TAWFIQ BELFADEL
Écrivain-chroniqueur
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 sept. 2018

Eric Zemmour et le complexe de l’Autre

Eric Zemmour est malade. Gravement malade. Il est atteint d’un complexe incurable : le complexe de l’Autre. Autrement dit, l’Autre est son obsession éternelle. Il rêve d’une France-boîte, recroquevillée sur elle-même.

TAWFIQ BELFADEL
Écrivain-chroniqueur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis des années, à l’écran ou dans ses billets, Eric Zemmour  trouve du plaisir à vomir ses propos haineux et discriminatoires sur les musulmans, les immigrés, les Africains… Sa cible unique est l’Autre.

Récemment, il a déclaré à Hapsatou Sy que son nom est une insulte à la France. Pour lui, les noms d’origine étrangère insultent la France.

Cette affaire rappelle une scène vécue par Leila Sebbar, écrivaine française avec un nom non-français, lors d’une rencontre publique. Quelqu’un dit à l’auteure : « Vous n’avez pas le droit d’écrire en français avec le nom que vous portez, c’est un nom arabe, vous  trompez votre public, vous devez changer de nom… » (Source : Je est un Autre-ouvrage collectif, Gallimard, p104). Il devait surement être un des admirateurs du Zemmourisme.

Voici l’autopsie du Zemmourisme !

Eric Zemmour est malade. Gravement malade. Il est atteint d’un complexe incurable : le complexe de l’Autre. Autrement dit, l’Autre est son obsession éternelle. Il rêve d’une France-boîte, recroquevillée sur elle-même.  Une France protégée par de hauts murs pour refuser l’Autre, cet être qui vient d’Ailleurs pour circuler librement et changer de pays comme le lui stipule la Déclaration des droits de l’Homme.

Pour Zemmour, l’Autre est une menace pour la France et une source de fléaux et malédictions. L’Autre est accepté dans un seul cas : l’assimilation. Il doit brûler son histoire, ses ancêtres, sa culture, et s’assimiler à la culture française. Il doit s’effacer pour exister en France. Je est un Autre, disait le poète. Je c’est Moi, dit Zemmour.

Pour Zemmour, la France est uniforme, une île sans rhizomes  avec l’Ailleurs. Et elle est blanche. Il n’y a donc qu’une seule catégorie de Français, celle qui possède les trois ingrédients : le sol, le sang, et la  souche. Ceux qui ont la nationalité par déclaration ou décret ne sont pas tout à fait français. Ainsi, Zemmour est contre la loi française.

Zemmour est contre l’Histoire de France aussi. Il veut plutôt imposer une autre histoire avec ses propres délires et fantasmes. La France, comme tout pays du monde, a été peuplée par des migrations. Les Français sont des gens venus de partout pour cohabiter sur le même sol et qu’on retrouve dans divers domaines : l’administration, le commerce, l’art… Leurs soucis quotidiens sont le salaire, le chômage, l’écologie, la retraite, les programmes scolaires, et non la guerre identitaire. La langue française elle-même est nourrie de mots étrangers (arabes, anglais…). Et c’est cette diversité qui fait la richesse de la France d’aujourd’hui. Avant même le mythe d’Ulysse, l’Homme a bougé. Parce tout ce qui ne se déplace pas est menacé de disparition.

Les immigrés venus de l’Afrique du Nord ont sacrifié leur vie dans les bâtiments et les rails pour bâtir la France, cette France qui laisse Zemmour insulter l’Autre. L’hypocrisie est de dire qu’aujourd’hui ces immigrés ne servent à rien : la France est achevée, ils n’ont qu’à rentrer chez eux. Un exemple : Bouzid Begag est  un immigré algérien qui a passé sa vie dans les bâtiments de la France ; il a eu un certain Azouz, né dans un hôpital français. Azouz n’a connu l’Algérie, pays de ses parents, qu’à travers les livres, les témoignages, et ses rares voyages. Il est aujourd’hui écrivain et chercheur français. Il a même été  ministre dans le gouvernement français. Mais pour Zemmour, le nom Azouz Begag est une insulte à la France à cause de son origine étrangère.  

Zemmour a une obsession maladive de ses origines. C’est un sujet  qu’il n’aime pas évoquer car il dément ses fantasmes. Ses aïeux viennent d’Algérie. Le site « Mémoires des hommes » montre, grâce à des fiches de militaires, que les Zemmour sont nés en Algérie et qu’ils étaient installés pour la plupart à Constantine. Donc, Eric Zemmour est lui aussi le fruit d’une migration, d’un déplacement. Pour cacher cette vérité qui le dérange, il maquille sa douleur avec cette phrase surréaliste: « Je suis un Français colonisé par la France et je bénis la colonisation ».

Zemmour a une autre obsession : son nom. Il n’aime pas le mot « Zemmour ». Des thèses en onomastique prouvent que ce nom est d’origine nord-africaine, voire berbère.  Porté souvent par des Juifs, il signifie en  berbère « olives» (Azemmour). Il faut compter les changements sociolinguistiques qui touchent le nom.  Alors doit-il  changer ce nom qui vient d’Ailleurs, d’une terre qu’il déteste ? A vrai dire, Eric le Français n’aime pas Zemmour le Berbère.

Bref, Eric Zemmour est contre l’Histoire de France, contre sa loi, contre la science, et contre lui-même. C’est un personnage double, pétri de contradictions.  Il connaît la vérité et son contraire, mais aime se mentir pour mettre en avant ses délires et fantasmes. 

Malgré la gravité de ses propos haineux et discriminatoires, malgré les plaintes et pétitions,   Zemmour continue et continuera à insulter l’Autre, ses origines, sa couleur de peau, et son nom. Il est intouchable.

Le Zemmourisme aura fin  quand Eric le Français aimera Zemmour le Nord-Africain. C’est-à-dire, quand Eric Zemmour sera lui-même.

Par TAWFIQ BELFADEL

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques