UN SAMEDI DE LUMIERE DANS LA TEMPÊTE DU MONDE

Le changement d'époque par Bertand Badie

UN SAMEDI DE LUMIERE DANS LA TEMPÊTE DU MONDE

Prologue : Quand Mme Michu réfléchit à l’état du monde.
La mer se fit opale ; en Méditerranée, au nord, c’est rarissime ; (Sonitchka m’apprit que les Anciens disaient qu’elle était vineuse, mais pas sous nos latitudes) , elle allait se fâcher et se fâcha ; elle devint grise ; je ne l’étais pas. Des vagues de 3 mètres se déchainèrent sur le littoral et à nouveau des gens pas spécialement fortunés perdirent tout, y compris la vie. La fatalité, on n’y peut rien.
Mme Michu fait ses courses ; elle fredonne : « Avec mon tralala, mon tout p’tit tralala ……Paris sera toujours Paris …. »
Elle a essayé de regarder « Le bazar de la charité » en croyant que ça la distrairait ; mais non ; elle a zappé ; si même la Belle Epoque se termine en drame , alors pensez …
Elle écoute Philippe ; a l’air de savoir ce qu’il veut, celui -là ; pas comme ces grévistes qui empêchent tout le monde de vivre ; parce qu’aujourd’hui elle a dû faire la queue, Mme Michu et n’a pas trouvé la moitié de ce qu’elle cherchait …. Elle fredonne quand même ; on est en France que diable, ces énergumènes aux drapeaux rouges, on va les calmer, j’vous dis que ça .
Le monde de Mme Michu est celui qui lui parvient par l’étrange lucarne … Guerres, massacres, hommes, femmes, enfants …Le chaos partout ; pas en France évidemment. Saleté de grévistes. A part ça, tout va bien. Le Proche Orient est en transes ; les Algériens sont dans la rue ; c’est tout ce qu’ils savent faire ; pareil en Tunisie, pareil au Liban ; en Israël ils ont un Premier Ministre escroc ; de toutes façons les juifs c’est de la sale race ; enfin du moment qu’ils cognent sur les Arabes c’est déjà ça, et ils savent faire . En Amérique Latine, c’est pareil ; ils sont dans la rue au Chili et en Argentine ; elle espérait qu’au moins au Brésil ça irait mieux après avoir mis les rouges au pas ; ce serait-y pas eux qui ont foutu le feu à l’Amazonie ? ; voilà t’y pas que Lula l’escroc vient d’être libéré ; elle comprend pas, Mme Michu. Au moins en Bolivie, coup d’Etat ; ça c’est bien ; dehors, l’Indien au regard trouble. Mais apparemment dans ce pays-là ils ont l’habitude … Où se tourner ? Mme Michu cherche le calme. Elle le trouve.
LVMH se paie l’Amérique ; bonsoir Anne-Sophie, commence Jean Paul Chapel avant de dire que le luxe c’est 90% pour l’export et ça pèse plus de 100000 emplois ; le luxe c’est la France et le rachat de Tiffany est une excellente nouvelle ; Arcoval a des contrats pour 4 ans ; oublié Whirlpool ; il y en a qui sont plus dans la merde que vous. Les Restos du cœur attendent 17% de demandeurs en plus cette année ….La misère rampe . Qu’importe, bientôt Noël et pressez- vous, il n’y en aura pas pour tout le monde.
L’Hôpital hurle ; les Pompiers crient. Le Rail se bat.
Plus un seul secteur de la société, hors des 1% d’accapareurs qui ne soit hors des gonds.
Mais se dit Mme Michu, croyez-moi, c’est quand même chez nous qu’on est le mieux ; si ça reste chez nous. Mme Michu n’aime pas les immigrés. On ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Et le luxe, cher Monsieur c’est la France. Paris sera toujours Paris. Ce matin, Bernard Arnault déclare d’une voix qui sent la mort : « depuis la Présidence Macron, la France est beaucoup plus attractive pour les capitaux étrangers ; ce qui compte à l’égal de nos poètes, de nos peintres ce sont les marques ; Dior est aussi connu mondialement que le Général de Gaulle » . Ça c’est un Monsieur, et Sonia Mabrouk a bien eu raison de moucher- comment il s’appelle, ah oui Roussel, Fabien Roussel - : qu’est ce que vous faites des milliers d’emplois qu’il crée ? ( Pas Fabien Roussel , l’autre ) ; c’est vrai ça, les cocos y changent pas ; qu’est ce que ça peut lui faire à Roussel que Arnault soit l’une des plus grandes fortunes mondiales ; les envieux .
Elle fredonne Mme Michu : Paris sera toujours Paris …
Ne croyez pas ça Mme Michu ; les métastases sont partout. Tout ça pour vous dire que ce Samedi 16 Novembre , l’événement était au Sénat.
UN AUTRE REGARD SUR LE MONDE
Pierre Laurent introduisit le Colloque ; reconstruire la politique extérieure de la France ; qu’est-ce à dire ? Il suffira de donner le point d’orgue du panorama désastreux résultat d’une longue glissade vers le néant accomplie en deux ans de présidence macronienne : le budget de l’Aide Publique Au Développement a disparu. Après cette entrée en matière, la parole était à Bertrand Badie.
Il y a le chaos dans la tête de Mme Michu et il y a le chaos du monde ; Que restait -il des catégories d’hier pour le penser ?
« Eh bien Messieurs, tout ce qui reste à faire en Physique c’est l’expérimentation de plus en plus précise ; …. » déclarait, paraît-il, Lord Kelvin , à la veille de la révolution quantique ….. La lectrice connaît ma marotte pour les parallèles …. Elle m’en voudra ou pas ; mais il faut bien dire que ça y ressemble ; Marx aurait tout dit ; Lénine aurait tout dit. Le tour de force de Bertrand Badie consiste non pas à « préciser », à « les revoir à la marge » ou pire à les « réviser », les grands auteurs mais à en changer de fond en comble les concepts sans que pour autant on les jette dans les oubliettes ; au contraire , comme le disait déjà Karl Marx , »l’Homme explique le singe et pas l’inverse ». Badie monte consciemment sur l’épaule de géants et c’est en cela que son exposé est de part en part créateur ; il en donna un avant-goût dans un long entretien avant Colloque à l’Humanité. A la question « que faut-il changer à la politique extérieure de la France ? » Il répondit « Tout » .
Depuis la fin du bloc soviétique on a poursuivi sans désemparer et en France spécifiquement la politique du congrès de Vienne ; c’était absurde.
Les Puissances ….Mais la Puissance est IMPUISSANTE .
La Guerre selon Clausewitz (que le mouvement communiste retourna tout en s’y rattachant volens nolens ) était « la continuation de la politique par d’autres moyens » . Que reste-t-il de cette formule ? Rien.
Pour s’en convaincre, écoutons Aminata Traoré autre intervenante au Colloque avec une Intervention qui s’inscrira dans les Annales : « Vous nous apportez la « démocratie « ; la « démocratie » c’est la Guerre. Nous n’avons pas besoin de cette « aide ». Cette « aide » dévaste le continent africain lequel a tout subi depuis que « vous vous en occupez » ; de la Traite jusqu’à nos jours. Laissez nous nous occuper de nos affaires … »
La Guerre est maintenant partout ; dehors et dedans et ne résoud rien.
« La troisième Guerre Mondiale sera sociale » nous dit Bernard Thibault »
C’est un développement de la pensée de Bertrand Badie : la Politique du Congrès de Vienne, autrement dit le partage du monde en zônes d’influence réglées par les Puissances, a conduit à faire des inégalités sociales une thématique de second ordre ; c’est ce second ordre qui est devenu l’essence du mouvement du monde ; la Puissance est impuissante ; au niveau mondial, la Puissance provoque le chaos.
Dans mon immense naïveté , j’avais pensé que s’imprimeraient dans mon esprit de façon indélébile les Trilogies qu’énonce avec brio Bertrand Badie mais c’était croire que je pouvais m’élever à sa hauteur en l’écoutant …. La lectrice se reportera à l’Ouvrage qui reproduira les Actes du Colloque ….
Jamais dans son Histoire l’humanité n’aura eu à sa disposition autant d’outils pour dessiner un autre avenir qu’un chaos sans fin et sans objet ; c’est pourquoi le propos de Bertrand Badie fait de l’ONU une des grandes questions de l’avenir humain ; je ne vais pas tenter d’amoindrir son propos en le paraphrasant de façon médiocre ; le 16Novembre au Sénat , « j’ai vu se lever l’aube d’ une ére nouvelle » .

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.