Quelques mots sur une Tribune

En ce mois de Mai terrible, les textes fleurissent mais il n’y en a qu’un seul qui mérite qu’on en parle

Quelques mots sur une Tribune

En ce mois de Mai terrible, les textes fleurissent mais il n’y en a qu’un seul qui mérite qu’on en parle ; beaucoup d’éléments avaient conduit en 2017 à la catastrophe politique ; de ces éléments on devait retenir, comme essentielle ,  l’absence d’alternative d’une gauche incapable de relever les défis de notre temps . Un pouvoir sans scrupule, déterminé comme jamais s’y engouffra. Ce silence insupportable ne pouvait pas durer ; un pays riche comme l’est le nôtre, conduit à une souffrance sans fin du monde du travail alors que les dividendes explosent, ce n’était plus possible ; voilà soudain et tout à trac une pousse de Mai.

Je lis ce texte avec ma boussole, la seule qui vaille , dussé-je être vomi :

  • Ce texte est- il de nature à engendrer des progrès notables pour la grande majorité de nos compatriotes ?
  • Est-il rassembleur pour une majorité populaire le plus large possible ?

A ces deux questions fondamentales ma réponse est affirmative sans mais ni si.

Ce texte réunit des sensibilités très diverses à gauche et au sein du mouvement écologiste et sa caractéristique première est qu’il impossible d’y trier ; une alchimie politique a présidé à son écriture, alchimie sans laquelle on ne peut rien et ne pourra rien.

Ne discutons pas pour savoir si ce texte est parfait …Cette question n’a aucun sens. Par contre, il devrait être d’une évidence absolue qu’un gouvernement déterminé à mettre en œuvre sans faiblesse ce qu’il contient, ouvrirait une brèche en France, en Europe et dans le monde face aux appétits carnassiers du capital dont les tenants n’ont renoncé à rien .

On ne l’attendait plus ; trop d’espaces politiques séparaient les forces dont le texte en question constitue une première manifestation. Ces espaces n’ont pas pour autant disparu comme par enchantement. Moins que jamais l’expression : « ce qui nous réunit et plus important que ce qui nous divise » n’est valide. Il faut s’y faire.

Le texte dit-il tout ? Évidemment non. A partir de lui, commence une autre phase. Le texte s’y offre explicitement ; ce n’est pas à Macron et sa clique qu’il faut dire « chiche » ! Mais à ce texte, oui, sans réserve.

A cette heure nul ne peut dire quel sera son destin ; à cette heure, il se sera trouvé des personnalités très diverses qui prennent ensemble leurs responsabilités ; en manque-t-il à l’appel ? Sans doute. A elles et elles seules incombe la responsabilité d’en être ou pas.

Je n’ai pas envie de commenter les moues dégoûtées que l’on voit se manifester ici et là.

Qu’un large mouvement populaire s’en empare, pas pour l’ « adopter » mais pour le TRAVAILLER , commencerait alors la phase d’une grande victoire politique , la première depuis des décennies ,il n’y a aucun précédent historique à ce qui peut naître de cette pousse de Mai .On ne peut qu’exhorter celles et ceux qui veulent réellement commencer à prouver l’existence du pudding à soutenir la promesse que contient la conclusion de ce texte , le seul à ce jour qui en ouvre l’espérance .    

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.