tempo giusto
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

0 Édition

Billet de blog 4 janv. 2018

Paul Otchakovsky-Laurens, Aharon Appelfeld. À l’imparfait et aux lectures illimitées

Deux noms propres entrent aujourd’hui dans l’imparfait des temps. Un éditeur, un écrivain, veilleurs de l’illimité de nos écritures, de nos lectures.

tempo giusto
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mon cœur s’est serré quand j’ai entendu parler de Paul Otchakovsky-Laurens, tout à l’heure, à la radio : à l’imparfait.

P.O.L. ! J’ai vérifié sur l’ordinateur : la si triste nouvelle de cette mort paraît, charriée dans le flux d’informations en continu, notre plate malédiction.

Je pense au film que vous avez réalisé cette année même sur votre métier : Éditeur, que j’ai manqué l’autre jour au Reflet Médicis.

Je pense à tant de vos livres, leurs couvertures blanches gaufrées frappées du sceau géométrique et secret de votre maison d’édition.

Je pense au pas de porte imposant de la rue Saint-André-des-Arts où figurait votre plaque. J’ai écrit par erreur : votre planque. En effet, ne vous êtes-vous pas consacré, combien d’années, à cette sorte de disparition qu’offrent les livres et leur lecture ? Cette temporalité hors du temps, « travail de bénédictin » dit le cliché verbal, simplement tâche intègre comme il n’y en a plus guère : prendre pour l’accomplir tout le temps qui vient et convient. Votre pas de côté hors du temps marchand, marchandé.

C’est peut-être cela « rejoindre le non-travail », par quoi Duras désignait l’écriture.

Je pense aux écrivains que vous n’avez pas édités. L’œuvre d’un éditeur, plus que de tout autre artiste, possède un versant de matière noire, englouti à jamais. Ainsi vos inédits. Puis vos atermoiements. Des amis écrivains attendaient votre verdict définitif des mois durant, des années. Mais ce qu’ils savaient, c’est que vous les liriez ; et que vous répondriez de cette lecture. L’essentiel ainsi.

Je pense à La Vie matérielle de Duras. Aux Œuvres complètes de Christophe Tarkos. À la réédition inespérée, en cours, de celles de Guillaume Dustan. À toutes ces œuvres dont vous êtes l’ami qui nous les envoyait. Ces noms inconnus qui, présentés par vous, retenaient alors notre attention. Ces écritures audacieuses, fragiles, sauvages, minoritaires, « illisibles » dit le snobisme prétentieux des soi-disant anti-snobs. La poésie, la pointe éthique du langage. La recherche sans fin d’une réponse, d’une avancée, d’un lendemain entrevu.

Et dans le flux d’information cette autre triste nouvelle, la mort d’un des plus grands écrivains vivants, Aharon Appelfeld. Badenheim 1939, L’immortel Bartfuss. Je me souviens d’un film de Nurith Aviv, D’une langue à l’autre, où Appelfeld parle de sa douleur d’avoir dû abandonner le Yiddish pour l’Hébreu en arrivant, jeune survivant de la Shoah, en Israël. Ses mots si prudents, si doux, entourés d’un halo de silence. Derrière lui, un piano droit. Sur ce chemin d’une langue à l’autre, on devine ainsi qu’il y avait la musique.

Le silence et la musique de nos écritures,

Aharon Appelfeld, Histoire d'une vie © Editions Seuil

de nos lectures illimitées.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis