Pour une rue Victorine Brocher à Orléans

Comme dans de nombreuses villes, il y a à Orléans une rue Thiers, du nom du bourreau de la Commune de Paris de 1871. La Commune a 150 ans et l’une de ses insurgées, l’internationaliste et libertaire Victorine Brocher (1839-1921) a passé son enfance à Orléans où elle a été élevée par sa mère, ouvrière lingère. Vive la rue Victorine Brocher !

Dans de nombreuses villes, les rues Thiers ont été débaptisées par celles et ceux qui entendaient honorer la mémoire de la commune de Paris de 1871 et de ses insurgé·es. Une pétition est lancée à Orléans pour que la rue Thiers devienne officiellement la rue Victorine Brocher. Elle s’adresse « à toutes et tous les progressistes et ami·es de la Commune ».

La biographie de Victorine Brocher dans le Maitron.

Victorine Brocher, Souvenirs d’une morte vivante, aux éditions Libertalia.

Le lien de la pétition : https://www.change.org/p/mairie-d-orléans-pour-une-rue-victorine-brocher-à-orléans


Pour une rue Victorine Brocher à Orléans !

Il y a à Orléans une rue Thiers, du nom du bourreau de la Commune de Paris de 1871 dont nous commémorons cette année le 150ème anniversaire.

Adolphe Thiers, l’homme du Parti de l’Ordre, a sur les mains le sang des milliers d’insurgé·es de la Commune massacré·es par les troupes versaillaises.

La Commune a 150 ans et c’est toujours aujourd’hui un idéal d’émancipation et d’égalité humaine pour toutes et tous.

La Commune a 150 ans et l’une de ses insurgées, Victorine Brocher (1839-1921) a passé son enfance à Orléans où elle a été élevée par sa mère, ouvrière lingère.

Cantinière et ambulancière lors de la Commune de Paris, Victorine Brocher est l’une des premières françaises à être membre de l’Association internationale des travailleurs.

Participante au Congrès anarchiste de Londres en 1881, cofondatrice de l’école internationale avec Louise Michel en 1886, elle publie en 1909 Souvenirs d’une morte vivante, ses mémoires de la Commune de Paris récemment rééditées aux éditions Libertalia.

Le massacreur et réactionnaire Thiers a suffisamment été honoré du nom d’une rue. Il est grand temps que l’internationaliste et libertaire Victorine Brocher le remplace. Nous ne voulons plus aujourd’hui de rue Thiers à Orléans : vive la rue Victorine Brocher !

visuel-victorine-orleans

[Cette pétition est proposée par le groupe de l’Union communiste libertaire (UCL) d’Orléans et les éditions Libertalia s’y associent. Elle s’adresse à toutes et tous les progressistes et ami·es de la Commune]

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.