Théo ROUMIER
Syndicaliste pour l’autogestion généralisée
Abonné·e de Mediapart

114 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 avr. 2020

Délinquants solidaires au temps du Covid-19

En pleine épidémie, la préfecture du Loiret entame des poursuites judiciaires contre un enseignant, hébergeant solidaire d’un jeune isolé étranger, Chernoh Ibrahim Bah. Et menace de ne pas donner à Chernoh de titre de séjour. Les membres du Réseau éducation sans frontières - Collectif de soutien aux jeunes isolés étrangers (RESF - COJIE) du Loiret se déclarent « délinquants solidaires ».

Théo ROUMIER
Syndicaliste pour l’autogestion généralisée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué du Réseau éducation sans frontières - Collectif de soutien aux jeunes isolés étrangers (RESF - COJIE) du Loiret

Nicolas DESRÉ est professeur en lycée à Orléans et parrain citoyen depuis 3 ans de Chernoh Ibrahim BAH, jeune majeur isolé étranger, en attente de régularisation.

- Le 15/02/20, suivant l’injonction qui lui avait été adressée à la demande du secrétaire général de la préfecture, Chernoh avait quitté sa chambre de l’hébergement d’urgence, au FJT (Foyer Jeunes Travailleurs). Il habitait pour une semaine chez la premiè re personne qui avait accepté de l’accueillir, sur le principe d’un hébergement solidaire tournant, DONT Nicolas ÉTAIT LE COORDINATEUR.

- Le 17/02 Chernoh avait rendez-vous pour l’état des lieux de sa chambre du FJT. Mais l’Aidaphi, association qui gère son hébergement, lui annonçait au téléphone que la procédure était suspendue. Chernoh est alors resté en possession de sa clé. Il est cependant retourné sur son hébergement solidaire.

- Le 18/02, à l’appel du RESF45-COJIE, nous nous mobilisions pour soutenir la demande de titre de séjour de Chernoh, et une délégation était reçue en préfecture du Loiret, expliquant notamment le principe de l’hébergement solidaire tournant.

- Le 19/02, Chernoh faisait enregistrer en préfecture sa demande de séjour, à laquelle il joignait une attestation d’hébergement rédigée par Nicolas, en tant que coordinateur.

- Le 24/02 n’ayant aucun nouveau contre-ordre, Chernoh est retourné dans sa chambre du FJT.

- Le 12/03, il était à nouveau sommé de quitter sa chambre, pour le 27/03. Ce qu’il n’a pas pu faire, du fait du confinement.

Aujourd’hui, la préfecture omet complètement que Chernoh avait quitté sa chambre entre le 15 et le 24/02 et accuse Nicolas d’avoir produit un faux. Elle l’informe, par courrier du 27/03, qu’elle a saisi le Procureur de la République auprès du tribunal judiciaire d’Orléans aux fins de poursuites pénales éventuelles à son encontre.

Cette accusation n’est qu’un prétexte monté de toutes pièces pour combattre la solidarité, intimider les soutiens et maltraiter une fois de plus un étranger.

En effet, le même jour, la péfecture allègue que Chernoh s’est maintenu de manière indue dans son hébergement. Dans un courrier similaire à celui de Nicolas, elle lui déclare avoir saisi le procureur pour usage de faux, lui demande de quitter le dispositif d’hébergement d’urgence et le menace de ne pas lui délivrer de titre de séjour sans « domiciliation réelle ».

Ceci est formulé en pleine période de confinement, poussant expressément Chernoh à enfreindre ce qui est exigé de toute la population ! De plus le chantage aux papiers pour obtenir la sortie du dispositif d’hébergement est odieux, en contradiction avec ce qui s’est dit le 18/02 en audience en préfecture et illégal.

Ce que la préfecture reproche à Nicolas c’est bien d’avoir fait acte de solidarité envers Chernoh qui, lui-même, s’est toujours comporté de manière honnête et respectueuse.

S’ils doivent être poursuivis, nous demandons à l’être aussi. Car nous avons toutes et tous aidé ou bien aiderons un jour une personne sans papiers.

La solidarité ne doit pas être un délit !
OU BIEN NOUS SOMMES TOUTES ET TOUS DES DÉLINQUANTS SOLIDAIRES

Et nous demandons à nouveau avec force et détermination que Chernoh soit régularisé.
Il vit depuis 8 ans en France. Son avenir est ici !
Ce n’est pas un délit que de l’aider à le construire !

RESF 45 - COJIE, le 25 avril

Page Facebook du RESF 45 - COJIE.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
L’« année zéro » de la diplomatie allemande
La Russie vient de donner une rude leçon de géopolitique à l’Allemagne en lui rappelant sa vulnérabilité militaire et économique. Pour la diplomatie allemande, qui a misé sur la carte russe pendant vingt ans, l’humiliation est profonde, et le constat brutal. Premier volet de notre série sur « l’adieu au pacifisme » outre-Rhin.
par Thomas Schnee
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul

La sélection du Club

Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier