Sobibór ou la seule révolte réussie d'un camp d'extermination nazi

Le réalisateur, Claude Lanzmann, explique : "C'est à partir d'un entretien que m'avait accordé Yehuda Lerner à Jérusalem, en 1979, pendant le tournage de "Shoah" que j'ai réalisé "Sobibór, 14 octobre 1943, 16 heures", lieu, jour, mois, année, heure de la seule révolte réussie d'un camp d'extermination nazi." 365 prisonniers parvinrent à s'évader.

EN CE MOMENT SUR TËNK :

Sobibór, 14 octobre 1943, 16 heures est l'histoire de la seule révolte réussie d'un camp d'extermination nazi.
Claude Lanzmann, journaliste, écrivain et cinéaste, est notamment l'auteur de Shoah (1986), film documentaire de près de 10 heures, méditation déchirante sur les crimes nazis et la douleur de l'Homme survivant. Alors qu'il entreprenait la réalisation de cette gigantesque fresque cinématographique sur l'Holocauste, Lanzmann avait rencontré et recueilli en 1979 le témoignage de Yehuda Lerner, témoin et protagoniste de la révolte du camp d'extermination de Sobibór, situé en actuelle Pologne. Pour le cinéaste, ce récit devait occuper un seul et unique film afin de lui donner l'espace pour s'épanouir.

Extrait “Sobibór, 14 octobre 1943, 16 heures” © Tënk

On écoute ébahis Yehuda Lerner et on sent en nous une empathie et indirectement un courage qui fait vibrer le ventre. La terreur que fut cette guerre est prégnante et l'espoir qu'une telle parole fait naitre en nous fait vaciller un petite flamme, irréductible malgré tout le malheur du monde.
La stratégie narrative de Sobibór est vouée à accroître la tension du spectateur, tel un film d'action suivant les vicissitudes époustouflantes de Yehuda Lerner. Le film suit la chronologie des événements pour renforcer le suspense. Lerner est présenté comme un héros et le film devient une sorte de conte avec les bons contre les méchants et se termine par un "happy end".
Sobibór, 14 octobre 1943, 16 heures est un film sur l'apprentissage de la liberté et du choix personnel, même à l'intérieur d'un mécanisme dont le seul but est la destruction industrielle de l'Homme. La figure du témoin et de son existence dans le monde sonne comme un avertissement vivant. Une œuvre pédagogique sur le courage et sur la conquête - par la violence - d'un espace de résistance.


 •• Sobibór, 14 octobre 1943, 16 heures de Claude Lanzmann (95 minutes, 2001)

Les longues soirées d'hiver s'installent, la période des fêtes se profile, et avec elle, l'envie de faire plaisir à celles et ceux que l'on aime…
Sachez qu'il est possible d'offrir un abonnement de 3, 6 ou 12 mois à Tënk : https://www.tenk.fr/offrir-abonnement

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.