Théo ROUMIER
Syndicaliste pour l’autogestion généralisée
Abonné·e de Mediapart

114 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 mai 2022

1972 : au Joint français, la colère bretonne

Il y a cinquante ans, le 9 mai 1972, les grévistes du Joint français rentraient dans leur usine de Saint-Brieuc la tête haute. Parce qu’après plus de deux mois de lutte, la colère bretonne et la dignité ouvrière l’avaient emporté sur le mépris patronal. Retour sur cette « grève significative » et sur le sens de la solidarité de classe.

Théo ROUMIER
Syndicaliste pour l’autogestion généralisée
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce premier mai 1972, une délégation d’ouvrières et d’ouvriers du Joint français ont fait le déplacement à Paris pour manifester, à l’invitation d’une extrême gauche unie (1). Pourquoi elles, pourquoi eux ?

Parce que les grévistes de l’usine du « Joint » de Saint-Brieuc, spécialisée dans le matériel d’étanchéité, sont en lutte depuis plus de deux mois.

Parce que leur combat frappe les esprits, qu’il combine plusieurs caractères de cette période d’insubordination ouvrière (2).

Banderole de la Ligue communiste le 1er mai 1972 © Jean-Claude Vimont (Blog Rock-Culture-Politique, Rouen)

Parce que les images de la grève et des ses affrontements ont circulé au travers des reportages télévisés ou photographiques, et que l’une d’entre-elles est déjà devenue iconique, reproduite sur les tracts, les brochures, les affiches, les banderoles… : celle d’un ouvrier du Joint tenant fermement au col un CRS (qui s’avère être un copain d’école) (3).

Une usine bretonne

Mais de quelle usine parle-t-on ? Le Joint français est une filiale de la Compagnie générale d’électricité, possession d’Ambroise Roux, grand capitaliste français vice-président du CNPF, le syndicat patronal (4). L’usine-mère du Joint est à Bezons dans le Val d’Oise et c’est en 1962 qu’est implantée une nouvelle usine à Saint-Brieuc, ville -préfecture des Côtes du Nord (aujourd’hui Côtes d’Armor).

Dix ans après, l’usine de Saint-Brieuc emploie près de 1000 ouvrières et ouvriers (à peu près dans les mêmes proportions), pour l’écrasante majorité elles et ils sont des OS, des ouvrier·es spécialisé·es, c’est à dire sur des postes très peu qualifiés, à forte pénibilité et gratifiés de salaires très bas. Très peu d’ouvriers professionnels, très peu d’encadrement. La moitié des effectifs est compris dans une fourchette d’âge entre 20 et 24 ans (la majorité est alors à 21 ans). Très majoritairement le personnel ouvrier est jeune et célibataire et les effectifs « tournent » beaucoup. Même si en réalité ils et elles sont peu à arriver directement des campagnes environnantes, les ouvrier·es de l’usine de Saint-Brieuc sont considérés par la direction francilienne du Joint Français comme des « ouvriers-paysans », durs à la tâche autant que dociles face au patron.

La grève de 1968 – dans laquelle l’usine du Joint est rentrée tardivement pour toutefois en sortir la dernière de Saint-Brieuc – a permis que se créent deux sections syndicales, CGT et CFDT. Cette dernière va rapidement prendre le dessus, aidée en cela par une Union départementale dynamique qu’anime Jean Le Faucheur, par ailleurs militant PSU (5).

Une grève pour la dignité

En 1972 le feu couve : les ouvrier·es se sont aperçu·es que leurs salaires, à travail égal, étaient inférieurs de 20 % à ceux des ouvrier·es de l’usine de Bezons. Les syndicats optent pour une grève perlée et des débrayages par ateliers à partir du 15 février. Mais, signe de l’époque, le 10 mars les ouvrier·es débordent les consignes syndicales et votent à 75 % la grève illimitée et l’occupation de l’usine. La CFDT qui depuis 1968 a pris le pli de s’adapter à la radicalité des luttes ouvrières (6), soutient la décision des grévistes.

Leur revendication est simple : aligner leurs salaires sur ceux « de Paris », ce qui veut dire gagner une augmentation de 70 centimes de l’heure. À travail égal, salaire égal. L’intransigeance patronale va entraîner un conflit d’une rare intensité. Dès le 17 mars, après une plainte de la direction, l’usine es t évacuée par les gardes mobiles sur ordre du préfet… et occupée par les forces de l’ordre ! Le 19 mars, même les non-grévistes renoncent à venir travailler. Comme le dit l’historien Vincent Porhel l’usine est « de facto transformée en caserne ». La grève s’installe dans la durée. Les confrontations aux grilles de l’usine sont quotidiennes.

