Théo ROUMIER
Syndicaliste pour l’autogestion
Abonné·e de Mediapart

110 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 déc. 2021

Michel Desmars (1942-2021), militant de Mai

Michel Desmars est décédé le 21 décembre, à 79 ans. Figure rouge et noir du mois de Mai 68 à Tours en Indre-et-Loire, cheminot et syndicaliste révolutionnaire, internationaliste, il fut tout cela à la fois. Homme du camp de l’émancipation, il était l’un des nôtres.

Théo ROUMIER
Syndicaliste pour l’autogestion
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En 1968, le mouvement de Mai saisit Michel Desmars alors qu’il est un jeune syndicaliste cheminot affilié à FO, mais surtout à l’Union des anarcho-syndicalistes. Entré à la SNCF en 1961, il est agent de conduite, attaché au dépôt de Saint-Pierre-des-Corps, et participe activement à la grève avec occupation, ainsi qu’il l’a raconté pour la revue de l’Union syndicale Solidaires à l’occasion du cinquantenaire de mai (1).

Les assemblées générales rythment le mouvement, outils de libération de la parole et d’auto-organisation. En parallèle de cet engagement dans la grève, il anime, au côté de Georges Fontenis, le Comité d’action révolutionnaire (CAR) de Tours.

Exclu de FO en 1969, Michel Desmars traverse une phase antisyndicaliste, et très marqué par l’esprit de Mai, il cherche à promouvoir l’expression d’une forme d’autonomie ouvrière, que ce soit en participant aux Cahiers de Mai ou au bulletin Action-Cheminots. En 1969, il est, avec Georges Fontenis, un des cofondateurs du Mouvement communiste libertaire (MCL), et sera directeur de publication de son journal, Guerre de classes.

Michel Desmars en 1968

Animateur de la gauche CFDT

Alors que le MCL – devenu OCL dite « première manière » en 1971 – décline, Michel Desmars rejoint la CFDT en 1974 et y prend très vite des responsabilités. Il sera un des animateurs de la gauche syndicale de cette centrale vingt années durant. Révolutionnaire et autogestionnaire, il est de toutes les aventures de regroupement de cette gauche syndicale, au travers notamment des revues Résister, Collectif et jusqu’aux Cahiers syndicaux (2).

En 1986, il est parmi ceux qui lancent la grève reconductible à la SNCF et mettent l’outil syndical à disposition des assemblées générales cheminotes et de la coordination des agents de conduite, non sans échanges houleux avec la direction de la CFDT, qui condamne l’auto-organisation.

Sans surprise, et alors qu’il a pris sa retraite en 1992, il participe à la création de SUD-Rail en 1996 puis au développement de l’Union syndicale Solidaires, notamment au travers de son activité internationaliste comme dans l'Union départementale de Haute-Garonne.

Après l’expérience du MCL-OCL, Michel Desmars avait rejoint l’Union des travailleurs communistes libertaires (UTCL) en 1980 et participé à sa branche « Transports ». Il fut parmi les signataires de l’Appel pour une Alternative libertaire qui allait déboucher sur la création de l’organisation du même nom en 1991. Mais il n’allait pas poursuivre dans cette voie et cessa d'adhérer à une organisation communiste libertaire. Il participa en 2001 à l’expérience de la liste Motivé-e-s à Toulouse, où il figurait en 3e position, et fut élu au conseil municipal. En 2007, quand des militantes et militants syndicalistes et libertaires critiquaient la « fausse bonne idée de la candidature Bové » à la présidentielle, il figurait pour sa part dans l’équipe de campagne de l’ex-syndicaliste paysan.

Maire du Verdier, son petit village du Tarn, à la fin de sa vie, Michel Desmars n’en était pas moins resté un homme du camp de l’émancipation, l’un des nôtres.

Théo Roumier

(merci à mon camarade Christian Mahieux pour sa relecture)

On peut trouver en ligne la notice biographique de Michel Desmars dans le Maitron, dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social.

On peut voir l’intervention de Michel Desmars lors de la journée Autogestion et Mai 68 organisée dans les locaux de l’Union syndicale Solidaires en 2018 (à partir de la vingt-troisième minute).

AUTOGESTION / MAI 68. 2 - Dans les entreprises et dans les champs © Union Syndicale SOLIDAIRES

Texte rédigé pour le mensuel Alternative libertaire.

  1. Michel Desmars, « Mai 68 à Tours, souvenirs, souvenirs… », Les Utopiques n°7, printemps 2018
  2. Michel Desmars, « Quand la gauche syndicale se dotait d’outils pour avancer… », Les Utopiques n°4, février 2017. Une partie des collections de ces revues est conservée à Montreuil au Fonds d’archives communistes libertaires (FACL) auquel Michel Desmars a contribué.
  3. Voir Théo Roumier [Rival], Syndicalistes et libertaires, une histoire de l’UTCL (1974-1991), éditions d’AL, 2013

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social