Escale Tënk - HORS JEUX ! Nos histoires de foot...

À quelques jours de la déferlante Coupe du monde qui s’abattra bientôt sur nous, nous voulons affirmer notre amour du jeu. Dire combien le foot nous concerne malgré tout, parce que ses histoires inscrivent des actions individuelles, collectives et, si on sait y regarder, toujours politiques.

Teaser - Escale : HORS JEUX ! © Tënk

Parce que le documentaire se nourrit du temps, il nous a semblé d'abord difficile de nous inscrire dans une actualité implacable comme celle de la Coupe du monde de football. Alors, au départ de cette programmation il y a eu le souvenir de ces images qu'on collectait, qu'on échangeait à l'école, ces petites vignettes qu'on collait dans un album et qui nous faisaient vibrer parce que le Mondial arrivait, évènement rare et planétaire. Rapidement les vignettes s'entassaient, on collectionnait les doubles avec l'idée tenace que l'image manquante existait quelque part et que notre devoir était de la retrouver. Au final, il restait un cahier incomplet, composé des visages de joueurs au style capillaire fantasque, une grosse pile d'images inutiles et quelques cases restées blanches aux histoires inoubliables.

Les films ne sont pas exempts de la mélancolie de celle ou de celui qui n’a pas droit de cité et se trouve sur le banc : on peut voir cette programmation comme un hommage aux laissé·e·s pour compte, qui devraient voir le jeu se dérouler sans eux mais ne peuvent s’y résoudre. Une part d’enfance les y pousse.

•• OFFSIDE de Jafar Panahi

8 mai 2006. L’Iran est en passe de se qualifier pour la Coupe du monde de football. Un car de supporters déchaînés est en route vers le stade. Une fille, déguisée en garçon, s’est discrètement glissée parmi eux. Elle ne sera pas la seule à tenter de transgresser l’interdiction faite aux femmes d’assister aux manifestations sportives. À l’entrée du stade, elle est démasquée et confiée à la brigade des mœurs qui devra décider de son sort. Enfermée dans un enclos improvisé, elle est très vite rejointe par d’autres filles. Ensemble, elles refusent d’abandonner et usent de toutes les techniques pour voir le match.

•• SUBSTITUTE de Fred Poulet et Vikash Dhorasoo

L’histoire commence le 6 avril 2006. Fred Poulet propose au footballeur Vikash Dhorasoo de lui confier deux caméras Super 8, pour qu’il filme son quotidien jusqu’au 9 juillet, date de la finale de la Coupe du Monde de football à Berlin. Ensemble, ils écrivent le film au jour le jour, au Havre, à Paris, puis en Allemagne, dans des chambres d’hôtel, dans le bus ou au téléphone. Un peu dans les stades aussi. Vikash Dhorasoo jouera 16 minutes lors de cette Coupe du Monde à rebondissements, qui voit l’équipe de France atteindre la finale pour la deuxième fois de son histoire.

•• MATCH RETOUR de Corneliu Porumboiu

Le réalisateur Corneliu Porumpoiu revoit, en compagnie de son père Adrian, les images d'un derby de football disputé en 1988 entre les deux équipes de Bucarest. Adrian Porumboiu était alors l'arbitre du match. Le père et le fils imaginent des alternatives au scénario qui se déroula ce jour-là, en pleine tempête de neige, sous l’œil des caméras de la télévision propagandiste roumaine.

•• ONZE FOOTBALLEURS EN OR - RHAPSODIE HONGROISE POUR UN BALLON de Jean-Christophe Rosé

Entre 1950 et 1956, une équipe de football hongroise quasi imbattable, remportant des victoires aux scores impressionnants, devint la fierté du régime. Cette "Équipe d'or" sera aussi l'emblème de tout un peuple, rappelant à l'Occident l'identité d'une nation qui n'acceptait pas d'être ravalée au rang de démocratie populaire. Ces joueurs et cette équipe idolâtrés symbolisèrent l'âme et le désir de réussite du peuple hongrois. Mais ces champions étaient aussi des hommes. Et lorsqu'en 1956, lors de l'insurrection de Budapest, le régime les envoya jouer sur les stades occidentaux, tandis que leurs frères se faisaient tuer sur les barricades, cela fut mal interprété : certains les accusèrent de vouloir avant tout préserver leurs intérêts... Pourtant, malgré les malentendus, l'histoire d'amour entre cette grande équipe et son pays ne cessera jamais : "l'Équipe d'or" a toujours épousé le destin de la Hongrie.

•• LORO DI NAPOLI de Pierfrancesco Li Donni

À Naples, l'équipe de football Afro Napoli United est passée au niveau national, un rêve pour ses joueurs immigrés. Ils sont venus de Côte d’Ivoire, du Cap-Vert, du Sénégal et du Brésil, et n’ont pas de permis de séjour. Maxim est venu d’un pays en guerre. Adam, qui avait décroché de l’école, est gardien de but et barman. Apatride, Lello a laissé un fils derrière lui. Ils se débattent dans la jungle des lois italiennes sur l’immigration, aidés par leur coach, Antonio.

  


•• Offside de Jafar Panahi (93 min, 2006)

•• Substitute de Fred Poulet et Vikash Dhorasoo (70 min, 2006)

•• Match Retour de Corneliu Porumboiu  (97 min, 2014)

•• Onze footballeurs en or - Rhapsodie Hongroise pour un ballon de Jean-Christophe Rosé (64 min, 1996)

•• Loro di Napoli de Pierfrancesco Li Donni (69 min, 2015)

 

Chaque vendredi, tenez-vous informé-e-s de notre programmation et découvrez les derniers documentaires mis en ligne grâce à notre newsletter. Inscrivez-vous ici !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.