LE SOUPER ( PASTICHE)

Un pastiche librement inspiré de l'oeuvre désormais célébre de Jean- Claude Brisville

 

Le  Souper ( pastiche )

 

La scène est à Paris ; hôtel bourgeois style Haussmann ; mobiliser rare et sans goût.

 

Personnages : Duc du Pot et Béarn ; Prévôt de Lyon ; le chien Merluchon

 

Prévôt de Lyon ( il s’avance vers le Duc et lui tend une main molle ; il est habillé en frac) :

 

Eh bien , Monsieur le Duc que dites-vous de mon omelette ?

 

Duc du Pot et Béarn : Pas m… pas m… pas mal du tout Monsieur le Prévôt, mais av.. av… av.. avouez  que sans moi , ce serait une autre chanson .

 

Prévôt de Lyon : Tout beau, Monsieur le Duc, je n’avoue jamais rien ; ce sont les autres qui avouent ( un sourire graisseux vient sur ses lèvres) ) ; de plus , toute la Cour vous abomine ; quel autre choix aviez-vous ? Prenez place ; je vous ai mandé car nous avons à causer.

 

Le Chien Merluchon, un dogue danois se lève soudain et grogne ; le Duc a un mouvement de recul .

 

Prévôt de Lyon : Merluchon couché ! Ce chien est agaçant, on ne sait pas pourquoi il grogne ; savez-vous qu’il n’aime que la viande rouge de gibier fraichement tué ?  Etonnant n’est-ce pas ? Ne craignez rien ; la vôtre …

 

A ce moment une fenêtre de l’Hôtel se brise et une pierre arrive dans la salle ; on entend une foule, des cris,  mais on ne distingue pas les mots Les deux personnages vont vers la fenêtre ; Prévôt de Lyon regarde dans la rue :

 

« Ah ! ce sont les drôles qui excitent Merluchon. Il le sent de loin ce gibier- là.  Allez-y, braves gens, demain est un autre jour »  . Il ferme les persiennes et jette une dernière fois son regard au travers ;

 

Duc du Pot et Béarn :  Comment sa … sa … … savent -ils que nous sommes là ?

 

Prévôt de Lyon : Duc, comment vîntes- vous ?

 

Duc du Pot et Béarn :  Mon Dieu, com..com..comme je pus .

 

Prévôt de Lyon : Ah ça Oui ! Eh bien ne cherchez pas plus outre ; on vous suit partout.

 

Duc du Pot et Béarn : Monsieur !

 

Prévôt de Lyon : Là , là ,Monsieur le Duc , je plaisantais .. Asseyons-nous et dinons, voulez-vous ?

 

Un valet borgne apporte une soupe .

 

Prévôt de Lyon : soupe de cresson à la vipérine.

 

Duc du Pot et Béarn : à la vi .. à la vi…

 

Prévôt de Lyon : à la vipérine, oui, l’idée est de moi ; ça donne un petit goût canaille … Vous connaissez ça ; pas de cognac sans vipérine.

 

Duc du Pot et Béarn( il lève un verre encore vide )  : à la victoire de nos plans !   

 

Prévôt de Lyon :  « Nos » plans Monsieur le Duc ? Comment ça « Nos » plans ?

 

Duc de Pot et Bearn : Vous m’em… ; vous m’em…., vous m’em … ( A chaque syllabe, Prévôt de Lyon fait un signe d’agacement ), vous m’embrouillez , allons au fait .  

 

Prévôt de Lyon : Omelette, Monsieur le Duc, pas œufs brouillés .

 

Duc du Pot et Bearn :La chi ….la chi…, la chi … La chimie de la chose est de moi.

 

Prévôt de Lyon : Tout  beau Monsieur le Duc , l’Alchimie – et non la Chimie est toute entière de ma conception .

 

Duc du Pot et Bearn : Mais enfin, Monsieur , me direz-vous pourquoi vous m’avez mandé ?  Si c’était pour disputer de la pa.., de la pa… de la paternité  de cette miraculeuse restauration portée par Toutenmacron , vous savez que la con…, la con…la conception entiére m’en revient ; j’ai écrit tout un livre à ce sujet qui en donne la clé .

 

Prévôt de Lyon : J’y viens , Monsieur le Duc . J’ai eu ouïe dire que vous étiez fort marri de la façon dont les choses avancent et du traitement que l’on vous fait ; les ingrats ! Un Secrétariat d’Etat aurait été si sage !

 

 

 

Duc de Pot et Bearn (il s’étrangle en parlant ) : Un sec …., un sec ….  Un Secrétariat d’Etat, y songez-vous ? La chi …la chi ….la chi …la chicane me plaît et la fonction de Garde des Sceaux avec un  Mi …un Mi…

 

Il est coupé par Prévôt de Lyon :

 

Prévôt de Lyon : Justement Monsieur le Duc, mais une Loi de « moralisation » est requise par ToutenMacron , vous le savez et vous confier la « moralisation » est un peu …. Excusez moi , comique . Toutefois , les choses se peuvent arranger ; notre rendez vous n’a pas d’autre but.

 

Duc du Pot et Béarn : Co …Co …Comment ? Co …co ..comique ? Y songez vous ?

 

Prévôt de Lyon : enfin Monsieur le Duc il n’est personne de qualité que vous n’ayez vendu ….

 

Duc du Pot et Béarn : ven …ven …vendu , quel vilain mot ! Vous-même êtes vous à ce point irréprochable ? ; on m’a dit qu’à Lyon  vous avez sévi sans faiblir contre tous vos amis ; il est vrai que ce n’est pas comme vos prédécesseurs .

 

Prévôt de Lyon : ah ! Vous savez cela , nous sommes faits pour nous entendre ; en politique il n’existe pas de « trahison » ; seul l’objectif compte , il est atteint ; il est vrai qu’avec les Carrier et autres , c’était plus plaisant , on attachait homme et femme ensemble , la bête à deux dos en somme et hop ! dans le Rhône ; c’était expéditif .

 

Duc du Pot et Bearn : on dit partout que vous allez être le futur Ministre de la Police ; j’en tremble .

 

Prévôt de Lyon : Vous en avez sujet ; j’ai constitué dans l’ombre, à Lyon des filets de toute espèce et j’ai des dossiers sur tout ce qui compte ; on me craint .Et j’ai des projets …. Chaque citoyen de ce pays sera par moi surveillé .    

 

Duc du Pot et Béarn : Croyez vous être le seul ? Sur vous , j’ai de quoi remplir une pièce entière de la taille de votre sa..sa..salon . Au fait , hors de ce potage dînerons nous ?

 

Prévôt de Lyon : avec Vous à la Justice et moi à la Police , il est vrai que ça fait un couple qui se tient , hi ! hi ! en tous les  sens du terme …. J’ai quelque influence ;….Nous verrons cela mais il faut qu’avec moi nous rendions visite à Toutenmacron et je vous déconseille de répéter ce que vous aviez dit avant que son intronisation ne devienne inéluctable ; je vous le répète vous avez des ennemis partout .  J’en ai aussi, mais je les tiens ; s’ils font un geste , crac ; aux égôuts !

 

Les cris de la foule se rapprochent : on entend «  A bas Toutenmacron , République , République « 

 

Prévôt de Lyon : ah oui le souper ! Cela va venir rassurez vous mais auparavant il faut sceller notre accord ; au fond vous et moi nous n’avons qu’un seul ennemi .

 

Les deux en chœur , regardant vers la fenêtre : « Les Rouges ! »

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.