tempo giusto
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 avr. 2013

tempo giusto
Abonné·e de Mediapart

Roms à Marseille : un témoignage sans angélisme aucun

tempo giusto
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J'habite à Marseille, quartier de la Belle de Mai, précisément la butte Saint-Mauront. C'est, selon les statistiques, le quartier le plus pauvre de France, un des plus défavorisés d'Europe. A 50 mètres de chez moi sur le boulevard Plombières, sous les autoroutes A7 et A 55 comme vers la Porte d’Aix et sur le secteur des Puces aux Arnavaux, des familles Roms vivent depuis 2010 l'enfer des persécutions orchestrées par la Mairie et par l'Etat : destructions des habitations et des biens personnels, expulsions quels que soient la saison, l'heure ou la présence de bébés, harcèlements en tous genre, pelleteuses pour retourner les terrains. Comme si cela ne suffisait pas, la municipalité, la police et la presse imbécile de la droite locale (La Provence par exemple) distillent en permanence le venin stupide, celui du consensus-qui-se-passe-de-toute-réflexion : il y a un "problème Rom" évident, criant, manifeste, ces gens qui refusent toute intégration, sont des voleurs, etc.

Sachez cependant que les problèmes de Marseille, bien réels, peuvent se hiérarchiser sommairement comme suit : 1) Corruption séculaire des dirigeants politiques, liés à la mafia et au grand banditisme depuis au moins 80 ans. Voyez rien que ces jours-ci les procédures Guérini, le procès Andrieux, l’affaire des policiers ripoux de la Bac Nord, l'arrivée en fanfare de Tapie… Et le clientélisme éhonté, la spéculation immobilière désastreuse, le surendettement délirant de la ville orchestré par Gaudin, j'en passe. 2) Absence totale, en conséquence, de politique urbaine un tant soit peu cohérente. Les énormes ou minuscules travaux qui durent des années et des années masquent ce désastre structurel. 3) En conséquence, un retard d'au moins 40 ans sur toutes les infrastructures intercommunales et les services collectifs (transports régionaux, gestion des déchets, pollution, politique du logement, financement du tissu économique, espaces verts, lieux culturels, sportifs) : comparez à Toulouse, Lyon, et même Bordeaux ! à Nantes, Lille, et même Montpellier ! 4) Un chômage terrifiant, plus de 40 % dans certains quartiers, d'où une économie parallèle et un travail au black qui touchent tous les secteurs d'activité, pas seulement la drogue : allez payer normalement un artisan à Marseille — je vous parle du bon artisan français avec sa jolie société inscrite au Registre du Commerce : bon courage ! Et allez voir dans les restaus sympas du Vieux Port ou sur les chantiers d'Euromed, dirigés par de bons entrepreneurs marseillais, qui travaille avec un vrai contrat et des papiers en règle ?

5) Et pour masquer tout ça, le racisme, le bon vieux racisme aveugle, angélique, qui refuse en bloc de comprendre l'histoire de cette ville, industrielle-coloniale, liée organiquement à l'Algérie bien avant 1962, tout autant à la Corse, à l’Italie qu’à certains pays d'Afrique, aux Comores, etc. Les déclins industriels, les abandons et délabrements urbains de Marseille, dont le patronat local est l’évident responsable principal depuis 3 ou 4 générations, seront-ils masqués par la constitution en toute hâte du masque cosmétique d’une ville-étape pour croisières de rêve ? à voir.

Les Roms dans tout ça ? Les derniers venus, ceux sur qui tout le monde s'entend pour taper, jusque dans les quartiers misérables du Nord de la ville.

Cambriolé une fois en 2 ans (une bonne moyenne), l'ai-je été par des Roms ? ben non ! Ma voiture brûlée en décembre : par des Roms ? ben non ! Mes problèmes quotidiens à Marseille, la faute aux Roms ? Mille fois non, évidemment ! Et je serais bien con de croire en une diversion pareille !

Les Roms, minorité infime et population des plus vulnérables, ne posent rigoureusement aucun problème à cette ville que l’on ne puisse résoudre avec un petit peu de bon sens et de moyens. Ils sont simplement bien pratiques en ce moment pour "expliquer" la merde dans laquelle la France s'enfonce. Cette merde, elle dégouline d'ailleurs et de bien plus haut que des campements Roms.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019. L’élue dénonce un  « règlement de comptes » d’anciens du RN.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
L’animateur de CNews Jean-Marc Morandini condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineurs
Jugé pour corruption de mineurs sur deux jeunes de 15 ans et un autre de 16 ans, l’animateur de CNews a été condamné lundi à un an de prison avec sursis.  
par David Perrotin
Journal
Conditions de détention : une demi-victoire pour les prisonniers de Nanterre 
Vendredi 2 décembre, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a ordonné quelques mesures pour améliorer la vie quotidienne des détenus au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine. Trois organisations dénonçaient « l’inertie manifeste des autorités » et réclamaient des décisions plus draconiennes.
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes