tempo giusto
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 janv. 2015

tempo giusto
Abonné·e de Mediapart

Leelah [Josh] Alcorn, transgenre: «Ma mort doit signifier quelque chose»

Il y a les lanceurs d'alerte traqués qui parviennent à survivre. Et il y a ceux dont le cri parvient alors qu'ils ont renoncé à vivre. Voici la parole bouleversante d'une jeune transgenre américaine de 17 ans, Leelah Alcon. Elle vivait près de Cincinnati dans l'Ohio. Elle a posté ces lignes sur son blog avant de se suicider sur une autoroute, le 28 décembre.

tempo giusto
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a les lanceurs d'alerte traqués qui parviennent à survivre. Et il y a ceux dont le cri parvient alors qu'ils ont renoncé à vivre. Voici la parole bouleversante d'une jeune transgenre américaine de 17 ans, Leelah Alcon. Elle vivait près de Cincinnati dans l'Ohio. Elle a posté ces lignes sur son blog avant de se suicider sur une autoroute, le 28 décembre. Au-delà du pathétique, ce texte pose avec une lucidité implacable la nécessité pour les  altérités humaines, aussi dérangeantes soient-elles a priori, d'être reçues, et entourées de toute la considération et protection juridique nécessaires. La moindre des choses est d'entendre ce qui nous est demandé ici : des actes politiques précis plutôt qu'un commode appitoiement.

--------------------------------------------

Si vous lisez ceci, c’est que je me suis suicidé, et qu'évidemment j’ai renoncé à supprimer ce  post de mon blog.

Je vous en prie, ne soyez pas triste, c’est pour le mieux. La vie que j’aurais eue ne vaut pas d’être vécue… car je suis transgenre. Je pourrais rentrer dans le détail en expliquant pourquoi je ressens les choses ainsi, mais probablement cette note sera-t-elle déjà assez longue. Pour résumer, je me sens comme une fille piégée dans un corps de garçon, et je ressens cela depuis l’âge de 4 ans. Je n’ai jamais appris qu’il existait un mot pour ce sentiment, ni qu’il était possible à un garçon de devenir une fille, aussi je n’en ai jamais parlé à qui que ce soit, et j’ai juste continué à faire les choses censées être « garçon » pour essayer d’aller dans cette direction.

Quand j’eus quatorze ans, j’appris ce que signifiait le mot transgenre, et j’en pleurai de  joie. Après dix années de confusion, je comprenais enfin qui j’étais. J’en parlai aussitôt à ma mère, mais elle réagit de manière extrêmement négative, en me disant que ce n’était qu’un épisode passager, que jamais je ne serais véritablement une fille, que Dieu ne faisait pas d’erreurs. Parents, si vous lisez cela, je vous en prie, ne dites jamais cela à vos enfants. Même si vous êtes chrétiens ou contre les transgenres, ne dites jamais cela à personne, surtout à vos enfants. Cela n’aboutirait à rien qu’à les porter à se haïr eux-mêmes. C’est exactement ce qui m’est arrivé.

 Ma maman a commencé à m’emmener chez un thérapeute, mais elle ne me faisait rencontrer que des thérapeutes chrétiens (qui étaient tous très tendancieux), aussi je n’ai jamais rencontré le thérapeute dont j’aurais eu besoin pour soigner ma dépression. J’ai seulement rencontré davantage de chrétiens disant que j’étais égoïste et dans mon tort, et que je devrais me tourner vers Dieu pour implorer son aide.

 Quand j’ai eu 16 ans j’ai réalisé que mes parents ne changeraient jamais d’avis, et que je devrais attendre mes 18 ans pour commencer un éventuel traitement de transition. Ce qui m’a totalement brisé le cœur. Plus on attend, plus la transition est compliquée. J’étais désespéré, je me voyais comme un homme mort pour le reste de sa vie. A mon 16ème anniversaire, quand je compris que mes parents ne m’autoriseraient jamais à commencer une transition, j’ai pensé me tuer.

Je commençai à développer une sorte d’attitude « allez vous faire foutre » (fuck off attitude) envers mes parents. Je compris qu’ils ne me voyaient que comme une gêne pour leur propre image, que je ne les satisferais jamais, je n’étais qu’un embarras pour eux.

 A l’école, je pensai à m’afficher comme gay, dans l'idée que ce coming out serait mieux accepté, et préparerait mon affichage à venir comme transgenre. La réaction de mes amis fut plutôt très positive, mais mes parents me privèrent de portable, d’ordinateur, et de tout accès aux réseaux sociaux. Cela dura 5 mois, sans aucune relation avec mes amis. C’était l’été. Ma dépression grandit. Je ne connus plus que la solitude.

Après, j’eus l’autorisation de mes parents de retrouver mes amis sur les réseaux sociaux. Ils en furent heureux, pourtant je réalisai que je n’étais plus rien pour eux, je crois qu’ils ne pensaient plus à moi dès lors qu’ils ne me voyaient plus cinq fois par semaine.

 Je pense que je ne trouverai jamais un ami qui puisse me satisfaire, ni une amie qui me comprenne, ni un homme qui m’aime. Je serai, soit un homme qui se hait lui-même, soit une femme seule et sans amour. Ma dépression est toujours plus grande. Chaque jour est pire que le précédent.

Ma dernière volonté est que le produit de la vente de 100% de ce que je possède légalement (plus l’argent de mon compte en banque) soit donné à un collectif de transgenres en lutte pour leurs droits civiques et à des groupes de soutien. La seule condition qui permettrait que je repose en paix serait qu’un jour, les transgenres ne soient pas traités comme je l’ai été, mais qu’ils soient considérés comme des êtres humains, avec des sentiments légitimes et des droits humains. Il est nécessaire que le genre soit appris à l’école, le plus tôt est le mieux. Ma mort doit signifier quelque chose. Ma mort doit être comptée parmi celles des transgenres qui se sont suicidés cette année.

Adieu,

Leelah [Josh] Alcon

PS : Leelah, dans son post sur Tumblr. com, a barré Josh, son nom de baptème. J'ai trouvé et traduit son texte ce 1er janvier, sur un lien indiqué par Carine Fouteau dans son dernier article sur les cargos de migrants en Méditerranée :http://news.yahoo.com/human-trafficking-7-bln-business-along-main-routes-152120057.html

Depuis deux jours, le lien de Leelah sur Tumblr.com s'ouvre sur les centaines de messages de nombreux adolescents bouleversés, avec un débat parfois houleux envers la famille. Cette dernière, je crois, a fermé la page où figurait la "Suicide note" de Leelah, cependant reprise sur certains sites : https://www.tumblr.com/search/leelah+alcon

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Squats, impayés de loyer : l’exécutif lance la chasse aux pauvres
Une proposition de loi émanant de la majorité propose d’alourdir les peines en cas d’occupation illicite de logement. Examinée à l’Assemblée nationale ce lundi, elle conduirait à multiplier aussi les expulsions pour loyers impayés. Une bombe sociale qui gêne jusqu’au ministre du logement lui-même. 
par Lucie Delaporte
Journal — Europe
Bombardements russes : « Il n’y a aucune cible ici, ce sont des maisons, des jardins ! »
À Dnipro, dans le sud de l’Ukraine, devant sa maison en ruines après une attaque de missile, l’infirmière Oxanna Veriemko ne peut que constater le désastre. Depuis le début de l’automne, la stratégie russe consistant à endommager les infrastructures fait de nombreuses victimes civiles. « Impardonnable », préviennent les Ukrainiens.
par Mathilde Goanec
Journal — Migrations
Arrivés en Angleterre par la mer, expulsés par charter : deux Albanais témoignent
En 2022, environ 12 000 Albanais auraient rejoint le Royaume-Uni, principalement par la Manche ou la mer du Nord, d’après Londres. Désormais, certains sont soumis à des expulsions en charter, quelques jours après leur arrivée. Plusieurs ONG et avocats s’inquiètent.
par Elisa Perrigueur, Jessica Bateman et Vladimir Karaj
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa