Théo ROUMIER
Syndicaliste pour l’autogestion
Abonné·e de Mediapart

109 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 oct. 2021

17 octobre 1961, continuer la bataille décoloniale et antiraciste

En omettant délibérément de parler de racisme, de discrimination, de colonialisme, de police même, à propos du 17 octobre 1961, le président Macron a donné des gages à un système d’impunité, de domination et de violence qui perdure aujourd’hui. Notre responsabilité de militant·es de l’émancipation est de prendre résolument part à la bataille décoloniale et antiraciste.

Théo ROUMIER
Syndicaliste pour l’autogestion
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Emmanuel Macron n’a fini par dire dans son communiqué que ce qui n’était plus escamotable : le 17 octobre 1961, des algérien·nes ont manifesté à l’appel de la Fédération de France du FLN et ont été tué·es et noyé·es à Paris. Et Maurice Papon était en situation d’autorité à ce moment-là.

Mais les mots autour sont ceux d’avant : « répression sanglante » en lieu et place de crime d’État et de massacre colonial.

Surtout, les mots manquants sont toujours les mêmes : racisme, discrimination, colonialisme. Et même celui de Police.

En omettant délibérément ces mots, le président Macron a donné des gages à un système d’impunité, de domination et de violence qui perdure aujourd’hui.

Qui a tué si ce n’est la Police ?

Le couvre-feu décidé le 5 mai 1961 qui ne concernait que les algériens et seulement eux n’était-il pas discriminatoire et raciste ?

Quant à l’action de Maurice Papon, on sait grâce aux travaux récents – continuateurs de la « Bataille d’Einaudi » comme le rappelle l’historien Fabrice Riceputi – qu’elle s’inscrivait dans la politique pro-Algérie française du premier ministre de l’époque, Michel Debré. Et que De Gaulle était au courant.

Mais le communiqué présidentiel préfère dire que les Algérien·nes qui manifestaient ce jour-là le faisaient « malgré l’interdiction ». Il préfère renvoyer dos-à-dos les « crimes commis de tous côtés » durant la Guerre d’indépendance algérienne.

Là aussi il s’agit de donner des gages. À l’extrême droite notamment.

Pourtant le crime premier c’est le colonialisme.

Citons ce qu’énonçait une organisation syndicale, l’Union régionale parisienne des syndicats CFTC, fin octobre 1961, dénonçant déjà le massacre des travailleurs algériens dans un document intitulé « Face au racisme » et pour partie reproduit dans un petit cahier de l’Institut Tribune Socialiste publié récemment (rappelant plus globalement le rôle et l’action du PSU) :

« (…) Réprouvant le recours aux armes et au meurtre, pour résoudre les conflits dans une société, nous ne confondons pas cependant les deux sortes d’attentats :

  • ceux commis par un peuple privé, depuis plus d’un siècle, de tout moyen légal d’expression et n’ayant pas d’autre recours pour faire reconnaître sa personnalité et obtenir une décolonisation promise solennellement à plusieurs reprises,
  • ceux de citoyens français jouissant de tous les moyens d’expressions normaux en démocratie (…). »

Un syndicat qui avait alors clairement et nettement fait le choix de soutenir l’auto-détermination du peuple Algérien, quitte à se séparer de ses structures pro-coloniales, ce qui lui avait valu un plasticage de locaux par l’OAS en mai 1961.

Car il y eut des minorités politiques, syndicales et associatives, de gauche et d’extrême gauche, pour prendre fait et cause pour l’indépendance algérienne.

Elles retrouvaient dans la lutte leurs camarades Algériennes et Algériens en France qui portaient au premier chef le combat anticolonialiste.

Des solidarités militantes tissées au-delà même de la guerre d’indépendance comme l’a étudié l’historienne Laure Pitti, montrant la « matrice algérienne » des grèves d’Ouvriers spécialisés des années 68.

Anticolonialiste hier comme aujourd’hui, c’est le sens de l’engagement de structures syndicales dans la commémoration des 60 ans du 17 octobre 1961 comme l’a exprimé clairement la Fédération SUD éducation par exemple.

Et nous continuerons de porter les revendications que nous avons exprimé :

  • La reconnaissance pleine et entière du 17 octobre 1961 comme massacre colonial et crime d’État est une nécessité historique et politique et doit être mentionnée clairement et sans ambiguïtés comme telle dans les programmes scolaires.
  • Les archives de la Guerre d’Algérie et celles du 17 octobre 1961 doivent être ouvertes sans restrictions d’aucune sorte et leur accès facilité.
  • Des mesures de réparations, symboliques comme matérielles, doivent être prises en direction des victimes du 17 octobre 1961, de leurs familles et descendant·es.

Parce que notre anticolonialisme n’est pas qu’un héritage, il est d’une actualité brûlante.

Manifestation du 17 octobre 2021 © T.R.

Comme ce crime d’État qui doit tout au colonialisme et au racisme institué par le même État et qui se retrouve à l’œuvre dans le massacre du camp de Thiaroye au Sénégal en décembre 1944, dans celui de Mé 1967 en Guadeloupe. Et de bien d’autres massacres coloniaux qui attendent également vérité et justice.

Un crime et un racisme d’État qui résonnent dans la chair et la mémoire des victimes du 17 octobre 1961 et de leurs descendant·es qui attendent toujours réparation.

Qui résonnent aujourd’hui encore dans le sort réservé aux travailleurs et travailleuses sans-papiers, menacé·es d’enfermement en Centre de rétention et d’expulsion. Qui résonnent aujourd’hui encore dans les violences et crimes policiers et le combat pour la vérité et la justice des familles d’Olivio Gomes, d’Adama Traoré, d’Angelo Garand, de Babacar Gueye, de Cédric Chouviat, de Sabri, d’Ibo et tant d’autres vies volées.

L’actualité de ce 17 octobre 2021 c’était la manifestation partie du cinéma Rex à l’appel de plus de 100 organisations qui a rassemblé des milliers de participant·es à Paris.

C’était la journée organisée à la Maison de l’écologie populaire Verdragon de Bagnolet pour commémorer le 17 octobre 1961. C’étaient les rassemblements organisés dans plusieurs villes comme à Rennes, à Grenoble…

C’était la marche blanche à Argenteuil à la mémoire d’Olivio Gomes, tué par la police le 17 octobre 2020.

L’actualité de ce 17 octobre 2021, par-delà les déclarations présidentielles, c’est celle du combat antiraciste et décolonial aujourd’hui et maintenant. Notre responsabilité de militant·es de l’émancipation est d’y prendre part, résolument.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — Asie
« Une grande purge est en cours »
Le militant hongkongais Au Loong-Yu réside temporairement à Londres, alors que sa ville, région semi-autonome de la Chine, subit une vaste répression. Auteur de « Hong Kong en révolte », un ouvrage sur les mobilisations démocratiques de 2019, cet auteur marxiste est sévère avec ceux qui célèbrent le régime totalitaire de Pékin. 
par François Bougon
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Face à Mediapart : Fabien Roussel, candidat du PCF à la présidentielle
Ce soir, un invité face à la rédaction de Mediapart : Fabien Roussel, candidat du Parti communiste français à la présidentielle. Et le reportage de Sarah Brethes et Nassim Gomri auprès de proches des personnes disparues lors du naufrage au large de Calais.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B