SUR AURELIEN BARREAU : COMMENTAIRES SCANDALEUX ET HERETIQUES

Libres propos sur deux conférences d'Aurélien Barreau

SUR AURELIEN BARREAU : COMMENTAIRES SCANDALEUX ET HERETIQUES
(pour des amis de FB et notamment Maurice Ulrich )
Venu en coup de vent à Strasbourg pour des affaires inintéressantes, j’y fus reçu à bras ouverts par la belle famille d’une de mes filles et je pus à l’ombre et dans la fraîcheur des orages d’Août, songer à deux conférences très différentes d’Aurélien Barreau ; on se souvient de mes commentaires agacés récents au sujet d’une longue tribune que l’Humanité avait publiée au sujet de l’urgence climatique ; je ne connaissais pas vraiment Aurélien Barreau et le fait que son style ne me soit pas sympathique n’a aucun intérêt ; les conférences dont il va s’agir en ont beaucoup ; avant d’aller aux conclusions je demande qu’on veuille bien lire ce qui les précède ; je me suis efforcé de rendre les choses dont il va s’agir accessibles, mais il est certain que mes conclusions me vaudront le bûcher au moins virtuel ; de sorte que je prends des précautions .https://www.youtube.com/watch?v=130ryGKmf8o
Aurélien Barreau possède un large pedigree scientifique ; après avoir vu défiler Claude Allègre sur tous les médias du temps où il était encore respecté et éventuellement respectable , Aurélien Barreau a pris sa place .
Je voulus en savoir davantage : la première conférence que j’ouvris , traitait de la Relativité Générale et du Big Bang . Je rappelle très immodestement que , lors d’une Université d’été du PCF , un autre conférencier s’attira la question « Qu’y a-t-il avant le Big Bang ? « et que de ma place, je m’exclamais » Cette question n’a pas de sens », ce qui fut suivi d’un silence profond. En fait cette question très naturelle m’avait longuement agité l’esprit et j’étais très fier d’avoir trouvé cette réponse tout seul sans recours aux mathématiques ; la réponse était la seule compatible avec une conception matérialiste , conception dont je ne me départirais pas dans ce qui suit ; le temps 0 étant le début de l’Univers il en résultait qu’il n’y avait pas de matière sans temps, la réciproque étant vraie : pas de temps sans matière . Je fus étonné de ne point avoir de contradicteur mais je gardais cette réflexion pour moi en attendant d’en savoir plus .Un livre remarquable « A Digestible Quantum Field Theory» de Andrei Smilga m’en apprit bien davantage ; ce n’est pas un ouvrage facile en dépit de son titre et quant à être « digeste » , c’est là une épithète un peu osée bien que l’Auteur le prétende accessible à un élève brillant de Terminale ; à ce stade je n’en ai pas réellement compris le centième et je pense faire partie de celles et ceux qui ont le bagage minimal requis ….. mais quoi qu’il en soit, l’ouvrage commence exactement par la même question à laquelle il apporte une réponse qui serait identique à la mienne – quoiqu’évidemment étayée de façon infiniment plus solide – s’il n’ajoutait pas une sérieuse réserve en citant VI Lénine, lequel, dans un ouvrage conseillé « Matérialisme dialectique et empiriocriticisme », écrit : »l’électron comme l’atome est inépuisable » ; il est rarissime de voir invoquer Lénine dans un ouvrage scientifique , un ouvrage de Physique contemporaine qui plus est, et à ma connaissance ,j’ai trouvé cette référence deux fois en tout et pour tout ….De la part de l’Auteur ce n’est pas vraiment surprenant : ses récits relatifs à l’Ecole de Physique Théorique Soviétique montrent une connaissance intime du sujet ; de tous les ouvrages dont j’ai commencé l’étude , c’est le SEUL qui cite les grands physiciens de la période soviétique , notamment Lev Landau mais ne fait pas l’impasse sur d’immenses physiciens théoriciens Nord Américains et Japonais …. Andrei Smilga commente avec humour cette citation en disant que « cette observation n’est pas si stupide et Lénine eût été un remarquable physicien s’il ne s’était pas adonné à la politique » …. Andrei Smilga , sans doute écœuré par les désastres de l’URSS y compris au plan philosophique, s’est détourné de ce qu’il pense être le matérialisme dialectique et a rejoint la cohorte ultra majoritaire des scientifiques se considérant comme « réalistes » ce que V.I Lénine appelait « les matérialistes honteux » .
Revenons au Big Bang ; Andrei Smilga explique que au voisinage du « temps zéro », l’équation de Friedmann déduite des articles de A. Einstein sur la Relativité Générale possède ce que l’on nomme une « singularité » et que de ce fait elle ne NOUS APPREND RIEN au voisinage du temps initial .La Relativité Générale n’étant plus d’aucun secours, tout ce qu’on peut dire est que « dans le cadre de ladite théorie , la question d’ « avant le BIGBANG » n’a pas de sens » .Cette restriction n’est pas anodine .
Je reviens plus loin sur cette question . En attendant, c’est là qu’on retrouve Aurélien Barreau . Sa conférence ne peut pas être pensée « grand public » mais il s’étend néanmoins très longuement sur les considérations qui précédent ; jusque là, je me trouve en excellente compagnie ; ce que dit Aurélien Barreau n’ajoute rien à ce qui précède et s’appesantit trop sur les aspects mathématiques à mon goût ;il attire à juste titre l’attention sur le fait que au voisinage du Temps Zéro , la formation de l’Univers fait l’objet de processus quantiques qui , dans la suite de sa formation, en tant qu’UNIVERS , seront négligeables par rapport à la Gravitation mais sont déterminants dans le magma primordial ; on ne peut que le suivre ; justement , c’est jusque-là le grand probléme NON RESOLU , à savoir unifier dans une même théorie la Mécanique Quantique et la Relativité Générale ; la fin de sa conférence est destinée à exposer quelques unes de ses propres spéculations sur la question « Avant le Big Bang » ; sa tentative consiste clairement à concilier la Relativité Générale avec une représentation qui le conduit aux « Multivers » dont il est l’un des théoriciens en vue .De cela je ne parlerais pas ; on a le droit absolu de spéculer quand on sait de quoi on parle ce qui est d’évidence le cas d’Aurélien Barreau . Mais n’ayant pas assimilé le centième de l’exposé « digestible » de Smilga on comprendra que je ne me risque pas à commenter les spéculations d’Aurélien Barreau ; toutefois quelques remarques complémentaires : il est membre de la Direction de l’important Institut « Périmétre » situé à Toronto ( Canada) et y voisine avec un autre spécialiste de la Relativité Générale ,Lee Smolin dont certains ouvrages grand public sont traduits en Français , notamment « Rien ne va plus en Physique ! » , que je recommande chaleureusement .Aurélien Barreau est raccord avec Lee Smolin relativement à la « Théorie des cordes » bien que sous une forme infiniment plus diplomatique .Andrei Smilga d’ailleurs en parle de façon élaborée en mettant en évidence des impasses redoutables même s’il s’incline devant la beauté de cette Théorie .On devrait donc apriori considérer Aurélien Barreau comme un Physicien dont les pensées sur les problémes ouverts doivent compter ; il est cependant étrange que sur un tel sujet il ne mentionne que ses propres méditations sans aucune référence à des travaux d’inspiration différente et de premier plan, notamment les travaux considérables de Alain Connes sur « la Géométrie Non Commutative » ; (j’en profite pour à nouveau recommander chaudement ses conférences à ce sujet) ; les références en outre aux tentatives d’un Physicien méconnu ,Hugh Everett , précurseur semble t-il de l’idée des Multivers , prêtent , pour autant que je sache, à forte controverse .Il ne semble pas que là gise la solution des affres actuels de la Physique ; comme on ne peut à ce stade RIEN TESTER, il serait très aventuré de ma part de chercher à présenter des objections . Ce n’est surement parce qu’une idée n’est pas dans le courant dominant qu’elle est fausse …Mais simplement , pour ce qui concerne les idées de Hugh Everett , les objections sont nombreuses et Lee Smolin en fait état…il n’est pas le seul .
Que dire au point de vue du matérialisme ? La science n’a pour le moment pas prononcé et la philosophie ne peut pas prétendre la précéder ; par contre , si l’idée « pas de temps sans matière et pas de matière sans temps » est en principe conforme au matérialisme ,quid de la question « Avant le Big Bang » ? Il n’est surement pas conforme au matérialisme d’envisager une demi seconde que l’Univers Primordial naisse de …RIEN. Il semble qu’on aboutisse ainsi à une contradiction fondamentale …. L’unique façon d’en sortir à mon sens est de revenir à l’observation de Andrei Smilga : la Relativité Générale ne peut RIEN nous dire au voisinage de l »Univers Primordial » et c’est donc NOTRE conception du TEMPS ET DE L’ESPACE qu’il faut réinterroger . Je rassure mes éventuelles lectrices (et lecteurs ) : on ne trouvera pas ici de thèse à cet égard ; au mieux une observation sérieuse : une caractéristique majeure de la Mécanique Quantique repose sur le Principe d’Incertitude ; lequel peut être prolongé de très multiples façons ; Il est impossible de mesurer en même temps de façon arbitrairement précise la Position et la Vitesse d’un « corps quantique » ( je ne précise pas davantage la signification de cette expression mais je souligne que ledit Principe n’est en rien un Principe vouant l’esprit humain à ne « pas pouvoir connaître » ) .Ce principe comme ses généralisations reposent sur un temps et un espace CONTINUS. On ne peut envisager de considérer le temps et l’espace comme DISCRETS- comme la trotteuse d’une montre- ; par contre on peut envisager qu’ils soient TOTALEMENT DISCONTINUS ; lorsque c’est le cas et seulement dans ce cas le principe d’incertitude tombe .C’est là une conséquence trop significative pour qu’on l’ignore ….On n’en dira pas davantage : l’auteur de ces Notes s’est déjà suffisamment aventuré …
Aussi bien est-ce le moment d’arriver à l’autre Conférence d’Aurélien Barreau .Ce n’est pas une Conférence mais un passage à une émission de Télévision en présence de Juliette Binoche et relative au changement climatique .
https://www.youtube.com/watch?v=yvml7Wfg6E4

Là, Aurélien Barreau se livre en déclarant que( verbatim) : « les solutions sont connues et SIMPLES » ; je ne détaille pas , renvoyant mes lectrices et lecteurs éventuels à l’émission : je crois avoir montré que je n’ai aucune prétention à juger des travaux de Aurélien Barreau comme Physicien ; je me trouve souvent en accord avec ce qu’il dit de l’UNIVERS CONNU ; mais prétendre que s’agissant du changement climatique les solutions sont à la fois connues et simples , là , on me vouera sans doute à la Géhenne mais ça ne passe pas , comme hier ne passaient pas les élucubrations de C Allègre prétendant qu’il n’y a pas d’effet anthropique dans le changement climatique .Les « solutions simples » d’Aurélien Barreau sur CETTE question ne sont qu’un resucée des recettes faisandées du Club De Rome ; c’est un défenseur de l’austérité heureuse et c’est son droit ; mais à visage découvert , pas en lançant à la face d’un public tétanisé que les « solutions sont connues et SIMPLES » . N’ayant peur de rien , je lance à ce sujet l’apostrophe connue de PAM Dirac : « Ce n’est même pas faux »

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.