Distribution des colis alimentaires pour les grévistes au siège de la CFDT de Saint-Brieuc © Elie Kagan / La Contemporaine

La solidarité s’organise : la mairie PSU délivre des bons d’alimentations et les paysans assurent le ravitaillement ; un comité de soutien s’active en ville et au cœur de la jeunesse lycéenne ; un match de football est organisé « par de joyeux drilles briochins au profit des grévistes du Joint français » ; Paco Ibañez, Claude Nougaro… ainsi que le breton Gilles Servat, viennent chanter pour les grévistes :

« Et voici la colère bretonne / La colère et l’espoir mêlé / Les charlatans qu’on déboulonnent / Voici le matin qui se lève / Voici la liberté qu’on rêve / Voici le jour des poings levés ! » (7)

Mais les négociations sont à la peine et les délégués syndicaux, CGT comme CFDT, estiment qu’il faut trouver une porte de sortie.

Mais quelle violence ?

Le 5 avril, un nouveau round de négociations est organisé dans les locaux de l’inspection du travail de Saint-Brieuc. Les propositions patronales tombent et c’est la douche froide : 19 centimes d’augmentation. La « colère bretonne » frappe alors. Les 200 à 300 ouvrières et ouvriers présent·es sur place séquestrent la délégation patronale toute la nuit. Un cinéaste du collectif militant Torr e Benn (8), Jean-Louis Le Tacon, capture la scène : on y voit des grévistes, hommes et femmes, se moquer des patrons, les pousser, les bousculer (9). La célèbre photo est prise le 6 avril, au petit matin de cette « nuit blanche », alors que l’inspection du travail vient d’être évacuée par la police, non sans heurts. Interviewé en direct par la télévision avec son homologue de la CGT, Jean Le Faucheur de la CFDT entend le bruit de l’affrontement. Ni une ni deux, il court rejoindre les grévistes, laissant en plan le journaliste comme le cégétiste. À ce moment, le conflit acquiert une audience nationale.

Affiches de la Ligue communiste à Saint-Brieuc © Elie Kagan / La Contemporaine

Les affrontements entre grévistes et CRS se multiplient : à la violence patronale répond la violence des ouvrières et des ouvriers. Sans que cela ne leur nuise dans « l’opinion publique » : le 18 avril, une grande manifestation régionale rassemble de 10 000 à 15 000 manifestant·es venu·es de toute la Bretagne. Le drapeau rouge côtoie le Gwenn ha du. L’UD CFDT, la mairie PSU et le comité de soutien arrivent à fonctionner de concert. Le rôle de l’extrême gauche dans ce dernier est apprécié à sa juste valeur : la Ligue communiste, implantée notamment dans les lycées de la ville, diffusant son bulletin Taupe Rouge, y est très active et a de ce fait bonne presse. Les maoïstes apparaissent comme extérieurs et il n’y a pas d’intervention libertaire sur place à proprement parlé… bien que la CGT puisse voir dans la « violence » des grévistes la réminiscence archaïque d’un anarcho-syndicalisme originel. Mais il n’y a aucun « gauchiste » au sein de l’usine (et il n’y en aura pas après), et la CFDT conserve de bout en bout le lien direct avec les grévistes. La solidarité de la classe ouvrière briochine, qui se manifeste par un soutien financier et des débrayages, est structurée par les réseaux syndicaux : c’est celle qui permet de tenir au premier chef. Dans les cercles de la gauche syndicale CFDT, c’est l’occasion de réfléchir au rapport à entretenir avec les comités de soutien [voir l’analyse qu’en tire Frédo Krumnow reproduite à la suite].

Car c’est bien l’articulation de la solidarité locale et de l’écho médiatique national, savamment pesée par l’équipe départementale de la CFDT, qui permet d’obtenir le 6 mai un protocole d’accord garantissant 65 centimes d’augmentation. Malgré une minorité s’y opposant, la reprise est votée largement le 8 mai. La grève est victorieuse. La colère et la dignité ouvrière l’ont emporté sur le mépris patronal.


Pour aller plus loin : L’essentiel des informations de cet article provient du livre de Vincent Porhel, Ouvriers bretons. Conflits d’usines, conflits identitaires en Bretagne dans les années 1968, Presses universitaires de Rennes, 2008.

Le photo-reporter Elie Kagan a couvert la grève du Joint français. On peut consulter ses clichés sur le portail Argonaute de La Contemporaine (ex-BDIC).

Le site de l’association Bretagne culture diversité propose une espace dédié avec de nombreuses ressources sur les mobilisations de l’année 1972 en Bretagne.

On trouvera en ligne sur le site de RaDAR (Rassembler, diffuser les archives des révolutionnaires) deux brochures de la Ligue communiste sur la grève : « De la colère à la victoire » et « Les lycéens et la grève du Joint ».

Une première version de cet article a été publiée dans le mensuel Alternative libertaire n°327 de mai 2022.


Notes :

1. Sur l’affiche d’appel figurent notamment les signatures des pablistes de l’Alliance marxiste révolutionnaire (AMR), des maoïstes de la Cause du Peuple (ex-Gauche prolétarienne), des trotskystes de la Ligue communiste (LC) et de Lutte ouvrière (LO), des communistes libertaires de l’Organisation révolutionnaire anarchiste (ORA), jusqu’aux autogestionnaires du Parti socialiste unifié (PSU).

2. On ne peut que recommander la lecture du livre de l’historien Xavier Vigna, L’insubordination ouvrière dans les années 68. Essai d’histoire politique des usines, Presses universitaires de Rennes, 2007.

3. À voir absolument : Christophe Cordier, Frères de classe, film documentaire, 52mn, 2004 (en accès libre sur le site des Utopiques). Lire aussi l’entretien qu’il a accordé aux Utopiques pour le numéro 7 du printemps 2018 consacré aux années 68 : « Remettre en mouvement les images de 68 »

4. Le Conseil national du patronat français (CNPF) est remplacé en 1998 par le Mouvement des entreprises de France, le Medef.

5. Ouvrier boulanger dès ses 12 ans, Jean Le Faucheur adhère à la CFTC en 1945. Il est un partisan de sa déconfessionnalisation en 1964 et figure emblématique du mai 68 briochin. Voir sa notice biographique sur le site du Maitron.

6. « Quand la CFDT voulait le socialisme et l’autogestion », Les Utopiques n°10, printemps 2019

7. Gilles Servat, An Alarc’h, 1972

8. Lire « Torr e Benn, casse-leur la tête » dans Contre-Vents, éditions Paraguay, 2021

9. Jean-Louis Le Tacon, Voici la colère bretonne, film documentaire, 62mn, 1972 (en ligne sur le site de la Cinémathèque de Bretagne)


À propos des comités de soutien

Frédo Krumnow, principale figure de la gauche CFDT de l’époque, syndicaliste authentiquement autogestionnaire et révolutionnaire, revient à partir de la grève du Joint Français en 1972 sur la question des comités de soutien. Une réflexion qui conserve toute sa pertinence.

« Si l’information diffusée sur le Joint français a rencontré un tel écho en Bretagne c’est qu’elle s’inscrivait parfaitement dans des luttes impliquant, à des degrés divers, presque toutes les couches de la population bretonne. […] D’où l’importance des initiatives partant d’une grève pour étendre la solidarité à d’autres couches de travailleurs ou de la population et appelant à une participation plus active à travers des manifestations de masse ou des arrêts [de travail] de solidarité.

Le phénomène de création d’un comité de soutien accompagne désormais presque toute grève de longue durée. […] Mais le rôle des comités de soutien ne s’arrête pas à la seule solidarité [matérielle]. Ce sont souvent eux qui interviennent, dans le développement de l’action au plan local ou régional, sur les dimensions politiques des problèmes d’un conflit. […].

Que des organisations politiques et sociales de gauche puissent se retrouver pour contribuer à donner toute leur ampleur à des luttes portant les préoccupations de la population d’une région laissée pour compte par le développement économique et social, qu’elles puissent s’associer dans une action reposant, avec force, un problème concret tel que celui de l’emploi ou de l’équipement social ne peut être considéré que comme une chose positive […].

Mais il faut distinguer entre cette action à dimension politique pouvant se développer hors de l’entreprise à partir de certains conflits et celle des travailleurs directement intéressés. […]

Nous n’accepterons jamais que la lutte des travailleurs en grève soit déterminée de l’extérieur par des interventions de groupes politiques.

Nous avons trop insisté sur notre volonté de mettre les travailleurs dans les meilleures conditions pour décider eux-mêmes après discussion collective de leurs revendications et de l’action pour tolérer que leurs décisions soient téléguidées de l’extérieur et que des groupes étrangers à l’entreprise et aux organisations syndicales interviennent dans leurs décisions. […]

Dès qu’un conflit se prolonge quelque part, apparaissent sur le terrain des équipes de militants d’extrême gauche pour diffuser leur analyse politique, pour essayer d’intervenir directement dans le développement des luttes. À l’affût des moindres faiblesses des organisations syndicales, ils ne manqueront pas de les dénigrer, chaque fois qu’ils le peuvent.

Présents comme la mouche du coche, prétendant être l’expression d’avant-garde de la classe ouvrière en lutte, mais créant en fait plus de difficultés à la lutte en cours qu’ils n’apportent de soutien, ces groupes d’intervention disparaissent en général aussi vite qu’ils sont apparus dès que la grève est terminée pour aller porter la “bonne parole” ailleurs, car il apparaît très clairement que l’intervention d’un certain nombre d’entre eux est itinérante et suit les conflits au fur et à mesure qu’ils surgissent ou s’arrêtent.

Inutile de dire que ce genre d’interventions n’a rien à voir avec la conception de la CFDT du syndicalisme de masse ou d’une action politique de masse telle que nous avons la volonté de la développer. Pour que le rôle d’un comité de soutien soit positif, il faut qu’un certain nombre de conditions soient réunies, et notamment son contrôle par les travailleurs en lutte. »

Texte repris dans Frédo Krumnow, CFDT au cœur, Syros, 1977

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier