Municipales 2020 / un monde désordonné à la Salvetat sur Agout et sa CCMLMHL

La Salvetat sur Agout : un groupe identitaire sème le trouble à l'ordre public, met en émoi toute l’Occitanie (de Montpellier à Toulouse) la ruralité est gangrénée. La CCMLMHL est impactée. Élections municipales et communautaires 2020 : entre les partants, les sortants, les revenants, les arrivants, petit aperçu par le petit bout de la lorgnette de l’Omerta de ce petit monde.

Municipales 2020 / la Salvetat sur Agout

Concernant les élections municipales et communautaires de mars 2020, l’Occitanie ne se résume pas seulement  à ses deux métropoles que sont Montpellier et Toulouse. La ruralité,  fortement impactée, connaît aussi  cette  poussée ultra nationaliste et xénophobe qui pourrit le climat social en France, la pandémie de racisme sévit sur tout le territoire, et en cela, la petite commune de la Salvetat sur Agout  [un village  sous emprise blog Mediapart par Albertine Josépha, un maire à la dérive. ] est l’exemple typique de l’altération du  « bien vivre ENSEMBLE » !

Il  n’y a  qu’a prendre connaissance du  reportage  de France Bleu Hérault du 26 Aout dernier : « une Manifestation contre les brigandes à la Salvetat » . Ils diffusent une propagande qui est intolérable : raciste, xénophobe, antisémite, [audition de Pierre Pouëssel, préfet de l’Hérault par la commission d’enquête parlementaire) ] pour  espérer faire réagir les habitants :
« Comment on peut vivre sereinement à la Salvetat avec un tel groupuscule qui fait sa propagande sans que la mairie ne dise rien ?".  
Ou bien encore de lire les articles du Midi Libre du  18 octobre 2019 : «  L’OMERTA : Les Brigandes sèment la zizanie à la Salvetat », pour comprendre, malgré les affirmations du maire Thibault Estadieu, que : « NON, tout ne va pas très bien à la Salvetat ! »

Des élus "Taiseux"

Faut-il comprendre, que l’approche des élections municipales et communautaires de mars prochain, rendent ainsi les élus aussi  « taiseux »  eux pourtant  si prompts à répondre  aux sollicitations médiatiques ?

Analysons  ENSEMBLE, afin de comprendre la « gêne » ou le « sans gêne » des élus ou des ex-élus dans leurs déclarations où même leurs silences ont valeur de révélations.

  • Commençons par Madame Jacqueline Granier, non par bienséance mais parce que c’est la seule candidate déclarée pour ces élections municipales de mars 2020 : « Liste sans étiquette et sans Brigande »  précise-t-elle !
    Pourquoi donc de telles précisions de la part de cette ancienne conseillère municipale d’Estadieu ?
    Dame Jacquotte, marquise des Gorçolles se moquerait-elle des Salvetoises et des Salvetois ?
    Cette fan des brigandes, qui aurait bien aimé intégrer  le groupe musical des « salvetoises », s’est faite remarquer pour ses très mauvaises vocalises publiques. La marquise des brigandes aurait bien besoin d’un  examen psychologique pour disséquer l’état de confusionnisme dans lequel baigne ses neurones surtout lorsqu’elle déblatère sur l’esprit de tolérance que l’on devrait avoir envers les suprémacistes néo-nazi de Labruyère, adepte  de la théorie du "grand remplacement" ?
    La candidate Granier appréciant l’islamophobie chronique, l’homophobie criarde, l’antisémitisme crade, l’anticléricalisme vulgaire, l’anti républicanisme vomitif  qui suintent dans tous les clips vidéos de la bien triste troupe des elfes de Labruyère, le parolier directeur des brigandes, bien connu des services de police, de la MIVILUDES ainsi que de très nombreuses associations antiracistes et de défense des droits humains. 
    La candidate Granier s’étant clairement positionnée en de multiples occasions du coté d’une certaine droite radicale (j’ai conservé notamment une correspondance mail qui lève tous les doutes à son égard concernant  son racisme ordinaire) mais gardons un peu de vin ou d’eau de la Salvetat pour la soif  de la prochaine campagne électorale qui sera, à ne pas en douter, forcément outrancière et animée avec une telle candidate mais une candidature mortifère pour l’avenir de la Salvetat si le corps électoral se donnait à elle….
    Dame Granier, aux gênes qui gênent, a du mal à assumer son positionnement idéologique très proche d’une certaine droite radicale et extrémiste et c’est donc vouloir tromper les électeurs en se prétendant « sans étiquette ». 
    Saluons ironiquement, bien sûr, les vénérables personnalités qui vont avoir le « courage » d’être fichées sur une telle liste soi-disant « sans étiquette » .
    Sournoiserie  et tromperie : les deux mamelles salvetoises ! pourrait être l'intitulé de cette liste.

