«Goodbye Jerusalem», comment porter le fardeau d'une société en guerre?

Une société en guerre est forcément une société meurtrie, sous tension. La société israélienne a cela de particulier d'être structurellement en état de guerre depuis des décennies. En plaçant sa focale sur 4 histoires individuelles les deux auteur.e.s font ressortir avec encore plus de force les démons qui hantent la société israélienne et qui déchirent des générations entières.

f35a61fe

"Cet endroit est extrême. Le mal y devient horrible et ce qui est bien génial". Ces mots prononcés dans les premières minutes du film résument l'ambivalence de la relation de la jeunesse israélienne avec sa capitale Jérusalem. Un mélange de colère, de résignation mais aussi de luttes et d'espoir. Le montage alterne paroles recueillies lors d'entretiens au long cours et images de la ville. Si les points de vue divergent, tous parlent de la difficulté à trouver sa place dans une société israélienne divisée et en guerre. Doivent-il s'opposer ? Résister ? Partir ? La ville, ses rues animées, ses soldats mais aussi ses moments de fête ou de vie nocturne nous font éprouver toute la complexité de ce territoire et aussi l'extrême lucidité de ses quatre protagonistes. Le portrait tout en nuances d'une génération mais aussi d'une ville et d'un pays.

Goodbye Jerusalem de Mariette Auvray et Gabriel Laurent  (2018, 62 minutes)

Paz, Adam, Ido et Danielle ont la vingtaine et font partie de la bande de jeunes qui a pris ses quartiers dans le bar underground Uganda de Jérusalem. Personnages hauts en couleurs, étudiants en littérature, artistes ou musiciens débridés, ces jeunes Israéliens étouffent dans leur ville. Avec le conflit qui s’éternise, ils s’interrogent quant à leur responsabilité face à l’Histoire et tentent d’envisager leur avenir dans un pays qui ne leur en offre guère. Alors que leurs grands-parents se sont battus pour fonder Israël, certains d’entre eux n’ont qu’un désir : quitter cette terre pour s’épanouir à l’étranger. Entre impuissance et révolte, ce film choral explore les fractures de la société israélienne à travers ceux qui en seront demain les héritiers..

Distinctions

  • 2020 : Scam - Paris (France) - Étoile de la Scam
  • 2019 : Traces de Vies - Clermont-Ferrand (France) - Compétition

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.