Les twitteurs racistes contre Miss France, Clémence Botino, entendus par la justice

Malheureusement, dans notre beau pays de France, l’égalité républicaine n’est pas toujours de mise. Où étaient Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à la lutte contre les discriminations, Laetitia Avia, Gérald Darmanin, Aurore Berger, Manuel Valls et tous les autres politiciens qui aujourd’hui font montre d’un antiracisme opportun et de circonstance dont le silence assourdissant.

Une fois encore, une fois de trop, l’élection de Miss France est entachée par des propos abjects, haineux et racistes. L’an dernier, Evelyne de Larichaudy, Miss Ile France et Clémence Botino, Miss France étaient les victimes d’un déferlement de tweets asiaphobes et afrophobes sur les réseaux sociaux mais malheureusement, force était de constater que personne à part le CRAN ne s’était indigné de ces mêmes propos ignobles qui touchent aujourd’hui April Benayoum, Miss Provence.

Tous les propos racistes sont condamnables et nous devrions tous autant que nous sommes les fustiger sans égard à la couleur de peau, les origines ou la confession religieuse de la victime. C’est pour ces raisons que le CRAN apporte tout son soutien à April Benayoum et réclame la plus grande fermeté contre ces tweeters anonymes qui jouissent depuis trop longtemps déjà d’une totale l’impunité.

Malheureusement, dans notre beau pays de France, l’égalité républicaine n’est pas toujours de mise. Où étaient Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à la lutte contre les discriminations, Laetitia Avia, Gérald Darmanin, Aurore Berger, Manuel Valls et tous les autres politiciens qui aujourd’hui font montre d’un antiracisme opportun et de circonstance dont le silence assourdissant, il y a un an à peine, résonne encore dans nos mémoires ? Pas un mot de compassion de ces mêmes politiciens à l’égard de ces 2 jeunes femmes lynchées sur les réseaux sociaux. Même la Licra, aujourd’hui si véhémente et prompte à dénoncer l’antisémitisme insoutenable qui s’abat sur Miss Provence, n’avait pipé mot car il semble qu’elle avait oublié qu’elle était censée lutter contre toutes les formes de haine raciale, même celles dirigées à l’encontre des Noir(e)s, des Asiatiques et des Arabes. Quant à Sylvie Tellier, présidente du Comité Miss France, elle fait mine aujourd’hui de découvrir le racisme qui frappe certaines Miss alors qu’elle ne pouvait méconnaitre ce phénomène récurrent que Sonia Rolland a été la première Miss à avoir le courage de dénoncer il y a 20 ans déjà.

« Cette indignation à 2 vitesses qui consiste à ne pas se sentir concerné par le racisme qui touche des victimes non-blanches est honteux et insupportable », a rajouté Thiaba BRUNI.

Grâce au signalement du CRAN auprès du Procureur de la République l’an dernier, certains auteurs de tweets racistes contre Evelyne de Larichaudy et Clémence Botino ont pu être identifiés et entendus par la justice, ils seront jugés prochainement. C’est la fin de l’impunité pour les twitteurs racistes. Il était temps !

Le CRAN est d’ailleurs entré en contact avec l’équipe de Sylvie Tellier, il y a plusieurs mois déjà, afin d’aider le Comité Miss France à mettre en œuvre une véritable stratégie de lutte et de protection des Miss contre la haine en ligne dont elles sont victimes. « Le comité Miss France et sa présidente, qui exposent ces très jeunes femmes au public, devraient, au premier chef, se sentir responsables et concernés par la violence des propos haineux qu’elles subissent », a affirmé Thiaba BRUNI. Cependant, il semblerait que la lutte contre le racisme n’entre pas dans les priorités du Comité Miss France et, pour l’instant, Sylvie Tellier préfère conseiller aux Miss de s’abstenir de lire les commentaires haineux. En prodiguant de telles méthodes, il est certain que le racisme a encore de beaux jours devant lui. Demander aux Miss de s’engager pour de nobles causes et les juger sur ce critère sans être capable soi-même de donner l’exemple est une belle preuve de courage de la présidente du Comité Miss France.  Après l’indignation, il serait temps d’agir madame Tellier.

Thiaba BRUNI

Vice-présidente et porte-parole du CRAN 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.