tempo giusto
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 janv. 2015

tempo giusto
Abonné·e de Mediapart

Dimanche avec Charlie: soyons innombrables !

tempo giusto
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ne soyons pas nombreux, ce dimanche. Rompons une bonne fois avec ces histoires de chiffres, de comptages. N’acceptons plus d’être jaugés, évalués. Comparés. Proclamons-le enfin : nous serons innombrables.

Nous refuserons d’être une foule. Fût-elle sentimentale. Nous ne serons pas le produit d’une arithmétique. Et ce qui est vrai pour le nombre le sera pour le sens de notre présence : nous ne répondrons à aucun appel, n’obéirons à aucune consigne d’aucune idéologie, ne formerons nul bataillon pour une cause dictée, pas même celle d’une « unité nationale » douteuse. Et si des mandataires politiques peuvent encore croire que nous marcherons derrière eux, que leur auguste présence serait de nature à honorer notre marche, qu’ils aient une bonne fois la démonstration qu’ils ne sont, ne représentent pour nous rien de plus, définitivement, qu’un de nous. Ils repasseront pour figurer avantageusement, comme si leur trombine valait plus qu’une autre, ces enfarinés. Ce ne sera pas le bon jour pour jouer au leader responsable ou protecteur, au modeste people, au millionnaire proche des gens. Nous sommes là pour saluer des poètes du rire, des dessinateurs au génie d’enfance, une penseuse, des penseurs, des travailleurs du quotidien. A eux nous devons une part de notre égalité, puisque c’est grâce au partage de leur création, par le rire, le refus, la pensée, les émotions, la lecture du journal, que nous vivons maintenant tout cela ensemble.

Rien ni personne d’autre n’est garant de notre liberté, de notre égalité, que nous tous. C’est pourquoi nous refuserons dès aujourd’hui toute forme d’abstraction, de formalisme, qui réifient les mots République, démocratie, liberté, état de droit. Nous ne laisserons ces mots à aucune autorité qui se les arroge, en fait son apanage, s’en gargarise pour les détourner au profit d’un pouvoir doucereux un jour et fouettard le lendemain. Ces mots ne sont rien s’ils ne sont pas en vie par la vie de chacun.

Et ils seront avec nous, ceux qui nous manquent. Rémi Fraisse nous manquera, mais je dis qu’il sera avec nous. Les morts que j’ai aimés me manqueront, mais ils seront avec moi, ceux qui étaient de si chaleureux républicains, des résistants authentiques, des gens qui ont risqué leur vie et l’ont perdue parfois, jusqu’en déportation, contre d’autres fanatismes. Et ils étaient joyeux, soutenus par un humour et un sens de la dérision impénitents, que les tabous religieux faisaient franchement rire au lieu que de leur faire mimer un faux respect, une pudeur timorée devant ce qui nous dépasse tous.

Et ceux que nous saluerons seront avec chacun de nous. Nous ne les appellerons jamais martyrs, car ce serait récupérer leur disparition inimaginable, les inscrire malgré eux dans une cause sacrée ouvrant la porte à la rhétorique du sacrifice, de l’héroïsme, dont on sait trop bien ce qu’elle produit. Ils seront doublement avec nous, et de quelle manière somptueuse ! D’abord par chacun de leurs dessins, de leurs actes, de leurs travaux, qui ne nous quitterons plus. Et puis par leur silence, que nous respecterons, et leur mort incongrue, que nous ne sacraliserons pas.

Laissons le martyre, cette horreur suprêmement intéressée, à leurs assassins. Eux accomplissent leur destin de malheur. Assez lâches pour se croire des héros, assez borgnes pour espérer que la vengeance vomira l’enfer des violences sans fin. Fanatiques si peu assurés de leur foi, qu’ils imaginent pouvoir l’imposer aux autres par l’horreur la plus repoussante ; pions d’une séquence historique où les pouvoirs font d’eux de la chair à meurtres.

Et pour les victimes de ces trois derniers jours, nous ne penserons pas à leur nombre : nous saluerons leurs visages, les connus et les inconnus, celle et ceux morts mercredi, celle morte jeudi, celles et ceux morts vendredi. Nous sommes simplement, eux comme nous, des passants. Et que cela prête à penser, à marcher, et surtout, toujours, à rire.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Squats, impayés de loyer : l’exécutif lance la chasse aux pauvres
Une proposition de loi émanant de la majorité propose d’alourdir les peines en cas d’occupation illicite de logement. Examinée à l’Assemblée nationale ce lundi, elle conduirait à multiplier aussi les expulsions pour loyers impayés. Une bombe sociale qui gêne jusqu’au ministre du logement lui-même. 
par Lucie Delaporte
Journal — Migrations
Arrivés en Angleterre par la mer, expulsés par charter : deux Albanais témoignent
En 2022, environ 12 000 Albanais auraient rejoint le Royaume-Uni, principalement par la Manche ou la mer du Nord, d’après Londres. Désormais, certains sont soumis à des expulsions en charter, quelques jours après leur arrivée. Plusieurs ONG et avocats s’inquiètent.
par Elisa Perrigueur, Jessica Bateman et Vladimir Karaj
Journal
La Fnac cède à l’extrême droite et retire un jeu de société « Antifa »
Des tweets énervés et mensongers émanant de l’extrême droite et d’un syndicat de commissaires de police ont convaincu l’enseigne de retirer un jeu de société édité par Libertalia. L’éditeur-libraire croule depuis sous les commandes.
par Christophe Gueugneau
Journal
Conditions de détention à Nanterre : l’État de nouveau attaqué en justice 
Le tribunal administratif de Cergy-Pontoise doit examiner ce lundi un référé-liberté visant à remédier d’urgence à « l’état d’indignité permanent et endémique au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine ». Les requérants dénoncent « l’inertie manifeste des autorités ». 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet d’édition
Bifurquer : le design au service du vivant
15 ans d'évolution pour dériver les principes du design graphique vers une activité pleine de sens en faveur du vivant. La condition : aligner son activité professionnelle avec ses convictions, l'orchestrer au croisement des chemins entre nécessité économique et actions bénévoles : une alchimie alliant pour ma part, l'art, le végétal, le design graphique et l'ingénierie pédagogique.
par kascroot
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa