UNE VISITE INATTENDUE : ARGENTEUIL ( I)

J’ai interrompu temporairement mes publications relatives au Journal de Dimitrov à cause de journées épuisantes ( 38° à l’ombre ) : mon organisme ne suit plus à ces températures ) ; je vais d’autant plus les reprendre qu’une Conférence d’Annie Lacroix Riz sur les origines de la seconde guerre mondiale m’y incite….et la température est devenue vivable ….

UNE VISITE INATTENDUE : ARGENTEUIL ( I)

J’ai interrompu temporairement mes publications relatives au Journal de Dimitrov à cause de journées épuisantes ( 38° à l’ombre ) : mon organisme ne suit plus à ces températures ) ; je vais d’autant plus les reprendre qu’une Conférence d’Annie Lacroix Riz sur les origines de la seconde guerre mondiale m’y incite….et la température est devenue vivable ….

 

 

Entre temps , un ami avec qui , en culottes courtes, je remontais le Boulevard du Père Lachaise jusqu’à la place Gambetta , et qui m’introduisit à diverses questions politiques beaucoup plus précises que ce que j’avais entendu jusque là chez mes parents me conseilla très récemment deux lectures très remarquables, la première étant l’ouvrage de Paul Boccara «  Le Capital de Marx , son apport , son dépassement »   et le second un extraordinaire recueil sous la direction de Roger Martelli , recueil qui reproduit probablement verbatim la session à laquelle on se réfère souvent de façon allusive, à savoir le Comité Central d’Argenteuil relatif aux questions de la Culture (1966)  .

 Je parlerais très peu du premier sinon pour en louer la clarté d’exposition , la capacité à restituer l’essence de l’œuvre majeure de K Marx de façon à la fois accessible , complète et sans simplification outrancière ; c’est là un ouvrage indispensable à mon sens .Je n’en dirais rien d’autre n’étant , comme je l’ai dit cent fois , pas le moins du monde économiste .C’est déjà beaucoup si je crois après une première lecture avoir compris certaines choses , fixé des notions éparses … comme je ne veux pas être méchant je ne dirais rien des épigones et me contenterais d’une maxime que j’ai appliquée pour ma propre gouverne avec beaucoup de fruit : «  Read the masters !  » ( lisez les Maîtres ! )….

Pour le second c’est une autre affaire ; d’une part je me sens très directement concerné ;d’autre part  c’est un document exceptionnel dont la lecture m’a littéralement absorbé des heures ; les Comptes Rendus des discussions du CC ( Comité Central ) du PCF n’étaient pas publics à l’époque ; de cette très importante session seule l’intervention de clôture de Waldeck Rochet en fut publiée dans les Cahiers du Communisme ( et bien sur la Résolution adoptée , on y reviendra )  , mais je n’adhérais qu’en juin 1968 et j’entendis seulement des allusions à Argenteuil ensuite ; allusions qui retenaient des aspects certes importants mais l’intégrale de la Session m’en apprit infiniment plus dans tous les sens possibles . Avant d’aller plus loin je veux dire d’entrée que ce qui me frappa , indépendamment de certaines controverses , c’est l’extraordinaire niveau et la qualité des interventions qui s’y succédèrent : comme on verra , il y a beaucoup à dire sur le PCF de 1966 tel qu’on peut se le représenter à partir de ce recueil mais en tout cas , la comparaison entre ce document et les discussions actuelles telles qu’on en peut s’en rendre compte ne sont pas en faveur de ces dernières , c’est une litote . Le dire n’est pas une façon de nourrir une nouvelle « hérésie » comme le PCF en a connu : j’ai gardé assez de relations étroites pour savoir mon sentiment largement partagé, mais je n’ai nul besoin de m’appuyer sur ces avis convergents : la comparaison des textes est largement suffisante , ne parlons pas des « échanges » «  Facebook »….

La Visite à l’Intégrale d’Argenteuil nous est-elle utile ? A-t-elle quelque chose à nous apprendre ? Je le crois , ne serait- ce encore une fois que par la qualité de la pensée de tous les intervenants .

Argenteuil est-il daté ? Evidemment . Bien des questions ne se posent plus de la même manière. Avant tout, il convient de souligner que en 1966( !!!) la référence aux « leçons » politiques tirées de l’URSS en reste à « ce qu’on a appelé la période du culte de la personnalité » ( !!!!!) .

La matière d’Argenteuil est extrêmement dense et riche ; on n’en parcourra pas tout , c’est impossible, mais cette remarque suffit à se dispenser de l’introduction de Roger Martelli qui , tout à des réflexions qu’il poursuit depuis un long moment sans désemparer , réduit considérablement la portée de la discussion laquelle, en fait, plante une véritable forêt d’arbres et arbustes d’espèces variées que le « changement climatique » et sans doute une folle déforestation idéologique ont fait dépérir pour une large part.

Il est évident que , la polémique plus ou moins sourde, plus ou moins incandescente entre d’une part les Thèses de Roger Garaudy, lequel poursuivit ensuite une pente mystique déjà amorcée, et d’autre part Louis Althusser, tint sa place dans cette incroyable Session ; incroyable, au sens où il n’y en eut pas d’autre de ce type à ma connaissance, sans doute parce que tous les problèmes essentiels étaient résolus, comme on a pu le voir ( !!!) .Mais si cette polémique y tint une place considérable , il est je le répète avec le recul du temps immensément réducteur d’en faire l’objet principal de la discussion .

Des interventions philosophiques brillantes la marquèrent ; convergentes très largement dés lors qu’on parlait du corpus , du noyau de ce qu’on appelait alors  « marxisme léninisme » , leur contenu apportait chacune un éclairage singulier ; toutes , sans doute , critiquaient la dérive notable des récentes prises de position de Roger Garaudy vis-à-vis du monde chrétien , celui-ci allant jusqu’à chercher d’impensables convergences entre  ce qui pouvait mouvoir les communistes et l’engagement de la FOI chrétienne, mais ces critiques portaient sur le fond des questions , en débusquant d’autres, non moins importantes au passage , et jamais sur le mode de l’exclusion , de l’insulte , avec respect de l’interlocuteur et sans compromis quant au fond . On peut en dire autant des critiques fondamentales visant les récents écrits ( à l’époque )  de Louis Althusser ; je n’en dirais pas davantage car , pour le coup , pour ce qui concerne ce dernier , la chose a vraiment beaucoup vieilli. Mes souvenirs de jeune intellectuel communiste de l’époque me rappellent que dans les rares discussions à ce sujet que je pouvais avoir à Strasbourg, il m’était clairement apparu que pour les camarades clairement influencés, c’était le structuralisme qui les attirait , courant en vogue à cette époque et que je trouvais rapidement desséchant,  largement incompatible en tout cas avec le peu que je savais du matérialisme dialectique ,  sans m’y être vraiment frotté, il va sans dire ; quant à imaginer le marxisme comme « antihumanisme » même affublé de théorique , là, trop c’était trop  ; je ne dis rien du tropisme « chinois » lequel était à mon époque déjà complétement hors sujet, la « Révolution Culturelle » ayant rendu un définitif verdict .

La critique garaudyste relative à une stagnation intellectuelle du PCF , subséquente aux révélations du XX° Congrès du PCUS était -elle fondée ? Beaucoup d’interventions à cet égard se récrièrent et il n’était pas difficile de voir que le PCF avait pris depuis des initiatives politiques de premier plan ; mais l’arbre cachait la forêt malheureusement ; on n’allait pas gloser sans cesse sur la « période dite du culte de la personnalité » , moyennant quoi , dans son intervention par ailleurs remarquable, d’une très  grande intelligence politique, Waldeck Rochet s’essaya à légitimer d’une façon certes un peu nouvelle , la « dictature du prolétariat » ; non pas qu’il ne visse les problèmes de la chose ; il les sous estimait considérablement en les restreignant à une expression prêtant à confusion ; à l’époque, cette affaire ne semblait pas cruciale  et le jugement porté sur le socialisme soviétique  , les affirmations péremptoires sur les évolutions du rapport des forces en faveur DEFINITIVE du socialisme et de la conquête par les peuples de leur libération faisaient le reste : le PCF était sur de lui et on pourra le dire ensuite, pour une courte période ,  dominateur .  

Si comme on l’a dit , la « dispute communiste », expression empruntée à Roger Martelli tient une place certaine mais que la Session aborde bien d’autres questions même de façon fugace , de quoi est -il question ?  

En fait , de rien de moins que du probléme du ou des liens éventuels entre les intellectuels et la classe ouvrière ; comme ce sujet est somme toute mineur et depuis fort longtemps résolu ( !) nous prendrons la liberté de nous y étendre quelque peu dans la seconde partie

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.