[Texte] Que mon peuple noir salue l'odeur de marée de l'avenir

Extrait du texte de Mathilde Bellin, dramaturge et conseillère artistique de "La Tragédie du roi Christophe de Aimé Césaire", mise en scène Christian Schiaretti. Première représentation ce soir, jeudi 19 janvier 2017.

Saint-Domingue devient Haïti en 1804, puis Henry Christophe succède à Dessalines et se fait sacrer roi. Monarque et visionnaire, il est en avance sur l’histoire. Il a pour dessein de construire la nation future, de créer une conscience haïtienne et de redresser celui que l’on appelait «nègre», pour qu’il se tienne enfin debout et à la face du monde, debout et libre.

Voilà le principe vital du roi Christophe, sa profession de foi: pour exister, Haïti doit se tenir droite, et édifier, bâtir, ériger un patrimoine digne des plus belles architectures de l’Occident. Mais là où les autres ont fait à petits coups de siècles, Henry Christophe a voulu redresser l’économie de son pays, garantir la liberté de son île et donner une identité à son peuple en quatorze années de règne, à grands coups d’années, à grands ahans d’années.

C’est dans ce cadre historique qu’il s’agit de situer La Tragédie du roi Christophe de Aimé Césaire, publiée en 1964 aux éditions Présence Africaine. Aussi mystérieuse qu’éblouissante, l’histoire d’Haïti fut, pour Aimé Césaire, un sujet de prédilection, qu’il soit poétique, politique ou théâtral.

La Tragédie du roi Christophe est une tragédie de la décolonisation. Elle nous parle d'abord de la difficlie adaptation d'un peuple à un nouvel État social, le passage de la dépendance à la responsabilité. Et elle résonne en cela d'actualité et d'universalité.

 

Mathilde BELLIN
Après un master en Arts de la scène à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon et un mémoire de recherche sur le renouveau du tragique chez Koffi Kwahulé, Mathilde Bellin est désormais conseillère littéraire au TNP et dramaturge de La Tragédie du roi Christophe, mise en scène par Christian Schiaretti.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.