Théo ROUMIER
Syndicaliste pour l’autogestion
Abonné·e de Mediapart

109 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 mai 2016

« Ouest-France » et le spectre de l’anarcho-syndicalisme

Dans un éditorial du 25 mai dernier, Jean-François Bouthors pour « Ouest-France » mettait en garde contre le retour dans la CGT de « cette vieille tradition anarcho-syndicaliste », la caricaturant sans vergogne. Loin d'avoir sombré dans l'oubli, cette « tradition » irrigue pleinement les luttes de celles et ceux qui veulent en finir avec la loi travail et son monde. Hâtons-nous de la redécouvrir !

Théo ROUMIER
Syndicaliste pour l’autogestion
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mobilisant un cliché récurent chez les plumitifs de l’ordre dominant, l’éditorial de Ouest-France dénonce donc vigoureusement la « violence » à  l’encontre des forces de police, des locaux du PS et y amalgame les blocages de dépôt de carburant. Rien de nouveau sous le soleil a priori… si ce n’est le choix de qualifier le danger : « l’anarcho-syndicalisme, voilà l’ennemi » !

Il gagnerait une CGT (et jusqu’au sommet s’il vous plaît) libérée de l’emprise du Parti communiste. Une emprise que semble regretter l’auteur, qui voit dans cette « CGT anarchiste » un danger bien plus grand pour la démocratie que l’usage du 49-3, « acte strictement constitutionnel, parfaitement conforme aux règles du fonctionnement de la Ve République ». Cette CGT, mais aussi Nuit Debout et plus globalement les manifestant.e.s contre la loi travail contesteraient l’État, n’admettant pas les règles du « jeu des institutions ». Mais tout à fait. Et c’est très bien même.

On sait que le mouvement syndical est traversé de différents courants. Un syndicalisme d’accompagnement, docile avec le patronat et le gouvernement, s’incarne aujourd’hui principalement dans la CFDT. C’est elle qui a forcément les faveurs des éditorialistes de salon. À côté un autre courant continue de tracer le sillon ouvert par les syndicalistes révolutionnaires du début du vingtième siècle (et pas que dans l’hexagone au demeurant…). Refusant précisément le jeu des institutions, il sait que les rouages de l’État sont étroitement liés aux mécanismes de la domination économique : le ministre-banquier Macron en est aujourd’hui le plus éclatant symbole.

Favorisant l’autonomie ouvrière il estime que c’est bien dans l’action directe des premier.e.s concerné.e.s que se trouvent les possibilités d’une émancipation intégrale de toutes les oppressions. Quoi de plus naturel dès lors que de se doter de moyens d’actions en concordance avec les buts recherchés ? À la grève (dont l’horizon d’attente est sa généralisation) ce syndicalisme n’a eu de cesse d’ajouter des cordes à son arc pour adapter son répertoire aux coordonnées des périodes traversées. On peut trouver dans les travaux de l’historien Xavier Vigna sur la décennie d’insubordination ouvrière qui s’est étendue après 1968, une démonstration éclatante du caractère vivant et de la permanence de ce syndicalisme révolutionnaire. Des syndicalistes libertaires ont effectivement contribué à le porter, mais ce fut aussi le cas plus largement de la « gauche CFDT », celle qui ne renonça ni à l’autogestion ni à la lutte des classes. La pratique de l’assemblée générale par exemple en aura été un des apports marquants qui continue de résonner chez les syndicalistes – notamment à SUD, la CNT-SO, la CNT... mais aussi dans de nombreuses équipes CGT – formé.e.s dans les coordinations des années 1986-1989 et les grèves de 1995 sans doute bien plus attaché.e.s à la démocratie que des parlementaires et des ministres renonçant à toutes leurs promesses électorales.

Aujourd’hui (et un peu plus fortement qu’en 2010) les opérations de blocage économique participent de ce même mouvement d’adaptation d’un syndicalisme révolutionnaire contemporain, cet « anarcho-syndicalisme » que Ouest-France voit se déployer, tel un spectre, avec effroi. D’une certaine manière l’appel de syndicalistes « On bloque tout ! » rend tangible les apports de courant syndical, participant à en irriguer le mouvement social en cours… n’en déplaise à ceux qui voudraient le voir mort et enterré !

En 1912, le libertaire Emile Pouget publie Le sabotage, un véritable classique de la littérature syndicaliste. Il y brocarde la « morale de classe » prompte à stigmatiser tant les pratiques syndicales que les aspirations émancipatrices : « Pour compléter l’œuvre d'asservissement, il est fait appel à la vanité humaine : toutes les qualités du bon esclave sont exaltées, magnifiées et on a même imaginé de distribuer des récompenses - la médaille du travail ! - aux ouvriers-caniches qui se sont distingués par la souplesse de leur épine dorsale, leur esprit de résignation et leur fidélité au maître. »

On voudrait nous voir résigné.e.s à la domination économique, résigné.e.s aux brutalités et violences policières, bien plus dramatiques que n’importe quel blocage, que n’importe quelle grève. Syndicalistes, nous ne serons jamais fidèles à ceux qui se prétendent nos maîtres.

« La grève » par Grandjouan en Une de « L’Assiette au beurre » de mai 1905

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission ce soir, reportage aux portes de l'Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Les Œillades d'Albi : « Retour à Reims (fragments) » de Jean-Gabriel Périot
Autour de l’adaptation du livre autobiographique du sociologue Didier Éribon « Retour à Reims », Jean-Gabriel Périot avec l’appui de nombreuses archives audiovisuelles retrace l’histoire de la classe ouvrière de 1950 à nos jours.
par Cédric Lépine
Billet de blog
La beauté fragile d'un combat
« Nous ne combattons pas le réchauffement climatique, nous nous battons pour que le scénario ne soit pas mortel. » Parfois, par la grâce du documentaire, un film trouve le chemin de l’unisson entre éthique et esthétique. C’est ainsi qu’il faut saluer « L’hypothèse de Zimov  », western climatique, du cinéaste Denis Sneguirev, à voir absolument sur Arte.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
La nullité pollue
Il y a peu, vautré devant un énième naufrage filmique d’une plateforme de streaming, j'ai réalisé que ces plateformes avaient entrainé une multiplication délirante des navets qui tachent à gros budget. Fort bien. Mais quand va-t-on enfin parler de l’empreinte écologique démente de ce cinéma, cet impensé dont on ne parle jamais ? Ne peut-on imaginer des films plus sobres -tels ceux de Carpenter ?
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé