Dieu merci, je suis lesbienne !

Laurie Colbert et Dominique Cardona ont travaillé ensemble sur de nombreux films primés. Leur travail se concentre sur les luttes contemporaines de la communauté LGBT. « Dieu merci je suis lesbienne » donne la parole à douze lesbiennes canadiennes, américaines, françaises, qui parlent sans détour et avec humour de l'identité lesbienne.

dieu-merci-je-suis-lesbienne-5

Dieu merci je suis lesbienne    

Réalisé par Laurie Colbert & Dominique Cardona - 1992, 55 minutes

Le résumé : Douze lesbiennes canadiennes, américaines, françaises, d'âge, de couleur, de culture différents (universitaire, artiste, écrivaine, etc.) parlent sans détour et avec humour des multiples aspects de l'identité lesbienne. Leur seul point commun est leur affirmation et leurs plaisirs de lesbienne. Loin du dogmatisme, ce document est une joyeuse suite de prises de positions.

Certaines sont connues pour leurs écrits (Nicole Brossard, Julia Creet, Sarah Schulman), une autre pour sa musique (Lee Pui Ming). De toutes les manières, "une lesbienne qui ne réinvente pas le monde est une lesbienne en voie de disparition". De cette invention, chacune donne une version variant selon l'histoire qui a fait d'elle une lesbienne, ses relations avec sa famille, sa décision de s'affirmer au grand jour. Dans un contexte où les cultures lesbiennes sont de plus en plus visibles, la bisexualité, le sadomasochisme, la fidélité, le outing prennent des dimensions complexes. Le point fort du film est d'avoir mis en relation féminisme et lesbiennes, relation changeante suivant les époques et les positions culturelles. Finalement, un formidable encouragement à sortir du placard !

Notre avis :  Cela commence par dire, assumer, affirmer, aimer un mot, "lesbienne". Rencontrant douze femmes, les réalisatrices composent un portrait multiple du lesbianisme. Les entretiens face caméra alternent avec des images d'archives tirées de la jeunesse des interrogées et d'autres, prises lors de manifestations LGBT. Selon un fil thématique, le film aborde les questions du rapport à leur famille, au féminisme, aux pratiques sexuelles (sadomasochisme), à la fidélité ou, encore, à l'outing, soit l'action de révéler la sexualité d'une personne. Si les paroles – ponctuées de la lecture d'un poème de l'écrivaine québécoise Nicole Brossard et soutenues par la composition musicale de Lee Pui Ming (toutes deux interrogées) – soulignent la pluralité d'expériences, de positions et d'analyses, toutes revendiquent le sentiment de libération éprouvé à vivre loin des normes hétérosexuelles.

Caroline Châtelet - Journaliste, critique dramatique

Bande-Annonce "Dieu merci je suis lesbienne" par Laurie Colbert & Dominique Cardona © Tënk

avantages-abonne-s-mediapart

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.