Le nouveau marché de l’orientation scolaire

L’orientation scolaire est un enjeu majeur pour les élèves du secondaire. Au sein de l’éducation nationale, la mission des conseillers d’orientation et des enseignants est pourtant menacée par la raréfaction des moyens et l’accroissement du nombre d’élèves. Une dégradation de service qui pousse les familles à se tourner un peu plus vers le marché privé de l’orientation scolaire.

Crossroads Painting © BenWill Studio Crossroads Painting © BenWill Studio

          En 2019, la réforme du baccalauréat et la fin des filières (L, ES, S) dans l’enseignement secondaire général devaient permettre aux lycéens français de ne plus être enfermés dans des voies toutes tracées qui limiteraient leurs possibilités d’accès vers le supérieur.

Faire accéder les élèves à un éventail plus large de formations dans l’enseignement supérieur - la promesse de cette réforme - est un objectif louable. À condition cependant de donner des moyens aux équipes éducatives d'accompagner les élèves dans le big bang des circuits classiques de l’orientation qui en a découlé. 

Bien entendu il n’en fut rien. Pourtant dans le même temps la Cour des comptes précisait que « la réforme en cours au lycée, en introduisant le choix de spécialités dès la fin de la classe de seconde, accroît la nécessité pour les élèves de réfléchir à leurs futures formations et d’être accompagnés dès la classe de seconde » (1).

La réforme du bac : faits et effets

La réforme prévoyait la création d’un second professeur principal en terminale afin de renforcer l’accompagnement des élèves sur leur orientation. Par ailleurs, elle introduisait 54 heures annuelles dédiées à cet objectif (soit l’équivalent de deux semaines de travail dans l’année). 

Mais ces heures dédiées n’ont pas été inscrites dans la nouvelle grille horaire des enseignements, si bien que le temps consacré uniquement à l’orientation des élèves a été très variable selon les établissements et parfois même inexistant. Une enquête du Cnesco (2) rapporte ainsi que seulement un tiers des établissements ont effectivement mis en place ces deux semaines d’orientation et que seuls 43 % d’entre eux ont alloué des moyens spécifiques à l’orientation.

Cette situation ne pourra que renforcer les inégalités sociales et territoriales face à l’école (et ici face à l’orientation scolaire), pourtant déjà immenses en France. Une rupture complète avec le principe d’égalité de traitement face aux services publics. Principe dont l’éducation nationale s’éloigne de plus en plus.  

Si ces heures ne figurent pas dans les emplois du temps des élèves et des enseignants, quelles solutions reste-t-il à ces derniers ? Ils peuvent les faire sur leurs heures d’enseignement. Mais les programmes sont déjà difficiles (impossibles ?) à tenir dans les horaires réglementaires, cette solution ne pourra donc conduire qu’à un accompagnement dégradé. Les enseignants peuvent encore le faire en dehors de leurs cours, à travers des heures supplémentaires (à la fois des profs et des élèves). Une solution à laquelle on recourt systématiquement dans l’éducation nationale et dont les conséquences sur les rythmes et sur la qualité du travail ne sont plus à documenter.

Revenons à la Cour des comptes, qui propose aux établissements de « mettre en place ces 54 heures d’orientation à partir de sa marge d’autonomie, et donc d’arbitrer entre l’orientation, les enseignements optionnels (LV3, latin, grec, enseignement artistique, etc.) ou encore les dédoublements » (3) . C’est écrit noir sur blanc : il faudra rogner sur le reste pour tenir le budget. Il s’agit donc encore une fois de faire des comptes d’apothicaire sous contrainte budgétaire (4). La Cour des comptes reconnaît pourtant que sans véritables moyens donnés aux personnels pour accompagner leurs élèves, « la réforme pourrait entraîner paradoxalement une régression par rapport à la situation préexistante »

Une formule pertinente, dont on peut désormais ôter le conditionnel. La situation étant effectivement pire puisque les moyens n’ont pas augmenté. D’ailleurs, ils ont même baissé. 

Des professeurs devenus conseillers d'orientation

Alors que les groupes classes n’existent plus que dans le tronc commun des enseignements de première et de terminale, les professeurs principaux sont toujours, eux, en charge d’une classe. Si bien que lorsque le professeur principal est enseignant de spécialités (SVT, Physique-Chimie, SES, Histoire-géographie, etc.), il ne connaît pas une bonne partie, et parfois la majorité, de ses élèves. Ce qui est préjudiciable à la qualité de l'accompagnement qui leur sera fourni tout au long de l’année.

