Tënk
La plateforme SVoD dédiée au documentaire d’auteur
Abonné·e de Mediapart

206 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 oct. 2021

« On peut tuer un homme mais pas des idées » : Sankara n'est pas mort

Il y a 34 ans, Thomas Sankara, père de la révolution burkinabè et icône panafricaniste est abattu lors du coup d'État qui place Blaise Compaoré au pouvoir. Il y a quelques jours s'ouvrait le procès de son assassinat; aussitôt reporté. Pour comprendre pourquoi au "Pays des Hommes intègres", la question reste tabou, le poète Bikontine nous emmène en voyage le long de l’unique voie ferrée du pays.

Tënk
La plateforme SVoD dédiée au documentaire d’auteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sankara n'est pas mort

Réalisé par Lucie Viver - 2019, 110 minutes

Le résumé : Au Burkina Faso, après l’insurrection populaire d’octobre 2014, Bikontine, un jeune poète, décide de partir à la rencontre de ses concitoyen·nes le long de l’unique voie ferrée du pays. Du Sud au Nord, de villes en villages, d’espoirs en désillusions, il met à l’épreuve son rôle de poète face aux réalités d’une société en pleine transformation et révèle en chemin l’héritage politique toujours vivace d’un ancien président : Thomas Sankara. 

L'avis de Tënk : "Pour son premier long métrage, Lucie Viver accompagne seule le poète Bikontine. Elle tient la caméra et fait la prise de son. Et les voilà partis sur la grande diagonale du chemin de fer, du Sud-Ouest vers le Nord. Sankara avait invité son peuple à prolonger la ligne au-delà de Ouagadougou sans aide extérieure, la fameuse ""bataille du rail"". Les paysages changent, d'abord verdoyants puis sahéliens et arides, à l'image de Bikontine mais aussi du Burkina qui va d'espoirs en désillusions. À chaque gare une halte, des rencontres improvisées. C'est surtout aux travailleurs que s'intéressent Bikontine et Lucie, qui met en scène sans apparaître à l'écran.
Comment garder l'espoir alors que tout devient aride ? Bikontine joue l'équilibriste sur les rails au-dessus du vide… Pas de poésie sans prise de risque. Pas de création sans courage. Il est un corps errant, ouvert et incertain, fort de ses mots mais qui n'en fait pas des discours, à l'unisson de la guitare mélancolique de Rodolphe Burger mais aussi de ses coups de rage comme dans ""Bled Number One"" de Rabah Ameur-Zaïmeche. Dans son épreuve initiatique, lonesome cow-boy qui brave le vertige, il hésite encore entre l'ailleurs et l'ancrage de Sankara, et avec lui toute une société."

Olivier Barlet, Critique de cinéma et rédacteur pour Africultures

Distinctions

  • 2019 : Festival Film Dokumenter Jogja - Yogyakarta (Indonésie) - Sélection
  • 2019 : Les Écrans Documentaires - Arcueil (France) - Sélection
  • 2019 : Camden International Film Festival (CIFF) - Camden (États-Unis) - Prix John Marshall du Média Ethnographique Contemporain
  • 2019 : FIDADOC - Festival international du film documentaire d'Agadir - Agadir (Maroc) - Sélection
  • 2019 : Étonnants Voyageurs - Festival international du livre et du film - Saint-Malo (France) - Sélection
  • 2019 : Cinéma du réel - Paris (France) - Compétition française Longs métrages
  • 2018 : EntreVues - Festival du film de Belfort - Belfort (France) - Prix "Films en Cours"
Bande-Annonce : "Sankara n'est pas mort" de Lucie Viver © Tënk

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal
Du local au global, le mouvement climat assume de vouloir « faire école »
Finies les batailles en solitaire, le mouvement climat adossé aux luttes locales théorise désormais de voir les choses en grand. Un effort stratégique indispensable pour contrer l’appétit sans cesse renouvelé des aménageurs et industriels pour les « mégaprojets » et une certaine inertie politique.
par Mathilde Goanec
Journal — Diplomatie
Moyen-Orient : Macron réhabilite le « prince tueur »
Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».
par René Backmann
Journal — Moyen-Orient
Nucléaire iranien : la solitude d’Israël
La volonté américaine de reprendre les pourparlers sur le nucléaire iranien s’oppose au refus israélien de toute perspective d’un accord avec l’Iran, contre lequel Israël menace de livrer une guerre, même si les États-Unis y sont hostiles. Mais Tel-Aviv dispose-t-il des moyens de sa politique ?
par Sylvain Cypel (Orient XXI)
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo