Tënk
La plateforme SVoD dédiée au documentaire d’auteur
Abonné·e de Mediapart

210 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 nov. 2020

Quatre films pour comprendre une Amérique fracturée

Rupture de stock chez les armuriers, citoyens qui se barricadent chez eux. La situation est ubuesque, tragique. L'élection américaine prend des allures de point de non-retour, attisée par la personnalité toxique de Donald Trump. Mais les plaies de la société américaine sont profondes. Peur de l'autre, ségrégation, capitalisme triomphant sont autant de maux que ces films racontent.

Tënk
La plateforme SVoD dédiée au documentaire d’auteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Focus documentaire - Election Day © Tënk

In Jackson Heights de Frederick Wiseman (2015, 190 minutes)

Wiseman est certainement – pour moi – le plus important cinéaste vivant, aujourd'hui… Chacun de ses films apporte une pièce supplémentaire au puzzle anthropologique qu’il construit depuis le début de sa carrière avec une pratique du cinématographe sans faille. Avec une apparente simplicité, facilité et une modestie qui lui permet de se glisser à la rencontre de tous, il nous livre ici le portrait d’un quartier Monde. À l’écoute de la parole publique de chacun, le documentaire nous permet de "regarder" pour "voir" vivre ce secteur du Queens à New York où les communautés font cause commune. À un moment où notre pays – la France – est agité par des forces contradictoires et violentes qui nous promettent la déchirure du tissu social, le film de Wiseman doucement, sans prétention, sans illusion, nous permet de réfléchir à comment mettre en commun les expériences de chacun, tout en apprenant la danse du ventre, et les quatre points cardinaux.

Pierre Oscar Lévy, Réalisateur

The Interrupters de Steve James (2011, 125 minutes)

"The Interrupters", tourné en cinéma direct ponctué d‘entretiens passionnants retrace le travail volontaire d’anciens détenus ou délinquants qui se sont associés pour tenter d’enrayer la violence dans les ghettos noirs de Chicago. De réunion en interventions ils affrontent la fureur qui s’exerce à l’intérieur des familles et des quartiers. À leur tête, une femme mariée à un Imam mène cette croisade avec beaucoup de force. Ses discussions avec une fille rebelle sont bouleversantes. C’est une leçon politique que d’entendre et de voir à l’œuvre ces "interrupters" qui, épuisés par leur propre expérience de prison et de misère parviennent à "faire quelque chose" dans leur communauté. C’est grâce à "Hoop Dreams" que Steve James obtient leur confiance et peut filmer ces moments de violence que ceux qu’il suit essayent de dénouer. Et l’on comprend que les meurtres, les coups visent les habitants eux-mêmes des quartiers noirs et jamais les blancs, ceux qui ont organisé la ségrégation et la pauvreté.

Claire Simon, Réalisatrice

Broken Land de Luc Peter et Stéphanie Barbey (2014, 75 minutes) - Disponible en location pour les abonné.e.s de Tënk

On n'a jamais autant peur que de ce que l'on ne voit pas.
Le parti pris génial de Luc Peter et Stéphanie Barbey - servi par l'image impeccable du grand Peter Mettler - est de ne jamais voir les migrants. Leur présence se réduit à des traces, ces quelques chaussures et effets personnels laissés au milieu du désert, ou à ces spectres verts enregistrés par des caméras infra-rouges. La menace migratoire se transforme dès lors en fantômes et donne à ce film une autre dimension : celle de questionner leur existence-même et ainsi la paranoïa de la société américaine mais aussi de notre époque. Comme dans un film de genre, la peur laisse le plus souvent la place aux armes, au racisme et à la violence sous toutes ces formes. Ici, il n'est donc pas seulement question de l'absurdité d'un mur entre les États-Unis et le Mexique. "Broken Land" nous parle de nos peurs mais aussi de notre capacité à accueillir l'autre, l'inconnu.

Éva Tourrent, Responsable artistique de Tënk

Legends, The Living Art of Risqué de Marie Baronnet (2016, 25 minutes) - Disponible en location pour les abonné.e.s de Tënk

Pour la plupart issues de milieux défavorisés, échouant bien souvent à devenir actrices, ces femmes âgées aujourd’hui de 65 à 95 ans ont trouvé dans le striptease une échappatoire glorieuse loin des clichés sordides. Ces femmes à l’aura magique, au grand pouvoir de fascination, sont des Self-Made Women au caractère bien trempé. Comme le souligne la réalisatrice : "Ne nous y trompons pas. Chacune d’elles est un vrai entrepreneur du rêve américain. Elles ont conquis leur chair et leur indépendance, leur sexe et leur économie, et elles en ont payé le prix fort. C’est ce qui fait d’elles des Legends."
Pionnières dans leur domaine, tout autant que dans ceux de l’émancipation des femmes, de l’identité de genre et de l’orientation sexuelle, elles rompent avec les normes d’une société patriarcale. L’intérêt du travail de Marie Baronnet est qu’il embrasse tout le genre féminin pour en révéler la diversité et les singularités à travers le striptease, raconté ici comme un "art à part entière".

Nicole Fernández Ferrer, Déléguée générale du Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir avec l’aide d’Anne-Laure Berteau

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel