Une sélection de films passés par DokLeipzig à voir sur Tënk

Le Festival international du film documentaire et d'animation de Leipzig est non seulement le plus grand festival allemand de film documentaire, mais il a également acquis au fil des années une dimension internationale. Le festival joue un rôle majeur en reliant l'Europe occidentale et orientale et offre un lieu d'échange pour les cinéastes et le public venus de toute l'Europe.

untitled-design-3-1-1

Mon cousin anglais de Karim Sayad (2019, 82 minutes)

En décidant de filmer les aventures de ce cousin parti en Angleterre tout juste adulte, Karim Sayad nous fait rencontrer un véritable héros de tragi-comédie. Car il y a bien du drame dans cette vie déchirée entre deux rives et deux cultures, dans cette difficulté à trouver sa place tant dans la grisaille du pays d'accueil qu'au sein même de la famille restée en Algérie. Mais il y a aussi beaucoup d'humour dans les hésitations sans fin de Fayed, ses allers-retours pour trouver le bonheur et l'âme sœur. Quel délice de le voir faire ses bagages en pesant les caramels anglais qu'il va ramener à sa mère ou sa naïveté face aux moqueries de ses colocataires. Si certaines situations révèlent toute la cruauté du monde, c'est toujours avec une grande tendresse que Karim Sayad nous transmet les aventures de cet éternel adolescent et qu'il réussit ainsi à nous faire éprouver au plus profond de nous cette fêlure indicible du déracinement.

Éva Tourrent, responsable artistique de Tënk

Résumé du film :

2001, Fahed arrive sur le sol britannique débordant d’aspirations et de rêves… et se bat pendant plus de 10 ans pour être régularisé. 2018, en proie à une crise de la quarantaine, il doit maintenant prendre une décision. Continuera-t-il sa vie anglaise en travaillant 50 heures par semaine entre le Fast Food et l’usine ou retournera-t-il en Algérie, pays qu’il a fui dans l’espoir de mener une vie meilleure ?

Bande annonce - Mon cousin anglais de Karim Sayad © Tënk

In The Name of Scheherazade de Narges Kalhor (2019, 76 minutes)

Narges Kalhor réalise ici une version moderne et politique du conte des Mille et une nuits. Un film sur la narration, la vie et ses états. Un film qui mêle la réalité et la fiction avec une joie anarchique et qui déconstruit les idées traditionnelles sur la réalisation d'un film documentaire et son apparence. Dans un pastiche sauvage, la réalisatrice entrelace plusieurs histoires avec le récit de la fabuleuse Shéhérazade et montre comment la réalisatrice est confrontée à un monteur masculin invisible qui essaie encore et encore de rendre l'intrigue "plus lisse", de gommer les éléments apparemment compliqués afin de s'adapter aux "habitudes de visionnage" du public. Narges Kalhor raconte finalement son propre conte de Sisyphe, sa lutte pour arriver à fabriquer un film sans compromis vis-à-vis des attentes des autres.

Luc-Carolin Ziemann, programmatrice, auteure et formatrice cinéma

Résumé du film :

Narges Kalhor nous plonge dans l’apocalypse joyeuse et déconstruite d’un dédale d’histoires, en suivant quatre personnages qui ont fui en Allemagne pour échapper aux situations politiques désespérées ou dangereuses de leurs pays. Un adolescent syrien gay a peur que son visa soit refusé et de devoir rentrer chez lui. Une jeune fille iranienne rêve d’un "Biergarten" au cœur de Téhéran. Une autre se bat pour faire aboutir un projet de film, tandis que son professeur lui prodigue des conseils inutiles pour rendre son travail plus compréhensible. Et, alors que Shéhérazade conte ses histoires, le monde part doucement à la dérive...

Bande annonce - In The Name of Scheherazade de Narges Kalhor © Tënk

Safety123 de Julia Gutweniger et Florian Kofler  (2019, 72 minutes)

Les Alpes. De nos jours, il n'y a guère de montagne qui reste intouchée : toute la région est couverte par un système de sécurité presque invisible. Des dispositifs de protection bien camouflés contre les chutes de pierres et les avalanches sont là pour assurer une accessibilité et une habitabilité sans danger. Les fortifications en béton autour des fermes isolées ou les murs courbes sur les pentes pour sécuriser tout un village prennent un aspect presque surréaliste. À travers des images à couper le souffle et d'impressionnantes séquences silencieuses "Safety123" révèle les différentes couches de ce système de sécurité : le paysage est sans cesse surveillé, des situations d'urgence simulées, modélisées, et des exercices d'urgence à grande échelle organisés. Ce documentaire d'observation suit attentivement ces activités parfois mystérieuses pour dépeindre la lutte de l'homme contre les forces de la nature, qui par essence ne peuvent être stoppées malgré cette technologie de précision.

Luc-Carolin Ziemann, Programmatrice, auteure et formatrice cinéma

Résumé du film :

 Un voyage visuel à travers les Alpes, qui observe le travail et les recherches des scientifiques, techniciens et organismes de secours qui œuvrent à la prévention des risques naturels. La quantité de mesures et de simulations qui en résulte donne un aperçu de l'importance de ce système de sécurité pourtant largement invisible.

Bande annonce - Safety123 de Julia Gutweniger et Florian Kofler © Tënk

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.