Tënk
La plateforme SVoD dédiée au documentaire d’auteur
Abonné·e de Mediapart

206 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 juil. 2020

Focus Eric Rohmer, cinéaste majeur de la Nouvelle Vague, sur Tënk

Doyen de la Nouvelle Vague, inspiré par le manque de budget il s’est essayé à tous les formats, court comme long métrage, documentaire comme téléfilm. Il voit le cinéma comme une capture de la vie que l’on pratique et ses portraits sont des clichés de l’époque qu'il filme. 4 films qui nous permettent de nous familiariser avec la patte du maître mais aussi de toucher du doigt l’air du temps.

Tënk
La plateforme SVoD dédiée au documentaire d’auteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Éric Rohmer (de son vrai nom Maurice Henri Joseph Schérer) est un réalisateur français, né en 1920 et décédé en 2010. Comme ses camarades de la Nouvelle Vague, Éric Rohmer a commencé sa carrière dans le cinéma comme critique. Après avoir rédigé ses premiers articles à la fin des années 1940, il rejoint les Cahiers du cinéma peu après leur création au début des années 1950. Parallèlement, il réalise tout au long des années 1950 des courts métrages et signe en 1959 son premier long métrage, "Le Signe du Lion". Il prend alors le pseudonyme de Éric Rohmer pour cacher à sa famille ses activités de cinéaste. Il a réalisé au total 23 longs métrages qui constituent une œuvre atypique et personnelle, en grande partie organisée en trois cycles : "Contes moraux", "Comédies et Proverbes" et "Contes des quatre saisons". La pédagogie tient une grande place dans son travail, le jeu aussi. Le libertinage de ses personnages ne va pas sans une morale puritaine. Ils vivent selon des principes, des règles, se définissent des parcours et s’y piègent. Considéré avec Jean-Luc Godard, François Truffaut, Claude Chabrol et Jacques Rivette comme l'une des figures majeures de la Nouvelle Vague, il a obtenu en 2001 à la Mostra de Venise un Lion d'or pour l'ensemble de sa carrière.

Une étudiante d'aujourd'hui d'Éric Rohmer (1964, 12 minutes)

Le statut de la femme étudiante a fort changé dans les années 60, la preuve par l'exemple avec Denise Basdevant, une jeune mère poursuivant ses études à la Nouvelle Faculté de Sciences d'Orsay.

Bande Annonce - Une étudiante d'aujourd'hui de Eric Rohmer © Tënk


Carl Th. Dreyer d'Éric Rohmer (1965, 61 minutes)

Tournée à Copenhague chez Carl Theodor Dreyer, cette conversation rappelle les caractéristiques de son cinéma : plans longs, omniprésence des visages. Le cinéaste y livre, en français, ses réflexions sur son rapport au comédien, l'art du cinéma, ses recherches sur le montage et le mouvement.

Bande Annonce - Carl Th. Dreyer de Eric Rohmer © Tënk


Fermière à Montfaucon d'Éric Rohmer (1968, 13 minutes)

Le quotidien et la condition d'une institutrice ayant épousé un cultivateur ; elle s'occupe des bêtes, de la traite, mais aussi de politique et de syndicalisme.

Bande Annonce - Fermière à Montfaucon de Eric Rohmer © Tënk


Nadja à Paris d'Éric Rohmer (1964, 13 minutes)

Nadja, une jeune étudiante américaine et yougoslave, vit à la Cité universitaire de Paris, maison de l'Allemagne. On la suit dans ses déambulations dans différents quartiers de la capitale.

Bande Annonce - Nadja à Paris de Eric Rohmer © Tënk

Dès cette semaine sur Tënk retrouvez 4 films d’Eric Rohmer en ligne jusqu’au 12 Septembre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Nouvelle-Calédonie : la faute d’Emmanuel Macron
En maintenant le troisième référendum d’autodétermination le 12 décembre, malgré la crise sanitaire et politique qui frappe l’archipel, le président de la République déchire un contrat signé il y a trente ans. Le processus de décolonisation va se conclure en l’absence du peuple colonisé. Une aberration politique aux lendemains dangereux.
par Ellen Salvi
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n'est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux