Tënk
La plateforme SVoD dédiée au documentaire d’auteur
Abonné·e de Mediapart

212 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 avr. 2022

Tënk
La plateforme SVoD dédiée au documentaire d’auteur
Abonné·e de Mediapart

La Chose politique : s'emparer de la vie publique et de la caméra

Cette Escale invite à faire un pas de côté et à aborder la question politique par la bande. Pour ce faire, Tënk a proposé à des journalistes et critiques de différents médias (L’Humanité, Mediapart, Politis, Regards, Reporterre) de programmer chacun un film. Une Escale atypique accompagnée et mise en perspective par l'historien et chargé du patrimoine audiovisuel à Périphérie Tangui Perron.

Tënk
La plateforme SVoD dédiée au documentaire d’auteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Des six films ici proposés peut-on dégager des thématiques et des esthétiques communes et doit-on se lancer dans une telle quête ? D’emblée, Ice (1969) de Robert Kramer assume sa différence en revendiquant sa radicalité. Fiction d’anticipation dans laquelle le réalisateur incarne un révolutionnaire un brun paranoïaque – mais, comme le dit Woody Allen, ce n’est pas parce qu’on est paranoïaque qu’on n’a pas d’ennemis – ce film décrivant les activités subversives d’un groupe de militants américains nous paraît venir d’un autre temps. Tourné (en 16 mm) en un beau noir et blanc granuleux, empruntant à l’esthétique et aux techniques du cinéma-direct et ponctué de ciné-tracts tels qu’ils se sont répandus de Mexico à Paris autour de 1968, _Ice _est aussi profondément états-uniens (et c’est peut-être pour cela qu’il est en partie contemporain, vue l’américanisation d’une large partie de la planète) : les révolutionnaires se mobilisent et agissent par communautés, la dénonciation (se voulant marxiste) du rôle de l’État perçu comme un Moloch peut rassembler bien des courants politiques (opposés), les puissances économiques et étatiques d’oppression auront toujours un temps d’avance dans l’utilisation des techniques de contrôle, de communication et de surveillance, malgré les tentatives de guérillas ou… les séances de ciné-club imposés par les armes.

À côté d’Ice, la plupart des autres films, plus contemporains, apparaissent bien plus sages.

On relève l’utilisation d’une caméra de contrôle dans La Cigale, le corbeau et les poulets (2017), le joyeux documentaire d'Olivier Azam, et d’écrans de contrôle dans Des jours et des nuits sur l'aire (2016) d’Isabelle Ingold – écrans par ailleurs massivement présents dans son dernier film coréalisé avec Vivianne Perelmuter, Ailleurs-Partout (2021). L’hydre bureaucratique au service du pouvoir économique apparait en off dans Sous la douche, le ciel (2018) d’Effi et Amir ou peut prendre le visage de notables locaux utilisant les écrans plats pour imposer leur langue de bois et pensées soumises (État d’élue (2010) de Luc Decaster). Du pouvoir du capital, de jeunes gens mobilisés pour le climat s’en approchent en investissant pacifiquement, avec une belle énergie, les tours de la Défense où Total et Paribas ont leur siège. Classiquement, le pouvoir politique dépêche alors les forces de l’ordre dont la violence et l’armement se sont accrus sont le quinquennat d’Emmanuel Macron – les jeunes activiste, ô suprême sacrilège, ont par ailleurs aussi décroché le portrait princier de ce dernier (Désobéissant.e.s !, Alizée Chiappini, Adèle Flaux, 2020). Les forces de l’ordre n’y vont pas non plus de main morte en investissant un village de l’Hérault et en interpellant un groupe de vieux farfelus et vrais lanceurs d’alerte, anarcho-communistes de surcroît. N’ayant pas peur du ridicule, les pandores font fausse piste – en cette période de recul des libertés publiques, l’on ne s’en prend pas impunément à un potentat local (La Cigale, le corbeau et les poulets).

En face de l’ordolibéralisme et du néolibéralisme autoritaire, les tentatives de résistance paraissent disparates, si ce n’est éparpillées. Il est vrai que les combats se mènent au cœur de la capitale comme au sein de territoires marginalisées et qu’ils peuvent mobiliser des jeunes femmes diplômées (Désobéissant.e.s !) comme de vieux briscards (mâles) tentant de réinventer un communisme rural (La Cigale…), et comme échappés de la bande-dessinée Les Vieux fourneaux. Ces derniers ont sans doute pour lointains cousins certains des personnages du documentaire de Manuel Frésil, L’argent ne fait pas le bonheur des pauvres (2020) – le Gard contient autant de zones délaissées et paupérisées que l’Hérault, zones qui peuvent elles aussi se muer en micro-utopies et parfois en zad. L’humour, l’autodérision et la gaieté (telle que la concevait Rosa Luxembourg) sont des armes pour les militant·e·s et les activistes à Bruxelles, Paris ou Saint-Pons de Thomières. À rebours, sans véritable base sociale et alors que les repères de classes s’affaissent, l’élu·e peut être gagné·e par le blues, tel que le ressent Françoise Verchère dans le film de Decaster. À ce portrait d’élue de terrain qui ne souhaite pas abandonner ses principes ou idéaux, on pourrait ajouter un autre documentaire d’Isabelle Ingold, Au nom du maire (2005), consacré à une maire et militante communiste du Nord de la France, ou au Risque d’être soi (2011) de Jean-Jacques Rault, dédié à un sénateur écologiste breton.

Mais que nous disent ces documentaires si divers de l’écriture cinématographique elle-même ? Faute de place, nous ne retiendrons ici que l’audace de Kramer, la rigueur formelle et politique, la brièveté également, de Des jours et des nuits sur l'aire et l’utilité, si ce n’est la nécessité, de recourir, en ces temps sinistres, à l’humour et à la poésie.

Bande-Annonce - Escale : La Chose politique © Tënk

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Ce que le gouvernement a fait aux chômeurs
La première réforme de l’assurance-chômage est pleinement entrée en vigueur il y a tout juste un an, et nul ne sait combien de chômeurs elle a pénalisé. Si les chiffres sont invisibles, les conséquences sur la vie des gens sont brutales. Témoignages.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Migrations
Sur TikTok, les passeurs font miroiter l’Angleterre à des Albanais, qui s’entassent à Calais
Depuis le début de l’année, les Albanais sont particulièrement nombreux à tenter la traversée de la Manche pour rejoindre l’Angleterre, poussés par des réseaux de passeurs dont la propagande abreuve les réseaux sociaux. Une fois dans le nord de la France, beaucoup déchantent.
par Nejma Brahim
Journal
L’imam Iquioussen, réclamé par la France, a été arrêté en Belgique
Visé par un mandat d’arrêt européen émis par la France, le prédicateur Hassan Iquioussen a été interpellé par la police belge vendredi, près de Mons. Il appartient désormais à la justice belge de se prononcer sur son éventuelle remise à la France. 
par Camille Polloni
Journal
« Les SDF étrangers ne sont pas les bienvenus » : un préfet ne devrait pas dire ça
Dans un tweet, le préfet de l’Hérault a déclaré vouloir « en finir avec la délinquance des SDF étrangers » à Montpellier, affirmant que les CRS « ne les lâcheraient pas ». Une stigmatisation assumée, dans la lignée de la politique prônée par Gérald Darmanin envers les « délinquants étrangers ».
par Prisca Borrel, Nejma Brahim et Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Élections au Brésil - Décryptage et analyse
Lecteurs et lectrices des pages « International » de la presse francophone savent que le Brésil vit un moment crucial pour son destin des prochaines années. À moins d'une semaine du premier tour des élections présidentielles, le climat est tendu et les résultats imprévisibles sous de nombreux aspects.
par Cha Dafol
Billet de blog
Billet du Brésil #5 / Dimanche, un coup d’État est-il possible ?
S'accrochant au pouvoir, Jair Bolsonaro laisse planer le doute sur l'éventualité d'un coup d'Etat, en cas de défaite aux élections. Mais les conditions sont-elles vraiment réunies pour garantir son succès ?
par Timotinho
Billet de blog
L'affrontement bolsonariste du « Bien » contre le « Mal » : erreur philosophique et faux antagonisme
[Rediffusion] Au Brésil, les fanatisés bolsonaristes se présentent en porteurs du bien. Si toute réalité humaine porte, mélangées ensemble, les dimensions de bien et de mal, lorsqu'un groupe fanatique et son chef optent pour la haine, l'esprit de vengeance, le mensonge, la violence, la magnification de la dictature et la torture à l'aide de fake news, ils ne peuvent pas prétendre « nous sommes des hommes bons ».
par Leonardo Boff
Billet de blog
Les élections au Brésil : changement de cap, ou prélude à un coup d’État ?
Les élections qui se dérouleront au Brésil les 2 et 30 octobre prochain auront un impact énorme pour les Brésiliens, mais aussi pour le reste du monde, tant les programmes des deux principaux candidats s’opposent. Tous les sondages indiquent que Lula sera élu, mais la question qui hante les Brésiliens est de savoir si l’armée acceptera la défaite de Bolsonaro. Par Michel Gevers.
par Carta Academica