Tënk
La plateforme SVoD dédiée au documentaire d’auteur
Abonné·e de Mediapart

212 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 sept. 2022

Tënk
La plateforme SVoD dédiée au documentaire d’auteur
Abonné·e de Mediapart

Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices

À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.

Tënk
La plateforme SVoD dédiée au documentaire d’auteur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Grano amaro

Réalisé par Cyril Berard, Samuel Picas

56 min, 2020 - Film soutenu par Tënk et Mediapart

Disponible en location VOD - 2 euros pour les abonné·es de Tënk

Le résumé : En suivant jour après jour la campagne électorale des élections municipales de Predappio, ville natale de Mussolini, “Grano Amaro” raconte le parcours de deux candidats amateurs dans une élection dont l’enjeu les dépasse. Très vite la campagne est phagocytée par la grande question de l’héritage mussolinien : que faire de la tombe du dictateur ? Le film retrace le combat pour la mairie qui, administrée par la gauche depuis 1945, risque de tomber aux mains de l’extrême droite.

Notre avis : Que faire avec les ombres, celles qui nous encombrent, celles qu’on refuse ? C’est la question posée en creux par "Grano Amaro", au long de cette campagne municipale, qui rejoue à son échelle des problématiques politiques européennes. Passant d’un candidat à l’autre, on sent petit à petit grandir la présence de ceux que la gauche sortante tente d’évincer de la campagne : Mussolini, d’abord, et la persistance du fascisme, mais aussi le maire de gauche sortant, monstre politique local, paternaliste assumé.
Chaque camp, à sa manière, est chargé de sa figure tutélaire. Se pose alors la question de l’héritage, et la droite semble aujourd’hui plus à l’aise avec ses bagages…
Alors que faire avec les ombres ? Il semble qu’il faille les prendre à bras le corps. Sans cela, elles ressurgissent, jusqu’à prendre toute la place.

Alizée Mandereau

Sélections et distinctions

  • 2020 • États généraux du film documentaire • Lussas (France) • Section Tënk

Un homme médiocre en cette époque de prétendus surhommes

Réalisé par Angelo Caperna

78 minutes, 2012

Le résumé : Un jeune intellectuel italien assiste au triomphe du fascisme et décide de vivre en retrait de la société. Quand l’État lui ordonne d’être le guide culturel d’Hitler pendant son voyage en Italie, il envisage de se faire sauter avec lui. Finalement, il accepte et note tout ce qu’il voit sur un petit calepin… parvenu jusqu’à nous.

Notre avis : À notre époque où l’idéologie fasciste reprend de la vigueur, il est utile de faire retour vers la pensée de ceux qui l’ont approchée de très près et surtout qui l’ont combattue.
Voici un étonnant témoignage, il est de première main. Des images d’archives tournées en 1938 à Rome et à Florence ouvrent le film. Un choix de musiques réunies par le cinéaste dans un judicieux enchevêtrement porte le récit de bout en bout. Trouées de profonds silences elles établissent la distance nécessaire à l’écoute de cette voix au bel accent étranger. On pourrait penser à une composition originale tant cet assemblage est cohérent. Seuls quelques rares bruits sortent d’un flashback. Tous ces éléments forment une entité sonore. La quasi-absence de son direct, ainsi que le ralenti des images, assurent sa lenteur à un effet de mémoire parfois perforé par quelques plongées dans le présent.

Daniel Deshays

Sélections et distinctions

  • 2014 • Traces de Vies • Clermont-Ferrand (France) • Sélection
  • 2012 • CInemed - Festival International du Cinéma Méditérranéen de Montpellier • Montpellier (France) • Sélection

Au nom du Duce - Naples-Rome

Réalisé par Amos Gitaï

51 minutes, 1994

Disponible en location VOD - 2 euros pour les abonné·es de Tënk

Le résumé : Tourné à Naples et à Rome en décembre 1993, le film dresse une cartographie du paysage politique italien à l’occasion de la campagne pour les élections présidentielles et municipales. À Naples, les principaux candidats sont la petite-fille du Duce, Alessandra Mussolini et son rival progressiste, Antonio Bassolino.

Notre avis : Troisième volet de la trilogie de Gitaï sur la montée de l'extrême droite en Europe dans les années 90. Phénoménologie politique (sans commentaire) et road movie électoral tourné en quatre jours. Dans ce journal filmé à budget réduit, Gitaï dévoile peu à peu le réel qui domine encore le parti néo-fasciste italien : l'icône et le souvenir de Benito Mussolini, dont les militants du MSI essayent de cacher le poster face à la caméra. Dans une sorte de psychanalyse sociale, Gitaï rétablit via le cinéma une vérité historique enfouie. Il met en dialectique la mémoire des vieux juifs napolitains persécutés et le présent du MSI, pour la première fois au gouvernement après 1945 (avec Berlusconi) et prêt à s'ouvrir politiquement à Israël. Un film sobre pour se battre contre la violence de l'oubli et la rhétorique du pardon.

Federico Rossin

Sélections et distinctions

  • 1994 • Taormina FilmFest • Taormina (Italie) • Sélection
  • 1994 • Festival do Rio de Janeiro • Rio de Janeiro (Brésil) • Sélection
  • 1994 • Festival internazionale del film Locarno • Locarno (Suisse) • Sélection

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali
Journal — Fiscalité
Le budget de la ville de Paris est-il vraiment une escroquerie ?
Le ministre des comptes publics Gabriel Attal estime que la gestion budgétaire de la mairie de Paris s’apparente à une pyramide de Ponzi. Une vision caricaturale, qui plus est venant d’un gouvernement qui creuse le déficit de l’État à coups de baisses d’impôts.  
par Mathias Thépot
Journal
La ministre Caroline Cayeux démissionne en raison d’un patrimoine « sous-évalué »
Caroline Cayeux a démissionné de son poste de ministre déléguée aux collectivités territoriales. La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique s’apprêtait à statuer sur son cas, lui reprochant des irrégularités dans sa déclaration de patrimoine.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma