Théo ROUMIER
Pour l’autogestion généralisée
Abonné·e de Mediapart

114 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 mai 2016

Théo ROUMIER
Pour l’autogestion généralisée
Abonné·e de Mediapart

« Bloquons les 45 heures » : loi Peeters en Belgique, l’autre loi travail

En Belgique, la loi « travail » s'appelle Loi Peeters. Le projet de loi du Ministre de L’Emploi Kris Peeters permettrait entre autres d'augmenter le temps de travail hebdomadaire à 45 heures, instaurer un contrat zéro heures ou créer un contrat intérimaire à durée indéterminée. Et comme en France, la mobilisation sociale et syndicale est au rendez-vous.

Théo ROUMIER
Pour l’autogestion généralisée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est bien à une offensive similaire à celle que mène le gouvernement Valls-Gattaz que les travailleuses et travailleurs de Belgique ont affaire. Comme le projet de Loi El Khomri, celui de Kris Peeters repose sur le dogme d’une flexibilité débridée comme seule réponse au chômage (en Belgique, le taux de chômage « officiel » est de 8,5%). Comme dans le projet de Loi El Khomri, on y retrouve la même atteinte au contre-pouvoir syndical : inversion de la hiérarchie des normes ici, individualisation des négociations avec l’employeur et contournement du contrôle syndical outre-Quiévrain.

Détaillons un peu : au cœur de la loi Peeters il y a l’annualisation généralisée du temps de travail et l’imposition de 100 heures supplémentaires non-récupérables et sans négociations préalables.  Ces mesures feraient bondir la semaine travaillée de 38 heures aujourd’hui, à 45 heures demain. Autour de cette matrice on trouve une succession de régressions sociales. Distinguons en deux : une version belge du « zero-hour contract » britannique avec l’instauration de contrats à temps partiel sans indications d’horaires de travail, pour des salarié.e.s « à la demande » ;  un contrat intérimaire à durée indéterminé, pour une précarité à vie. De quoi se mobiliser...

En Belgique, le syndicalisme, s'il est plus implanté (avec un taux de syndicalisation de 52%) est aussi plus intégré, une partie des fonctions étatiques lui étant déléguées (comme le versement des allocations chômage). Trois grandes centrales cohabitent. La plus puissante, la FGTB, est traditionnellement liée au Parti socialiste. La CSC aux partis centristes-chrétiens et la CGSLB à ceux de centre-droit. Il n’empêche. Dans la FGTB comme dans la CSC des bases syndicales remuantes existent bel et bien. En début d’année, la grève combative des cheminot.e.s belges l’a rappelé. FGTB, CSC et CGSLB (réunies en un « front commun syndical ») ont mis sur pied un plan d’action contre le projet de loi, sachant que le ministre veut légiférer dans l’été. Le 24 mai, une manifestation nationale est organisée à Bruxelles et le 24 juin, la FGTB appelle à la grève interprofessionnelle. Le front commun ayant programmé une reprise des mobilisations en septembre et octobre.

Mais à côté de la mobilisation syndicale, un mouvement social prend corps autour de l’action des « Unions de bloqueurs et bloqueuses ». À la croisée du « community organizing » et de l’action syndicale interprofessionnelle, ces Unions rassemblent « jeunes, précaires, travailleur.se.s dans ou hors emploi, étudiant.e.s, allocataires, syndicalistes ». Leur but étant de faire émerger « une coordination d’assemblées locales démocratique où se réunissent celles et ceux qui veulent bloquer cette loi et son monde par tous les moyens nécessaires ». Le 13 mai au matin par exemple, les locaux de l’organisation patronale Unizo - dont l’ancien président est Kris Peeters et qui a récemment assimilé le plan d’action syndical à du « terrorisme » - étaient ainsi bariolés de peinture jaune. À Bruxelles, Charleroi, Ixelles, Liège, Mons, Namur… des Unions ont vu le jour et appellent à s’organiser horizontalement et à toutes les échelles : lieux d’études, de travail et de vie ; proposant une « motion contre la loi des 45h » comme base d’appel. Répondant à l’appel de Nuit Debout, elles ont organisé le 15 mai, journée #GlobalDebout, une manifestation contre la Loi Peeters au départ de la Gare de Bruxelles. Et comme le fait l’appel de syndicalistes « On bloque tout ! », les Unions mettent en avant le nécessaire blocage de l’économie... Alors bloquons partout leurs lois « travail » !

La page Facebook Bloquons la semaine de 45h - Blokkeer de 45-urenweek

Le compte twitter @BloquerLes45H

Visuel de l'Union des bloqueurs et des bloqueuses

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
La Cnil saisie d’un recours collectif contre la « technopolice »
La Quadrature du Net a recueilli les mandats de 15 248 personnes pour déposer trois plaintes contre les principaux outils de surveillance policière déployés un peu partout en France. Elle demande notamment le démantèlement de la vidéosurveillance et l’interdiction de la reconnaissance faciale. 
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Santé
Soins non conventionnels : « Les patients ont une spiritualité, une part d’irrationnel »
Parmi les soins non conventionnels, au très large public, il y a de tout : certains ont trouvé une place auprès de la médecine traditionnelle, d’autres relèvent de la dérive sectaire. Le chercheur Bruno Falissard, qui a évalué certaines de ces pratiques, donne quelques clés pour s’y retrouver. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi