SUR UNE INTERVIEW DE ANDRE CHASSAIGNE

L'unique façon de conjurer la possibilité d'une catastrophe .

Sur une interview de A Chassaigne à « REGARDS » .
Je ne sais pas en écrivant ces lignes ce que le CN du PCF ne décidera ni s’il décidera quelque chose .Je sais que le compte à rebours d’une catastrophe possible a commencé , peu importe comment on la nomme . Il n’existe qu’une seule méthode pour en empêcher jusqu’à sa possibilité . C’est de cela qu’il s’agit .
Les communistes ont voté et leur vote fait Loi . Le texte base commune de DISCUSSION n’est pas celui qu’ont choisi de mettre en tête 49 Fédérations . Il ne me vient pas à l’idée de me demander comment ce choix a été possible ; les Communistes ont fait leur choix et ne se sont pas trompé(e)s de Bulletin . On va donc « amender et enrichir » dans tout le Parti à partir du texte majoritaire et j’y prendrais ma part microscopique ; ce n’est pas là, la question .
Avant le C N de ce week-end , André Chassaigne donne une longue interview à « Regards » ; sereine et fraternelle . J’en retiens ici deux aspects .
André Chassaigne est l’un des portevoix du texte majoritaire et son expression sereine et fraternelle est en tout point fidèle au texte devenu la base commune de discussion . Chaque communiste compte en principe pour un, mais il en existe qui comptent plus que d’autres ,et André Chassaigne est de ceux-là ; aussi doit on l’écouter avec attention .
Il n’est pas envisageable ,et André Chassaigne ne peut l’ignorer , que ce Congrès , s’il doit déboucher comme il le dit de façon sereine et fraternelle sur un vote réunissant une très large majorité de communistes ( plus de 80%) puisse avoir lieu avec des communistes vainqueurs et des communistes vaincus . Aucun des textes initiaux ne pouvait à lui seul prétendre l’emporter ; et à ce stade, celui qui nous sert de base commune de discussion n’a pas les moyens politiques de son application. Nous ne sommes pas au Far West, et il ne peut pas être question de la règle , colt en main , « Winner take all » , le vainqueur prend tout .
Il n’existe pas de Communiste qui veuille un PCF évanescent . Le Probléme n’est donc pas là .
« Amender et enrichir » , sans aucun doute . Ce n’est pas cette activité aussi importante qu’elle soit qui conjurera la possibilité d’une catastrophe .
Pour ce faire , il faut l’expression d’une volonté politique explicite . Il faut des actes , des déclarations montrant une intention vrillée au corps de faire en sorte que l’on parvienne à un texte acceptable par la très grande majorité . Ceux-ci ont déjà été produits , au plus haut niveau d’une part par Guillaume Quashie , d’autre part par le Secrétaire départemental d’une Fédération( les Bouches du Rhône ) où le texte devenu base commune de discussion n’est pas majoritaire et il s’en faut de beaucoup .
On ne tient pas à celles et ceux qui se sont porté(e)s sur le texte proposé par le CN l’appel de Wellington aux troupes françaises à Waterloo : « Braves Français, rendez-vous !» ; cette exhortation d’une courtoisie toute britannique n’est ni sereine ni fraternelle . Et le discours de André Chassaigne ne peut pas mériter la Réplique connue pour cette raison . Reste que l’acte politique incontournable est absent de cette interview .
Il ne doit y avoir ni vainqueurs ni vaincus ; le texte final ne procédera pas de collages absurdes , ni de coutures d’opportunité . Mais IL NE DOIT Y AVOIR NI VAINQUEURS NI VAINCUS.
Que dit André Chassaigne de façon sereine et fraternelle ? En fin d’interview deux choses :
1)« le PCF doit d’abord refaire ses muscles et ensuite … » ; c’est la première idée .Elle condense toute la question du- des rassemblements à construire. Que fait André Chassaigne de celles et ceux qui ne voient pas les choses de cette façon ? On ne saura pas .
2) André Chassaigne nous dit ensuite , de façon sereine et fraternelle, que , les changements de direction , au premier chef Pierre Laurent ne sont pas le fruit de querelles d’ego . Mais toujours de façon sereine et fraternelle , selon lui , Pierre Laurent , à qui il laisse la décision , devrait s’effacer ; il ne manque pas de figures possibles pour porter la politique qu’il préconise . Que fait André Chassaigne de celles et ceux qui ne voient pas les choses ainsi ? On ne saura pas . Mais comme cette idée fait suite à une longue condamnation de choix politiques auxquels André Chassaigne attribue l’affaiblissement du PCF , il est impossible de se défaire de l’idée que pour lui , Pierre Laurent est le principal responsable de cette situation. Que fait André Chassaigne de celles et ceux qui ne voient pas les choses ainsi ? On ne saura pas .
Peut-on lui dire , sereinement et fraternellement, que là n’est pas le discours dont résulte : « Il ne peut y avoir ni vainqueurs ni vaincus » ? Ce sera tout pour aujourd’hui.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.