LES CÔTE A CÔTE IRRESPIRABLES

Les insupportables juxtapositions

LES CÔTE A CÔTE IRRESPIRABLES
C’est un fait établi : le PCF n’a PAS collaboré avec l’Occupant nazi , ni au « début » ni « pendant » ni « après » . Qu’on en dispute encore est l’un de ces dépotoirs dont la France d’aujourd’hui a le secret ; on a regardé sous les jupes , on a fouillé les neurones , rien . Mais avec ça, on est très loin d’en avoir tout dit et en outre on n’en dira jamais TOUT . Savoir si le PCF a été ne fût-ce qu’un instant tenté par une collusion avec le nazisme est très important ; savoir si c’était 75000 ou 40000 n’a AUCUN intérêt ; le PCF est celui des partis politiques français qui paya le plus lourd tribut à la France profanée . Cela devrait suffire et apparemment ne suffit pas . Que fait cette comptabilité morbide des fusillés ? A 75000 on invente une légende et à 40000, on est dans le banal ???? Etrange monde que ce monde .
La guerre dit-on . La seconde guerre mondiale commença avec l’arrivée d’Hitler au pouvoir lequel ne fut jamais ELU démocratiquement , autre fable qui sert l’extrême droite .
En 1934, un coup d’état fascisant échoua en France et le PCF fut pour beaucoup dans cet échec ; il n’importe pas que mon père soit expulsé à l’époque comme « indésirable » ; le coup d’état avait échoué mais le gouvernement issu de cet échec avait des airs communs avec celui de Macron.
En 1934, l’IC ( Internationale Communiste ) renvoyait dos à dos fascistes et sociaux- démocrates . Le 26 Juin 1934 , Maurice Thorez prend délibérément le contrepied de cette ligne et lance le Front Populaire . C’est l’origine de ce qui suivra . En 1935, Georges Dimitrov dans un discours fameux et OUBLIE , dirigeant de tout premier plan de l’Internationale Communiste , sauvé des geôles nazies , par la solidarité internationale et dans un procès retentissant où les dirigeants nazis d’Allemagne perdent la face , reprend à son compte la Ligne du PCF et passe en revue pour toute l’Internationale Communiste les expériences en cours et les raisons des échecs face au fascisme ; c’est à cette occasion qu’est produite l’analyse fameuse de la nature de classe du fascisme comme dictature terroriste ouverte des éléments les plus concentrés du capital européen et mondial .
En France le Front Populaire gagne les élections ; en juillet 1936, éclate le coup d’Etat de Franco en Espagne ; le PCF est en première ligne pour apporter son soutien militant , politique et armé à la République Espagnole . La Seconde Guerre Mondiale a éclaté . Le PCF est le seul parti français à y voir clair . Il est seul, en France à dénoncer la « non-intervention » décrétée par Leon Blum et à ne pas la respecter . Nombreux sont les communistes qui s’engagent aux côtés de la République espagnole dans l’épisode glorieux des Brigades Internationales qui s’illustrent à Guadalajara , à Teruel , au passage de l’Ebre , et bien sûr dans la défense de Madrid ; au même moment , l’URSS n’envoie pas en Espagne une cohorte de photographes mais des vaisseaux entiers remplis jusqu’à la garde de matériel de tout ordre et des cadres militaires de premier rang . C’est la guerre et elle est mondiale ; ce n’est que son second acte . Rien n’y fait ; la République espagnole tombe ; et pendant que Franco massacre son propre peuple sans discontinuer , la frontière pyrénéenne voit défiler par milliers les colonnes hagardes, hommes , femmes , enfants de ce qui reste de l’Espagne républicaine et démocratique : la France accueille ces cohortes dans des camps d’internement. Le Front populaire a vécu et cette déchéance en est le symbole .En mars 1938 c’est l’Anschluss . En Septembre 1938, les honteux « Accords de Münich » mettent fin à la Tchécoslovaquie . En France , le PCF est le SEUL parti à les dénoncer et à tenter d’en prévenir la conclusion funeste .
Nous sommes en 1939 ; les mots vont être impuissants à décrire la densité de ce qui se passe en à peine deux ans jusqu’à l’embrasement global .
En Mars 1939 commencèrent à Leningrad des négociations tripartites Anglo Franco Soviétiques dans le but , côté soviétique , d’une alliance militaire effective . Entre temps la première Grande Terreur a de façon presque inconcevable , décimé les cadres de l’Armée Soviétique , particulièrement les militaires rentrés d’Espagne et accusés de trahison dans des procès expéditifs, passés par les armes .
Des historiens y compris communistes ont pu dire que l’URSS n’avait pas tout fait pour éviter l’échec de la Conférence militaire tripartite ; j’avoue, à la lecture des Actes publics n’avoir jamais compris où ils ont pu aller chercher cette thèse . On peut supputer sur le fait que la France eût été plus « intéressée » que la Grande Bretagne à conclure . Mais comme on le sait , le représentant Français , le Général Doumenc avait des pieds et le représentant Anglais , l’Amiral Drax n’aimait pas le thé russe . N’importe quel béotien comprend à la lecture des Comptes Rendus que l’URSS , représentée par son Ministre de la Défense K Vorochilov dont peut être faut-il discuter la moustache- rien ne saurait être plus important- , développe face à ses interlocuteurs un plan totalement détaillé des forces armées que l’URSS veut engager au cas où Hitler attaquerait à l’Ouest, et ledit béotien comprend que , l’Accord Militaire d’Assistance Réciproque n’a de sens que si les Forces Armées Soviétiques peuvent en une semaine au plus se porter à la Frontière allemande- soit environ 600 kilomètres- , en passant par un corridor polonais pour lequel l’Accord des partenaires français et anglais est indispensable sauf à faire un Accord de sabre en bois . Mais Doumenc a des pieds qui lui font mal et Drax n’a pas son thé .Les négociations traînent . Les représentants Français et Britanniques n’ont pas les pouvoirs nécessaires pour conclure . Le 2 Août , Molotov qui a « remplacé » Litvinov à la tête des Affaires étrangères Soviétiques annonce que les négociations tripartites sont ajournées . Le 3 Août , Von Ribbentrop est à Moscou . Le 24, le Pacte de Non-Agression est signé . Le 26 Septembre , Daladier , par un Décret-Loi prononce la dissolution du Parti Communiste Français .On demande aux censeurs contemporains comment ils imaginent que le corps militant du PCF lequel à l’époque doit compter au plus 40000 membres sur l’ensemble du territoire , puisse être mis en mesure d’assimiler ce qui s’est passé, Internet sans doute ? . Le 1° Septembre la Wehrmacht a envahi la Pologne . Le 3 septembre , la France et la Grande Bretagne déclarent sur le papier la Guerre à l’Allemagne . C’est la « drôle de guerre » . Le 9 mai 1940, l’Allemagne envahit le Luxembourg . Le 22 juin , Pétain qui a désormais les pleins pouvoirs capitule . Le 15 Juillet un Appel au Peuple de France écrit par Jacques Duclos , à l’époque clandestin, déclare : « la France ne sera jamais un peuple d’esclaves ».
Ensuite on dispute de la question de savoir si le PCF a « collaboré » . Rideau .
Sur cette grave interrogation se greffe ensuite la question des 75000 fusillés . On demande comment se raconte la chose aux enfants . 75000, légende ; ils n’étaient que 40000 ; on ne compte pas les pendaisons . Là-dessus un « spécialiste » lance à la tête de Ian Brossat que le Général de Gaulle « a sauvé le PCF » . A la place de Ian le personnage eût de ma part essuyé un crachat mais ce n’est pas le style de la Tête de Liste du PCF aux européennes . Les communistes français sont comme ça, voyez vous : devant un peloton d’exécution il en est pour s’écrier : « Vive le parti communiste allemand ! »

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.