À l’annonce de la prise de la Bastille, les esclaves de la Martinique, dans une lettre insolente adressée au Major commandant de la ville de Saint-Pierre, situèrent leurs revendications au niveau le plus haut : la liberté, et immédiate, faute de quoi « il en sortirait avant peu des torrents de sang qui couleront aussi puissants que les ruisseaux qui coulent le long de vos rues ».

Quant à ceux de Saint-Domingue, après un temps d’attente, ils agirent avec une soudaineté et une cohésion impressionnantes. Le 22 août 1791, une grande cérémonie vaudou réunit au Bois Caïman des millions de nègres sous la présidence d’un « papaloi » réputé, l’esclave Boukman. La scène fut grandiose : au milieu des bois épais, dans la ténèbres sillonnée d’éclairs et parmi le rugissement du tonnerre, les dieux dAfrique furent invoqués.

La cérémonie terminée, les nègres, Boukman en tête, s’ébranlèrent. Dans la matinée du 23, l’insurrection était générale. Huit jours après, le bilan : deux cents sucreries et six cents caféières détruites, des centaines de blancs massacrés, la plaine du Nord, la plus riche partie de l’île, réduite à l’état de désert jonché de ruines fumantes. S’ils ne parvinrent pas à mater la rébellion, du moins réussirent-ils à la circonscrire, grâce à un système de postes fortifiés stratégiquement calculés qui verrouillèrent la frontière de la province du Nord du côté de l’Ouest, et qui, pour cette raison, prit le nom de « cordon de lOuest ». Lincendie n’était pas éteint, mais il ne pouvait plus se propager. On pouvait espérer un tassement progressif.

Cest à ce moment de stagnation qu’émergea au premier rang Toussaint-Louverture. C’était le cocher d’un planteur, Bayon de Libertas, procureur de l’habitation Breda, appartenant au comte de Noé, d’où le nom sous lequel Toussaint fut désigné quelque temps : Toussaint Bréda, dit Louverture.  C’était pour la rébellion une recrue précieuse. Plus précieuse encore qu’elle n’était en mesure de l’estimer. En accueillant le « vieux Toussaint », elle croyait accueillir une manière de Nestor. C’était en fait un chef, enfin un chef, quelle se donnait…

Aimé Césaire, Toussaint Louverture, La Révolution française et le problème colonial, Présence Africaine, 1981

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Les commentaires sont réservés aux abonnés.