Il revient donc aux enseignants de spécialités, sans être professeurs principaux, d'assurer une partie des missions d’aide à l’orientation de leurs élèves. Cette surcharge de travail sera au mieux rémunérée sous formes d'heures supplémentaires exceptionnelles (HSE). Un format de rémunération qui, pour le coup, n’a plus rien d’exceptionnel.

Mais sur la formation c’est quasiment un zéro pointé. Dans un sondage réalisé par la Cour des comptes, 85 % des professeurs déclarent n’avoir jamais reçu de formation spécifique à leur mission d’orientation. Une compétence que l’on demande aux enseignants de maîtriser, en se dispensant de leur fournir les moyens nécessaires dans la majorité des cas. 

Rappelons simplement qu’aujourd’hui 13 000 formations sont proposées aux élèves de terminale. Le suivi individuel de dizaines d’élèves dans les méandres infernaux de l’orientation post-bac n’a plus grand chose à voir avec le métier d’enseignant.

Bien évidemment, une partie des enseignants rechigne à se former pour des missions qui ne l’intéresse que très marginalement. À leur décharge, s’ils avaient voulu être conseillers d’orientation, ils auraient passé un concours différent. Le ministère pousse cependant dans le sens de formations contraintes, comme le recommande un autre rapport de la Cour des comptes (5)

Le rapport « Gérer les enseignants autrement » publié en 2017 mériterait un billet spécifique tant il est un condensé de tout ce qui est en train de détruire l’éducation nationale et les services publics de manière générale. Rien que le titre donne des frissons. 

Des conseillers d'orientation malmenés

Dans l’éducation nationale, le métier de l’orientation est celui du conseiller d’orientation, connu sous l’appellation « PsyEN » et anciennement « Cop » (conseillers d’orientation-psychologues).

En France, on recense en moyenne 1 conseiller d’orientation pour 1500 élèves dans le secondaire, contre 1 pour 1300 en 2002 (dans les pays scandinaves ce rapport est de 1 pour 400). Le suivi individuel des élèves est de facto impossible, et la Cour des comptes ne s’y trompe pas : « la moitié des élèves de terminale n’ont jamais bénéficié de l’intervention d’un PsyEN ». Le ministère envisage-t-il de recruter davantage de personnel pour accomplir cette mission ? Évidemment pas. Entre 2017 et 2018, le nombre de postes ouverts au concours externe de conseiller d’orientation a chuté de 25 % dans le secondaire.

Il s’agit donc une fois encore de faire des économies budgétaires (c’est pratiquement devenu pathologique à ce niveau) en transférant une partie des missions qu’assuraient les conseillers d’orientation aux professeurs principaux et, nous l’avons vu, plus largement à l’ensemble des enseignants. Cette évolution se fait à rebours des recommandations du CESE. En 2018, l'institution préconisait au gouvernement de donner les moyens budgétaires suffisants pour permettre à la France de revenir à la moyenne européenne (1 conseiller pour 800 élèves) (6). 

Avec la réforme du bac, les PsyEN ont également connu une multiplication de leurs missions, une intensification et une dégradation de leurs conditions de travail. Le cœur de leur mission est devenu le « suivi psychologique des élèves ». Il est vrai que ces derniers en ont souvent besoin tant le système scolaire est devenu une machine à produire du stress et de l’angoisse, et ce, de plus en plus précocement (7).

On se demande aussi comment un suivi psychologique crédible peut être assuré alors que 64 % des lycées disposent d’un PsyEN présent sur l’établissement qu’entre une demi-journée et un jour par semaine... (8) 

La croissance du marché de l'orientation scolaire

La nécessité d’accompagner les élèves dans leur orientation scolaire se fait de plus en plus forte. Pourtant, les possibilités données aux personnels de l’éducation nationale se réduisent. 

Les usagers, ici les élèves et leurs familles, vont être de plus en plus encouragés à recourir aux services d’entreprises en mesure de fournir des bilans de compétence et autres « coaching en orientation » à mesure que l’offre de l’enseignement supérieur s’étoffe et que la qualité du service public d’orientation se dégrade. 

Ces entreprises se sont multipliées ces dernières années : Recto Versoi, Atout Orientation, C&C Orientation, etc. Elles proposent aux élèves « une analyse approfondie de l'étudiant et parfois un accompagnement sur plusieurs semaines afin que l'élève mûrisse son projet de formation. Ainsi, pour un bilan complet d'orientation et si votre enfant est perdu dans son orientation, il faut compter 4 à 5 séances de 1h30 » (9). Bref, ce qu’est censée proposer l’éducation nationale, gratuitement et à tout le monde. 

Or, on constate que tout le monde ne pourra pas avoir recours à ce coaching personnalisé. Il suffit de s’attarder sur les tarifs proposés. Ces entreprises proposent différentes prestations, plus ou moins complètes (entretiens, entraînements aux oraux d’admission, aides à Parcoursup, recherche d’établissements, bilan de compétences) dont les prix s’échelonnent entre 250 et 600 €. Il existe également des formules « à la carte », moyennant 99 € de l’heure.

Dans ce secteur économique les perspectives de croissance sont bonnes. Dans son ouvrage Coaching scolaire : un marché de la réalisation de soi,  la sociologue Anne-Claudine Oller estime que le chiffre d’affaires total du marché de l’orientation scolaire a progressé de 63 % entre 2015 et 2020 (10). Et la fondatrice de la société Tonavenir annonçait en 2018 une croissance de son activité comprise entre 25 à 30 % en seulement une année (11).

Enfin, quels conseils et recommandations peut-on rationnellement attendre de la part du « conseil scientifique » de Recto Versoi lorsque celui-ci est composé d’une associée d' Ernst & Young, du directeur marketing de Décathlon, du Vice-président « Press relations » du groupe Vivendi ou du directeur d’Eiffage Construction Grand Ouest ? Lorsque l’on se penche sur les profils de celles et ceux qui prodiguent conseils et expertises à ces entreprises, on peut légitimement douter de l’impartialité dont ils feront preuve à l’égard des différentes formations du supérieur. 

Les inégalités sociales existent donc en matière d'orientation scolaire et elles auront des effets à terme lorsqu’il s’agira d’intégrer le marché du travail. Ces inégalités apparaissent ainsi comme une conséquence supplémentaire de la stratégie de paupérisation délibérée de l’éducation nationale mise en œuvre par ce gouvernement. 

Les enseignants constatent tous les jours que les élèves craignent pour leur avenir, pris comme ils le sont entre une compétition scolaire fondamentalement inégale et un risque de déclassement de plus en plus important. En effet, une enquête de l’Insee réalisée en 2003 estimait que, parmi les hommes ayant connu une mobilité sociale descendante, 28 % d’entre eux avaient un diplôme supérieur à celui de leur père et 37 % un niveau de diplôme identique (12)

Autrement dit, malgré un investissement scolaire significatif, les individus ont de plus en plus de chance de connaître un déclassement social suivant que leurs familles disposent, ou non, de ressources suffisantes pour compenser les failles du système.

Le nouveau marché de l’orientation scolaire a encore de beaux jours devant lui.

 

Théo R. & Mathurin S.


(1) Cour des comptes, Un premier bilan de l’accès à l’enseignement supérieur dans le cadre de la loi Orientation et réussite des étudiants (février 2020), p. 17

(2) Cnesco, enquête « Éducation à l’orientation » (2018), p. 30

(3) Cour des comptes, Ibid (2020), p. 22

(4) Le Club de Mediapart, Pilule Rouge, La paupérisation délibérée de l'éducation nationale (avril 2021)

(5) Cour des Comptes, « Gérer les enseignants autrement » (octobre 2017)

(6) CESE, L'orientation des jeunes (avril 2018)

(7) Cour des comptes, Un premier bilan de l’accès à l’enseignement supérieur dans le cadre de la loi Orientation et réussite des étudiants (février 2020)

(8) Cnesco, enquête « Éducation à l’orientation » (2018)

(9) Superprof.fr, Quel est le tarif pour avoir de l'aide dans ses choix scolaires ? (juillet 2019)

(10) Libération, « Coaching scolaire, à l'école de l'entreprise » (juillet 2020)

(11) L'Humanité,  « Parcoursup fait décoller le business de l’orientation scolaire » (mars 2018)

(12) Insee, enquête « Formation et qualification professionnelle » (2003)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.