TAWFIQ BELFADEL
Écrivain-chroniqueur
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 nov. 2016

Mostaganem: marabouts, légendes, et oralité

"Les deux meddahs " Mansour Benchehida, éd.Edilivre, 2012, 120 p. Dans la ville, deux meddahs racontent en alternance la mémoire de Mostaganem. Meddah Medjahers et Meddah Errassoul, sentinelles de la mémoire, captivent l’auditoire en mêlant anthropologie et ethnographie, toponymie et magie.

TAWFIQ BELFADEL
Écrivain-chroniqueur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comprenant dix-huit (18) chapitres titrés et  numérotés,  ‘’Les deux Meddahs’’ commencent par un avertissement montrant pourquoi l’auteur a écrit ce livre, et se termine par un court  épilogue.   Sous-titré « les légendes de Mostaganem’’, il ressemble dans sa structure à un recueil de nouvelles.   Personnages centraux du récit, Meddah Medjahers et Meddah Errassoul sont deux conteurs  qui racontent dans la ville  des histoires à un auditoire qu’ils dominent.  Chacun a son style, son répertoire, et ses fervents adeptes. Contrairement à l’autre, Meddah Errassoul est débonnaire et calme.  Leur tâche commence en Ramadan, mois d’oisiveté, sous un soleil torride.  Lors de chaque séance, ils demandent l’obole aux spectateurs. Leur dû.  Que racontent-ils ?  Chaque jour, un des deux conteurs raconte un des mystères qui constituent ensemble la mémoire de Mostaganem. Meddah Medjahers commence en racontant l’amitié éternelle de Sidi Abdellah et Sidi Said, puis l’histoire des gardiens de Mostaganem, ceux qui protègent la ville des calamités  (Sidi Mejdoub, Sidi Maazouz, Sidi Abdelkader El  Kharchouch, Sidi Said, Sidi Bendehiba, Sidi Lakhdar Ben Khelouf, Sidi Belkacem).  Meddah Errassoul, quant à lui, commence par l’histoire de Sidi Belkacem, sans oublier la célèbre bataille de Mazagran. D’un ton mélancolique, Meddah Medjahers relate l’inondation de 1927qui a mutilé Souiqa la basse, féerique et lumineuse avant  cet événement où Oued Ain Safra se métamorphosa, avalant tout sur son chemin. L’histoire d’Ez Bentote divertit l’auditoire, subjugué ensuite par l’histoire de Sidi Lakhdar Ben Khelouf,  gardien du Dahra, poète surnommé « Le laudateur du Prophète », et dont le mausolée est réputé par la forme de son palmier séculaire. D’autres mystères sont au fur et à mesure dévoilés par les deux conteurs: mystère de Cheikh Benaissa et la voie des Aissaoua, mystère des célèbres portes de Mostaganem (Bab  Maaskar, Bab El Bhar, Bab Medjahers, Bab El Arsa, et Bab El Djrad),  et le mystère des  architectures du parc d’Arsa donnant sur le port et  la Méditerranée. La toponymie est omniprésente. Les deux conteurs révèlent les origines possibles du nom de Mostaganem (Mechtet Ghanem, Murustaga, Mosse Kranem, Mersat el Ghanaim, Mesk el Ghanaim), et d’autres lieux tels Tigditt, Mesra, Mazagran… En somme, les deux dévoilent les mystères des saints, des monuments, et des lieux.  Ils glorifient l’homme, ‘’L’un dans l’épopée de la ville, l’autre dans celle de l’Islam.’’ (p09). Un  narrateur intervient de temps en temps pour commenter les actions des conteurs et de l’auditoire, et notamment  pour décrire le décor  qui est simple et réaliste. Fruit de plusieurs années de recherches et d’enquêtes, ce livre est nourri de mots et de locutions empruntés au parler local.  Il ne s’agit  ni d’un essai ni d’un roman, mais d’un patchwork fait de fragments réels, traversés de fiction. Autrement dit, c’est un récit où réalité et fiction coexistent. Semblable à une pièce de théâtre, d’une langue sobre et classique, il est inspiré par divers domaines dont l’anthropologie socio-culturelle, l’histoire, et l’ethnographie.  En somme c’est un récit qui raconte la mémoire de Mostaganem qui est avant tout un phénomène d’oralité ; l’auteur a transcrit ce qui se lègue oralement de génération en génération, tout en apportant son empreinte personnelle. Né dans les années 1950 à Mostaganem, Mansour Benchehida est enseignant à la faculté des Lettres et des Arts de Mostaganem. Auteur de nombreux articles, il est coauteur de  « Kaki, le dramaturge de l’essentiel » (éd. Alpha).

M. Benchehida, « Les deux Meddahs, ou les légendes de Mostaganem », éd. Edilivre, Saint-Denis, 2012, 120 p. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes