Mme Parisot a le sens des valeurs

Mme Parisot salue la mort de Hugo Chavez à sa façon ; elle pourrait se taire devant le recueillement de tout un peuple ; non. Mme Parisot qui en France hurle à la mort si on ose parler de nationalisation, Mme Parisot qui, dans une parodie de négociation, fait voler en éclat le code du travail, veut revenir au salariat taillable et corvéable,

Mme Parisot salue la mort de Hugo Chavez à sa façon ; elle pourrait se taire devant le recueillement de tout un peuple ; non. Mme Parisot qui en France hurle à la mort si on ose parler de nationalisation, Mme Parisot qui, dans une parodie de négociation, fait voler en éclat le code du travail, veut revenir au salariat taillable et corvéable, Mme Parisot à qui on doit cette phrase immortelle " La vie, l'amour sont précaires, pourquoi le travail ne le serait-il pas ?", Mme Parisot a imaginez -vous un "jugement" sur Hugo Chavez. La lutte contre l'analphabétisme élevée au rang de priorité nationale et la transformation du Vénézuela en grand pays moderne , au travers d'immenses problèmes qui l'assaillent et ne sont pas encore résolus n'interessent pas Mme Parisot . La lutte contre la misére, le succès reconnu dans cet objectif au plan mondial n'intéresse pas Mme Parisot . Elle trouve que la redistribution de la rente pétrolière aux plus pauvres est un autre scandale de ce siècle .

L'idée seule que ce programme qui entend sortir l'un des pays les plus riches de la planète en ressources fossiles et l'un des plus misérables avant Hugo Chavez d'un sous développement terrifiant , aux bidonvilles immmenses,pourrait donner des idées la plonge dans l'horreur . Mme Parisot a les terreurs de sa classe .

Mme Parisot ne sait pas ce que signifie la dignité retrouvée de tout un peuple , bafouée , méprisée , dominée par la prédation sans limite des groupes pétroliers nord -américains  . Mme Parisot ignore  François Mauriac qui écrivait " Seule la classe ouvrière a été fidéle à la patrie " au moment de l'Occupation .

Mme Parisot , taisez vous .

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.