc se recroqueviller et invoquer Allah chaque instant  et partout, au restaurant, au volant, au métro…Le reste du monde est une  vanité.  

Dans la station  ou en ville, il n’y a pas des affiches qui sensibilisent l’Algérien à protéger la biodiversité, à ne pas cracher par terre, à respecter la femme…Non. Cela n’a pas d’importance. Alger est sale. Sa blancheur n’est qu’un ample mensonge tiré des cartes postales.  Pour les islamistes, jeter un déchet dans la poubelle  ou planter un arbre ne sont  pas un passeport pour le Paradis.  

Coller ces affiches islamistes est d’abord un acte de grande hypocrisie.  A quoi servent des millions d’invocations affichées sauvagement  dans un pays où  mentir, insulter, harceler, violer, polluer, pisser dans la rue, corrompre…sont devenus des gestes simples et quotidiens que personne ne dénonce ? 

Un exemple : au tramway d’Alger, il y a une dizaine d’agents qui montent et descendent dans les compartiments  pour  vérifier si les passagers ont vraiment acheté des tickets.  Il y a des citoyens qui montent sans payer le trajet de quelques dinars.  Et ni les caméras, ni les agents, ni les barrières, n’ont pu résoudre ce problème. Voilà la preuve qu’afficher le nom d’Allah dans une  station de   transport ne peut même pas régler un problème de quelques dinars.  Alors comment construire un pays en invoquant Allah, les bras et les jambes croisés?  

C’est ensuite une atteinte à l’Islam lui-même. L’Islam qui véhicule   une philosophie  profonde et universelle, est réduit à des invocations. Pour sauver son fils du déluge, Noé le sollicitait  de monter sur l’arche, non de s’asseoir et psalmodier les noms d’Allah.

Les islamistes ne lisent pas le Coran, ils le récitent en admirant la sonorité : réciter jusqu’à rendre l’âme, le nom d’Allah figé sur la langue. Le Coran est un Texte qui s’adresse à l’Homme : il n’est pas le trésor des Barbus, mais un trésor universel que tout humain a le droit de découvrir. Le Coran invite son lecteur à lire, comme le prouve le premier mot envoyé du Ciel : « Lis ». Lire, et ne pas réciter. Lire c’est déconstruire les mots pour en trouver le sens ; réciter c’est utiliser ses yeux et son larynx sans chercher à comprendre.

Souvent, tout au long du Coran, des  versets récurrents incitent le lecteur à investir son intelligence pour mieux se découvrir, découvrir l’univers, et le Créateur : « …pour ceux qui sont doués d’intelligence », « pour les gens qui réfléchissent… » (Les sourates ne sont pas précisées  car ces versets sont  récurrents dans le Coran). En collant des affiches, les islamistes invitent l’autre à réciter, à utiliser sa langue,  et à voiler son esprit.

Enfin, c’est par de simples mots, de simples gestes que naissent les extrémismes et les guerres comme le témoigne l’Histoire. L’islamisme envahit davantage le pays. Il a déjà envenimé la rue, la télé, l’école, et prend même le métro aujourd’hui. Demain, il revendiquerait une géographie, un drapeau, et une loi à lui. L’islamisme est la nouvelle forme de la  colonisation. Et toute colonisation  nécessite un soleil d’indépendance.  

TAWFIQ BELFADEL 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Énergies
Régulation de l’énergie : la politique du pire
En excluant la période de spéculation débridée fin décembre sur le marché de gros de l’électricité, la commission de régulation de l’énergie aurait pu limiter la hausse des tarifs régulés à 20 % au lieu de 44 %. Elle a préféré faire les poches d’EDF et transférer l’addition aux consommateurs après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Laurent Joly : « Zemmour a une capacité à inverser la réalité des faits »
Ce soir, deux historiens répondent aux falsifications de l’histoire du candidat Éric Zemmour. Laurent Joly, spécialiste de l’antisémitisme et du régime de Vichy et auteur de « La Falsification de l’Histoire », est notre invité. Entretien également avec Serge Klarsfeld, cofondateur de l’association « Fils et filles de déportés juifs de France ».
par à l’air libre
Journal
L’action des policiers a causé la mort de Cédric Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal
Julian Assange garde un espoir de pouvoir contester son extradition
La Haute Cour de justice de Londres a autorisé les avocats du fondateur de WikiLeaks à déposer un recours devant la Cour suprême contre la décision des juges d’appel qui avaient autorisé son extradition vers les États-Unis.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu