Théâtre National Populaire
centre dramatique national à Villeurbanne
Abonné·e de Mediapart

22 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 janv. 2017

[Texte] Que mon peuple noir salue l'odeur de marée de l'avenir

Extrait du texte de Mathilde Bellin, dramaturge et conseillère artistique de "La Tragédie du roi Christophe de Aimé Césaire", mise en scène Christian Schiaretti. Première représentation ce soir, jeudi 19 janvier 2017.

Théâtre National Populaire
centre dramatique national à Villeurbanne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Saint-Domingue devient Haïti en 1804, puis Henry Christophe succède à Dessalines et se fait sacrer roi. Monarque et visionnaire, il est en avance sur l’histoire. Il a pour dessein de construire la nation future, de créer une conscience haïtienne et de redresser celui que l’on appelait « nègre », pour qu’il se tienne enfin debout et à la face du monde, debout et libre.

Voilà le principe vital du roi Christophe, sa profession de foi : pour exister, Haïti doit se tenir droite, et édifier, bâtir, ériger un patrimoine digne des plus belles architectures de l’Occident. Mais là où les autres ont fait à petits coups de siècles, Henry Christophe a voulu redresser l’économie de son pays, garantir la liberté de son île et donner une identité à son peuple en quatorze années de règne, à grands coups d’années, à grands ahans d’années.

C’est dans ce cadre historique qu’il s’agit de situer La Tragédie du roi Christophe de Aimé Césaire, publiée en 1964 aux éditions Présence Africaine. Aussi mystérieuse qu’éblouissante, l’histoire d’Haïti fut, pour Aimé Césaire, un sujet de prédilection, qu’il soit poétique, politique ou théâtral.

La Tragédie du roi Christophe est une tragédie de la décolonisation. Elle nous parle d'abord de la difficlie adaptation d'un peuple à un nouvel État social, le passage de la dépendance à la responsabilité. Et elle résonne en cela d'actualité et d'universalité.

Mathilde BELLIN
Après un master en Arts de la scène à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon et un mémoire de recherche sur le renouveau du tragique chez Koffi Kwahulé, Mathilde Bellin est désormais conseillère littéraire au TNP et dramaturge de La Tragédie du roi Christophe, mise en scène par Christian Schiaretti.

 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Nouvelle-Calédonie : la faute d’Emmanuel Macron
En maintenant le troisième référendum d’autodétermination le 12 décembre, malgré la crise sanitaire et politique qui frappe l’archipel, le président de la République déchire un contrat signé il y a trente ans. Le processus de décolonisation va se conclure en l’absence du peuple colonisé. Une aberration politique aux lendemains dangereux.
par Ellen Salvi
Journal — France
Affaire Tapie : radiographie d’une escroquerie au cœur de l’État
Mediapart publie l’intégralité de l'arrêt de la cour d’appel de Paris qui décrypte la mécanique de l’escroquerie ayant permis à Bernard Tapie d’empocher frauduleusement 403 millions d’euros. Les magistrats résument le scandale d’une formule choc : « Les intérêts de M. Tapie étaient pris en considération au plus haut niveau de l’État. »
par Laurent Mauduit
Journal — International
Paris et Rome s’accordent a minima pour peser dans l’après-Merkel européen
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila