tempo giusto
Abonné·e de Mediapart

28 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 févr. 2013

tempo giusto
Abonné·e de Mediapart

Pour Iacub Marcela, avec reconnaissance

tempo giusto
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bref rappel au-dessus du maelström : Marcela Iacub, depuis ses premières publications il y a environ 10 ans, est une intellectuelle des plus intéressantes dont les travaux, pour résumer, traitent des rapports entre le corps et le droit, dans la lignée de Michel Foucault. Mais plutôt que de ressasser dévotement cet héritage, elle ne cesse de problématiser de manière très argumentée, souvent virtuose et amusante — à la manière anglo-saxonne, ce qui rajoute à l'incompréhension rencontrée en France où l'on a peu lu ses ouvrages de fond — les questions du bio-pouvoir, avec l'interventionnisme croissant du juridique dans la définition, la répression, le contrôle de ce qu'est un corps —vivant, sexuel, mort, fœtal, animal, humain, anonyme, personnel, prostitué, violé, etc.

Ce sont toutes les situations-limites où le droit se cherche encore, où la politique des corps se dessine, mouvante, et par conséquent hautement polémique et politique, qui l'intéressent. Et intéressent peu, hélas, ses "collègues" féministes, anthropologues, pseudo-philosophes… qui aiment à la renvoyer hautainement dans l'enfer (?) de la pensée queer, branchée, à la mode, etc. Au lieu de débattre à la loyale des problèmes brûlants, concrets mis en valeur par Iacub, de surcroît dans une perspective historique où l'héritage de 68 et la généalogie de la pensée libérale (la vraie, héritée du 18ème siècle, qui cherche l’émancipation des libertés du sujet, et pas la dogmatique économique qui usurpe en grande partie la noblesse du mot) sont sans cesse réinterrogés à l'aune de "ce que nous en faisons" aujourd'hui – au lieu de débattre, donc, les pseudo-penseurs en place se défilent.

Et par là privent notre espace public de vrais débats responsables sur d'authentiques et urgents problèmes citoyens.

Le droit pour les handicapés à pratiquer le sexe tarifé ? pouah ! l'interdiction de l'accès à la sexualité des patients internés en HP ? re-pouah ! Les droits sociaux des travailleuses du sexe ? quelle horreur ! savoir quand un corps est juridiquement "mort", alors que ses organes sont encore "vivants", et comment évolue de facto ou de jure le droit du prélèvement des organes, qui concerne au sens propre les limites de la vie et de l'intégrité corporelle, face aux diverses opinions, idéologies, religions ? Plutôt que d'y réfléchir publiquement, laissons faire en silence des pratiques médicales mal encadrées, mal pensées, quitte à se gargariser de grands principes quand un cas médiatico-juridique sordide se présentera soudain…

En France, les positions de mandarinat sont bien trop figées pour que qui que ce soit, ou presque, se risque à débattre à la hauteur des rares penseurs qui prennent au sérieux l'actuel ou le refoulé, la part inquiétante de réel qui s'occupe de nous si nous ne nous occupons pas de lui. Etre "subversif", "bouger", "déranger" sont plus que jamais de purs slogans dont se parent les Assis de la pensée.

Iacub ne fait pas partie de ce club de grands feignants. Qu'elle dérive parfois vers une vulgarisation un peu facile… ou encore vers des sortes d'auto-fictions bizarres (voir Une journée dans la vie de Lionel Jospin), dont l'avenir dira si elles ont une place dans la littérature ou bien dans les opera minores de cette écrivain assez excentrique et atypique, ne doit pas empêcher de lire des ouvrages aussi… excitants :

- Marcela Iacub, Le crime était presque sexuel : et autres essais de casuistique juridique, Paris, Flammarion, 2002 (ISBN 978-2-08-080055-8)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Soupçons d’emploi fictif : une vice-présidente du RN visée par une enquête du Parquet européen
Selon nos informations, une série de perquisitions est en cours lundi 5 décembre, visant deux élus RN, dont Edwige Diaz, vice-présidente du parti, dans le cadre d’une enquête du Parquet européen. La justice se penche sur des soupçons d’emploi fictif, lorsque la députée était assistante parlementaire européenne en 2018-2019. L’élue dénonce un  « règlement de comptes » d’anciens du RN.
par Marine Turchi
Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
L’animateur de CNews Jean-Marc Morandini condamné à un an de prison avec sursis pour corruption de mineurs
Jugé pour corruption de mineurs sur deux jeunes de 15 ans et un autre de 16 ans, l’animateur de CNews a été condamné lundi à un an de prison avec sursis.  
par David Perrotin
Journal
Conditions de détention : une demi-victoire pour les prisonniers de Nanterre 
Vendredi 2 décembre, le tribunal administratif de Cergy-Pontoise a ordonné quelques mesures pour améliorer la vie quotidienne des détenus au centre pénitentiaire des Hauts-de-Seine. Trois organisations dénonçaient « l’inertie manifeste des autorités » et réclamaient des décisions plus draconiennes.
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère