Des origines au remaniement: Édouard, mon pote de droite

Son traitement médiatique pendant la crise du COVID a fait monter la côte de popularité d'Édouard Philippe en flèche, au point parfois de le dépeindre en homme de la situation. C'est oublier ce qu'il est : un notable de province aux méthodes douteuses. De l’anonymat à Matignon, retour sur l’un des piliers du «nouveau monde» - finalement pas si nouveau.

vy0rfsrzs6wvjyhordbk-full-2edouard-int-bureau-31

À l’heure où Édouard Philippe quitte son poste de Premier ministre en France, "Édouard, mon pote de droite" permet un retour sur une période de sa vie politique. Filmé dans ses "apparitions" publiques comme dans l’intimité de son grand bureau, l’homme s’y révèle au sein de l’appareil politique, au cours de sa campagne électorale pour le renouvellement de son siège à la mairie du Havre. Ce portrait d’Édouard devient celui de la conquête du pouvoir sur la scène politique contemporaine. Le film se construit en douce comédie critique autour de la connivence des deux hommes : le politicien et le réalisateur, Laurent Cibien. Leurs discussions révèlent le décalage entre le quotidien de l’homme politique et la vision du monde qu’il est censé traduire.

Édouard, mon pote de droite de Laurent Cibien (2015, 82 minutes) - Est disponible en location pour les abonnés de Tënk.

Édouard est un copain de lycée de Laurent Cibien, réalisateur de ce documentaire. À 45 ans, c’est un professionnel aguerri de la politique, de droite tendance Juppé. Laurent Cibien le filme depuis plus de dix ans. Pendant l’hiver 2014, il l'a observé faire campagne pour conserver son siège de maire du Havre. Ce film est le premier volet d’une série au long cours sur la fabrique du pouvoir dans la France d'aujourd'hui.

Distinctions

Bande-Annonce Édouard, mon pote de droite © Tënk

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.