Théâtre La Cite
Biennale des écritures du réel
Abonné·e de Mediapart

24 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mai 2022

Ne pas détourner le regard

Ce billet porte sur la pièce Scènes de violences conjugales de Gérard Watkins. J’ai voulu écrire sur ce que j’y ai vu, entendu. Ce que j’aimerais que nous retenions, collectivement, de cette création, c’est le caractère insidieux de la violence conjugale qui s’exerce sur le corps des femmes. Comprendre, regarder et affronter.

Théâtre La Cite
Biennale des écritures du réel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

    Le marché paysan de la Friche se termine, les derniers fromages, dernières confitures se déposent dans les paniers de chacun, de chacune. À côté, peu à peu, une file se dessine avec beaucoup de jeunes, d’amis, de couples. On entre, on s’assoit et on regarde devant soi.

      Une batterie s’emballe : une femme frappe sur ses percussions. Elle nous impose un son lourd et percutant. La pièce de théâtre se déploie dans un ensemble géométrique, une forme de tétris ou des pièces matelassés se déplacent, s’entrechoquent, tombent. On y voit tour à tour un café, un bureau, un lit, une salle de bain. La musique, elle, nous accompagne, nous surprend et nous révèle la teneur émotionnel de l’espace que l’on a face à nous.

      Deux couples se forment, se rencontrent et se créent sous nos yeux : Rachida et Liam, Annie et Pascal. Lorsque l’un des couples s’anime, l’autre s’éteint. On passe d’une lumière à une autre. De l’ombre à l’impasse.

      Les voix sont fortes et singulières. Leurs débits, leurs impossibilités de dire ne nous empêchent pas de comprendre la violence qui se tisse. Elle se construit, se nourrit. Elle ne sort pas de nulle part. Elle est là, sous nos yeux. La violence pèse sur les corps, elle les écrase jusqu’à les empêcher de se tenir debout.

      Les rires, silences et doutes se font de plus en plus insupportables. Ils sont la preuve qu’il est parfois plus simple de se détourner, de ne pas écouter, de ne pas croire. Lorsque la pièce se termine, on est le souffle coupé face à la démonstration. Ce qui se joue dans cette pièce, ce sont des choses de l’amour du quotidien, dans sa banalité et son ordinaire, avec son lot d’humiliations, de disqualifications.

      Ce qu’on voit, c’est comme étouffer l’autre c’est le nier. Le réduire à néant. Alors en sortant du grand plateau, on a envie de se dire qu’il a des moyens de voir, autour de nous, chaque nous, des indices sur cette violence. Et que pour cela, il nous faut, toutes et tous, ne pas détourner le regard.

Myriam - 31.03.2022

© Elena Mazzarino

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre