Retour en Calabre par des routes européennes

Le film « Calabria » de Pierre-François Sauter : une histoire/géographie pacifiée de trois migrations européennes. (Billet d'Emma)

Après la mort d'un émigré calabrais venu travailler en Suisse, deux employés des pompes funèbres, Jovan et José - eux-mêmes émigrés - traversent l'Italie du Nord au Sud pour rapatrier le corps du défunt jusque dans son village d’origine.

Calabria, c’est une histoire pacifiée de trois migrations européennes. À travers l’histoire – supposée – du mort et les récits contemporains de Jovan et José, nous avons accès à trois histoires/géographies d’immigration européenne. Le trajet même est une évocation de la liberté de circulation dans l’Union Européenne ; de la Suisse à l’Italie, Jovan et José nous conduisent à travers différentes régions comme si elles faisaient partie d’un même pays. Le film est une promesse d’une Europe multiculturelle, unie et apaisée.

 © "Calabria" - Pierre-François Sauter - RTS © "Calabria" - Pierre-François Sauter - RTS
Les premières images, en préambule, sont des images d’archives en noir et blanc : le quai d’une gare, de laborieux habitats, des chantiers. En quelques minutes et quelques images, l’auteur nous fait un résumé joyeux de la vague migratoire d’après guerre. L’arrivée présumée de Francesco Spadea, l’émigré calabrais mort, en Suisse...

 © "Calabria" - Pierre-François Sauter - RTS © "Calabria" - Pierre-François Sauter - RTS
Après cette courte introduction qui évoque la jeunesse du défunt, nous voici plongé·e dans les dédales mortuaires aux côtés des agents qui prodiguent les derniers soins aux corps. Ensuite, ils sont chargés de son dernier voyage vers la terre. Ordinairement, le rituel d’enterrement s’effectue rapidement après les soins. Ici, le défunt est né sur une autre terre, dans une autre région européenne, et son souhait (ou la tradition ?) veut qu’il soit enterré là il est né.

CALABRIA - Trailer - bande annonce © Vinca Film

Jovan et José ont la responsabilité de son rapatriement. Le trajet, c’est l’occasion d’échanger sur leurs états d’âmes et de se questionner sur la vie du mort qu’ils transportent. Eux aussi vivent en Suisse et à plus de 1 000 kilomètres de leur terre natale, ils sont respectivement serbe et portugais. Une identification latente au mort s'établit durant le trajet mais il s’agit bien plus pour les deux vivants de partager leurs sentiments et leurs ambitions. Une connivence se construit entre les deux protagonistes dans cette voiture habitée de trois passagers.

 © "Calabria" - Pierre-François Sauter - RTS © "Calabria" - Pierre-François Sauter - RTS
Trois parcours, inscrits dans le temps et la géographie européenne, qui ont sûrement été régis par des contraintes différentes. Les droits accordés aux immigrés européens ont bien évolué depuis que Francesco Spadea est arrivé en Suisse, sûrement dans la période d’après guerre. Jovan et José ne subissent pas aujourd’hui le même régime légal que Francesco alors. Depuis le traité d’Amsterdam en 1997, l’émigration est facilitée en Europe pour les citoyens d’un espace défini : l’espace Schengen. Les citoyens de cet espace bénéficient du droit de libre circulation sur ce territoire, ils ont droit d’y entrer librement et d’y séjourner et puis de s’y installer pour travailler. La Suisse et l’Italie font, à présent, partis de cet espace, les conditions d’émigration de Francesco seraient sûrement bien différentes...


 © "Calabria" - Pierre-François Sauter - RTS © "Calabria" - Pierre-François Sauter - RTS
Aujourd’hui, c’est Jovan et José qu’on observe expérimenter leur citoyenneté européenne dans ce périple à travers les paysages et leurs échanges sur leur culture respective. Ce sont deux personnages sereins, à l’aise dans cet environnement européen et dans leur travail. Ils maîtrisent plusieurs langues, en plus de leur langue maternelle, ce qui constitue une concrétisation d’une citoyenneté européenne. En ce sens, ils en sont deux modèles.
 © "Calabria" - Pierre-François Sauter - RTS © "Calabria" - Pierre-François Sauter - RTS

La question en sous-texte est : quel est le lien de ces européens à leur terre natale ? C’est dans le rituel de l’enterrement que l’on retrouve l’enracinement géographique. Là où la personne est née, où sa famille gît, va être enterré le défunt. Le lien à l’histoire/géographie de la famille est maintenu par ce rituel religieux au-delà du déracinement qu’il a pu expérimenter dans sa vie.

 © "Calabria" - Pierre-François Sauter - RTS © "Calabria" - Pierre-François Sauter - RTS


•• Calabria de Pierre-François Sauter (116 minutes, 2016)

Chaque vendredi, tenez-vous informé-e-s de notre programmation et découvrez les derniers documentaires mis en ligne grâce à notre newsletter. Inscrivez-vous ici !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.