Thiaba Bruni, Vice-Présidente du CRAN, assigne Florian Philippot en Justice

Lors d'un débat « sur le genou à terre des Bleus », Florian Philippot a qualifié la vice-présidente et porte-parole du CRAN, Thiaba BRUNI, de « raciste et d’ultra-racialiste pur jus ». Choquée par ces propos diffamatoires qui portent atteinte à sa réputation, Thiaba BRUNI a donc décidé d’attaquer en justice l’ancien bras droit de Marine Le Pen.

    Le mercredi 16 juin, durant le « Morandi Live » sur CNews, lors un débat « sur le genou à terre des Bleus », Florian Philippot a accusé Thiaba Bruni, vice-présidente du CRAN, d’être « raciste et d’ultra-racialiste pur jus », puisque le CRAN défend les Noirs.

Choquée par ces propos diffamatoires qui portent atteinte à sa réputation, Thiaba BRUNI a donc décidé d’attaquer en justice l’ancien bras droit de Marine Le Pen, car ces déclarations sont mensongères et portent gravement atteinte à son honneur et à sa dignité ainsi qu’à celles de l’association qu’elle représente. « Comment la vice-présidente d’une association qui se bat contre les discriminations faites aux Afro-descendants et pour l’égalité de traitement de tous les citoyens français peut-elle être traitée de raciste et d’ultra-racialiste ?», a déclaré Thiaba Bruni.

 
Si l’on suit Florian Philippot, Martin Luther King, Desmond Tutu, Nelson Mandela, Aimé Césaire, Frantz Fanon, Léopold Sédar Senghor, étaient tous « des racistes et des racialistes pur jus », puisque eux aussi parlaient des Noir(s)s et se battaient pour leur dignité. Par ailleurs, si l’on suit également cette logique scandaleuse, il faudrait également condamner comme « racistes et ultra-racialistes pur jus » le CRIF, l’UEJF et toutes les associations juives, qui luttent contre les discriminations que subissent les Juifs en France. On voit par là une fois de plus que l’extrême-droite essaie de jouer la stratégie du monde à l’envers : les vrais racistes seraient ceux qui justement luttent contre le racisme au quotidien.

 
« Est-il besoin de rappeler que cet individu a été le vice-président d’un parti qui a été condamné plus de 20 fois pour contestation de crime contre l’humanité, racisme, antisémitisme, provocation à la haine, à la discrimination et la violence raciale ? », a indiqué Thiaba Bruni.

La stratégie du monde à l’envers qui consiste à blâmer les victimes doit cesser. Face à ceux qui affirment que ce sont les femmes qui sont responsables des violences contre les femmes, que ce sont les homosexuels qui renforcent l’homophobie, que ce sont les Juifs qui ont énervé les nazis, que ce sont les Noirs qui sont les vrais « racistes et racialistes», il est temps de réagir. Cette action judiciaire a pour but de remettre l’extrême-droite le nez dans sa réalité malodorante. Dorénavant, le CRAN se réserve donc le droit de porter plainte contre quiconque proférera de pareils propos, et invite toutes les associations de lutte contre les discriminations quelles qu’elles soient à faire de même, pour éviter que ces discours odieux ne se propagent en toute impunité, au mépris des valeurs républicaines et humanistes auxquelles nous devrions être tous attachés.

 
Thiaba BRUNI
Vice-présidente et porte-parole du CRAN

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.