tempo giusto
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 avr. 2013

tempo giusto
Abonné·e de Mediapart

Les Roms face à la punition néo-conservatrice d'Etat

tempo giusto
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 La population rom est des plus vulnérables, en premier lieu face aux mafias ou racketteurs qui exploitent cette situation. Cette population est donc la première victime de la situation qui lui est faite un peu partout en Europe.

La question politique est : que faisons-nous pour lutter contre cette précarité extrême ? quelles mesures, et quels discours développons-nous face à cela ?

Dire devant cette vulnérabilité, très dangereuse socialement — en premier lieu pour ceux qui la subissent —, qu'il y a un "problème rom" en France, équivaut à dire par exemple ce que Guéant proclamait : qu'il y a à Marseille un "problème comorien" car il y a des malfaiteurs comoriens, ou ce qu’a toujours prétendu le FN, un "problème arabe" en France parce qu'il y a des délinquants arabes, et ainsi de suite. C'est l'insupportable causalité généralisatrice : la racine même du racisme — ce simplisme débilitant qui tente de faire passer des syllogismes pour des constats objectifs.

Ce qui est vrai, c’est que les Roms rencontrent de multiples problèmes en France en ce moment.

Or il est une politique / rhétorique d'Etat gravissime, à l'œuvre dans de nombreuses démocraties, qui consiste à aggraver sans relâche la vulnérabilité, la précarisation, l'abandon de certaines populations, pour les incriminer toujours plus et in fine les rendre responsables des "problèmes" causés par ce processus même. Ce cercle vicieux, cette dialectique redoutable que subissent à des degrés divers les populations noires aux USA ("ce n'est pas un hasard si les prisons américaines sont remplies de Noirs à 70 %"), les Palestiniens en Israël, et ici maintenant, les Roms. J'y vois une marque décisive du néo-conservatisme, que Sarkozy et Valls acclimatent en France depuis qqs années. Les néo-conservateurs, comme autrefois les fascistes, ont besoin de fabriquer des ennemis, des exclus-irrécupérables, pour fabriquer toujours plus de répression.

Le fait divers de la veille — vous voyez, on vous l'avait bien dit ! — sert à justifier la répression d'avant-hier et durcir celle de demain.

La tautologie ou le syllogisme (ennemis redoutables de tout espoir politique) consistent à incriminer à la source, et la preuve ultime de la malfaisance sera confirmée par le fait même qu'on réprime.

C'est si l'on veut un léger déplacement d'accent par rapport au fascisme : on ne dit plus qu'une race est mauvaise par nature (ce qui explique ses malheurs, voir le discours nazi sur les Juifs.) On pointe seulement une population déjà fragile socialement, et on "explique" cette fragilité par sa mauvaise volonté qui obligerait à sévir et à exclure toujours plus, etc.

Ce qui est profondément inquiétant, et impardonnable intellectuellement comme éthiquement de la part de dirigeants censément éduqués comme Valls, c'est la généralisation.

En conséquence, je propose cet axiome :  la politique répressive de type néo-conservatrice d’Etat est toujours une politique de punition collective. Par essence, elle tend à dés-individualiser au maximum le discernement répressif ou judiciaire. Il lui faut donc une population.

On le voit aussi dans le domaine financier : tous les Chypriotes paieront pour le "problème Chypre".

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal — Gauche(s)
Congrès du PS : l’union avec les Insoumis en pomme de discorde
Derrière Olivier Faure, Hélène Geoffroy et Nicolas Mayer-Rossignol, trois équipes se disputent la direction du Parti socialiste. Mi-janvier, les adhérents les départageront sur la base de « textes d’orientation » aux stratégies bien distinctes.
par Fabien Escalona
Journal — Gauche(s)
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre