5G: «Oro Blanco» montre que l'exploitation actuelle du lithium épuise déjà la planète

«Oro Blanco» est d'une brûlante actualité. À l'heure où certains affirment que la 5G pourrait sauver des vies via la télémédecine par exemple, une chose est sûre; des écosystèmes, eux, sont en train de mourir pour pouvoir nous fournir des batteries toujours plus performantes. Prouvant si besoin est que la notion de progrès est toujours relative à celui qui l'invoque comme argument d'autorité.

9739e245

Les vastes étendues des déserts de sel du nord-ouest de l'Argentine renferment l'un des plus grands gisements de lithium au monde. Les entreprises internationales exploitent l'"or blanc", privant ainsi les populations indigènes, qui élèvent des lamas et pratiquent l'extraction traditionnelle du sel pour vivre, de la précieuse eau souterraine. Par des images magnifiques et une posture narrative qui combine poésie et agitprop, "Oro Blanco" montre que la population indigène a depuis longtemps commencé à agir contre la destruction de la "pacha mama".
La réalisatrice Gisela Carbajal Rodríguez raconte une histoire de profanation et d'exploitation, qui a des conséquences non seulement pour les habitants, mais aussi dans le monde entier. Avec des images bien composées et un message clair, ce film permet une prise de conscience de ce que l'on préfère regarder de loin...

Luc-Carolin Ziemann, programmatrice, auteure et formatrice cinéma

Oro Blanco de Gisela Carbajal Rodriguez  (2018, 24 minutes)

Tous les matins, Flora parcourt les montagnes argentines avec ses lamas pour trouver des pâturages. Mais la terre devient de plus en plus stérile, et ses animaux doivent lutter pour trouver de quoi se nourrir. Une entreprise canado-américaine s'est installée dans la région de Salinas Grandes pour extraire du lithium. En puisant les dernières ressources en eau de l'Atacama et du Kolla, elle cherche à satisfaire la soif du monde pour les batteries rechargeables.

Extrait - Oro Blanco de Gisela Carbajal Rodriguez © Tënk

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.