  • Robert Bousquet, le maire de Lacaune et président de la CCMLMHL (communauté des communes des Monts de Lacaune et de la Montagne du Haut Languedoc, déclare « ne pas avoir eu de plainte ou de doléance de la part de salvetois » et « s’en tenir dans ses déclarations, aux compétences de sa collectivité. »   
    On reconnait bien la langue de bois habituelle de l’élu qui botte en touche pour ne pas faire face à ses responsabilités. Assertions fausses du président Bousquet lorsqu’il déclare ne pas avoir reçu de doléances !
    Faut-il donc lui rappeler l’entretien qu’il m’avait accordé en 2018 concernant le « problème salvetois » ? 
    Faut-il donc encore lui rappeler que la communauté des communes dont il préside la destinée, avait octroyé une subvention de 3000 euros au comité d’animation touristique (C.A.T) de la commune de la Salvetat en 2018, et que c’est cette année là, qu’au centre d’art communal,  la municipalité salvetoise a parrainé une exposition sur « la mythologie nordique, la race pure non métissée», si chère aux chemises brunes hitlériennes par ceux qui se font appeler maintenant « la communauté de la rose et de l’épée ?
    Le vote de cette subvention n’était-il pas de sa compétence ou Monsieur le président Robert Bousquet a-t-il la mémoire sélective lorsqu’il s’agit de donner des réponses claires et nettes aux médias comme à ses administrés ?
    Ressentirait-il une « gène » certaine, à l’approche de ces élections de mars 2020  qui ne sont pas uniquement municipales mais aussi communautaires pour ainsi craindre de s’exprimer sur  « le problème salvetois »  afin que celui-ci ne vienne pas polluer sa possible réélection ?
    Le mariage (fusion) Lacaune (TARN) – La Salvetat (HÉRAULT), imposé par la loi NOTRe se déroule dans la confusion la plus totale.
    L’absentéisme des conseillers communautaires salvetois est notable, et le vice-président de la CCMLMHL, Monsieur Mialet, par ailleurs premier adjoint de Thibault Estadieu, maire de la Salvetat, est toujours aux abonnés absents depuis qu'il a déclaré à FR3 Occitanie :
    " Ce ne sont pas ces gens là [en parlant  du clan des brigandes /NDLR], qui nous pose problème mais la presse"
    Les « règlements de compte » communautaires se font par voies de presse (la dépêche : 1er couac en conseil communautaire)
    Un maire d’une commune héraultaise de la CCMLMHL, auprès duquel  je m’ouvrais pour lui demander ce qu’il pensait du « problème salvetois »  me répondit tout jovial : « Pendant que tu t’occupes d’Estadieu et de la bande des brigandes, tu nous fous une paix royale !»
    Il est vrai  que le président de la CCMLMHL est  assis sur une vrai poudrière : « la plateforme bois du camp Del Tour ».
    Son développement connait quelques « désagréments » et autres aléas. Là aussi une certaine « Omerta » est de rigueur de la part des élus, mais lorsque ça va « péter », il va se savoir que ça va coûter un pognon de dingues aux finances de la communauté des communes et accessoirement, ça pourrait couter cher aussi à la réélection du président " Dad-Robert" depuis qu'il a mis non pas sa culotte mais sa com-com à l'envers !
    Ceci en dit long sur le climat de Fraternité qui règne au sein de l’intercommunalité où la Salvetat pâtît d’une certaine forme d’ostracisme. Dans ce mariage « arrangé » par la loi NOTRe,  le couple Lacaune – La Salvetat  fait « Chambre à part » depuis que l’amour n’est plus dans les « prêts » sonnants et trébuchants d’une « dot (dotation)  en raréfaction ».
  • Les 2 élus d’opposition salvetois, Francis Cros et Didier Sénégas, ont certes fait le « JOB » en conseil municipal dans la défense des valeurs de la République et ont maintes fois souligné le danger de ces gens là, fichés par la MIVILUDES comme étant une secte et faisant l’objet d’un suivi des forces de police et de gendarmerie pour les nombreuses plaintes dont ils ont pu faire l’objet !
    Cela signifie-t-il  de leurs intentions de constituer une liste pour les prochaines municipales ?
    On ne peut faire pour l’instant que des supputations car les deux élus d’opposition refusent toutes déclarations aux médias.
    « Un bruit qui court », non pas sur France Inter mais sur la Salvetat, serait que Cros Francis aurait l’intention de se présenter à Fraïsse sur Agout où le maire actuel, André Bacou, ne se représente pas. Ceci  permettrait à Francis Cros de revenir siéger à la communauté des communes qui détient 80 pour cent des compétences depuis l'entrée en vigueur de la loi NOTRe au 1er janvier 2017.
    Absent de ce lieu de pouvoir depuis 2008, Cros laisserait-il ainsi à son adjoint, Didier Sénégas, le soin d’emmener une liste pour les municipales 2020 à la Salvetat sur Agout ?
    Fût-ce de Fraïsse ou de la Salvetat sur Agout, peu importe, revenir siéger à la CCMLMHL est pour Francis Cros primordial. Sa proximité avec Philippe Huppé, député LREM de la circonscription Héraultaise ainsi qu'avec Philippe Folliot, député Modem du Tarn, de même que les liens qu'il a su entretenir avec nombres de maires de la CCMLMHL, lui permettrait  avec de tels appuis, de viser la présidence  de la communauté des communes. Ceci ne serait qu'une première étape dans ce plan de carrière.
    En effet, en 2021, auront lieu les élections départementales. l'ancien conseiller général socialiste (1992-2015) ne manquerait pas alors de se porter candidat sur les terres électorales de Kléber Mesquida, l'actuel président socialiste de conseil départemental de l'Hérault, un lourd passif existant depuis fort longtemps entre les deux élus issus du PS.
    2020 / retour à la présidence de la CCMLMHL + 2021 / retour au conseil départemental =  la consécration d'une carrière (CQFD).
    Philippe Huppé, député LREM de la 5ème circonscription de l’Hérault, a dénoncé  « un flagrant délit d’apologie d’une idéologie et de gestes prohibés en France comme par exemple des saluts nazi » s’agissant des écrans télé diffusant depuis la vitrine de leur boutique les immondes clips des brigandes salvetoises, rendant dés lors le mutisme du président PS, Kléber Mesquida, d'autant plus assourdissant.
    Monsieur Jim Ronez, conseiller municipal à Fraïsse sur Agout est conscient de son implantation comme de son implication dans cette commune où il est né. le Fraïssignol est bien décidé, avec d’autres élus du conseil,  à constituer une liste pour les prochaines municipales.
    Et la gauche salvetoise dans tout ceci ? 
    Perdue dans ses différentes formes de militantisme et ses batailles d'égo, incapable de se fédérer entre la "préciosité" de certain-e-s, le pontificat d'autres, entre les "pas assez vert" et les "trop rouge", le front populaire de l'écologie cher à François Ruffin (député LFI) et Eric Piolle (EELV - aire de Grenoble) n'est pas prêt de se constituer à la Salvetat ! Entre découragement et écœurement, d'aucuns ont semble-t-il préféré jeter l'éponge comme Monsieur Pierre Amposta, éleveur Bio à la Salvetat, à l’instar de la lettre panache-salvetois qui cessera sa parution définitivement.

L’édile Salvetois, Thibault Estadieu : la fin d’une histoire salvetoise ?

Cette deuxième mandature de Thibault Estadieu se sera donc déroulée dans la douleur. Douleur peut-être pour lui-même mais enfantant une souffrance certaine pour un si joli village.
Celui qui voulait  redonner vie à la « démocratie salvetoise » aura en fait « plonger la Salvetat dans les profondeurs abyssales des ténèbres dont le village  aura du mal à se relever »
Thibault Estadieu, comme chaque année a tenu une réunion en septembre pour faire le bilan de la saison estivale 2019 et parler des projets pour 2020 ouvertes aux artisans , commerçants, associations locales et citoyens. Ainsi, concernant les projets pour la saison 2020, il a déclaré que ce serait une nouvelle équipe municipale qui aurait l’honneur de les mettre en œuvre, confirmant ainsi  qu’il ne se représenterait pas  en mars 2020.
Ainsi, le premier magistrat a créé un climat délétère à la Salvetat en libérant une parole malsaine qui donne une bien sale image de notre village, sans jamais réagir ni  condamner les troubles à l'ordre public que cette communauté sectaire a généré :

  • En laissant se développer un discours de haine diffusé par les elfes chantantes du guru parolier Labruyère, depuis 4 ans sur la commune,
  • En les laissant utiliser l'espace public (même en pleine période électorale) pour le tournage et la diffusion de leurs clips anti-républicains.
  • En parrainant leur exposition au centre d’art communal, en les laissant s’exprimer librement et sans contrainte  sur la voie publique.
  • En ne réagissant pas lorsque la communauté sectaire remet en cause le programme de l'éducation nationale, brule un manuel scolaire, et déclare l'école de République comme étant "totalitaire", déscolarise leurs progénitures et pire utilise leurs enfants  dans leurs clips vidéos afin de propager une idéologie nauséabonde.
  • En subventionnant leur association les pommes d’or, malgré les avertissements des conseillers municipaux, messieurs Cros et Sénégas
  •  En dérapant outrancièrement sur les réseaux sociaux  tel que Facebook,  en insultant les journalistes, les femmes, ou en diffamant le corps enseignant et notamment les professeurs de philosophie, les associations locales, divers administrés tout en jouant le playboy halé entre deux posts de couchers de soleil méditerranéen depuis son voilier, l’édile n’a cessé  de se déconsidérer aux yeux  de ses administrés tout en nourrissant une folle rumeur sur son « comportement ».
  • En vouant aux gémonies les associations citoyennes locales, sans jamais, jamais dénoncer le discours d’incitation à la haine raciale dont sont porteurs Joël Labruyère et ses brigands-es, et « en même temps » sans jamais, jamais pointer la responsabilité des troubles à l’ordre public dont se sont rendus coupables Joël Labruyère et sa communauté de la rose et de l’épée.
  • En utilisant à des fins partisanes et limite diffamatoires « son » bulletin municipal « le petit salvetois » pour disserter sur « l’humanisme » et la « tolérance »  dont la Salvetat devrait faire preuve envers la communauté des brigandes devenue son « fan club » depuis qu’il les a qualifié « d’artistes locaux de qualité », ces derniers ne manquent pas de venir l’ovationner depuis 4 ans, à chaque cérémonie des vœux de la municipalité.

            OUI, c’est pour tous ces points noirs là (et d’autres) que notre maire se retrouve dans la posture d’un François Hollande, c'est-à-dire dans l’incapacité de se représenter car dans l’impossibilité de fédérer autour de lui, une équipe de quinze personnes volontaires pour un 3ème mandat.
Thibault Estadieu de par ses différentes postures n’a jamais été  en fin ce compte,  le maire de « tous » les salvetois parce qu’il n’a jamais œuvré pour une certaine concorde villageoise; en accusant les autres des ses propres manquements à la fonction de premier magistrat d’une commune. En laissant bafouer les valeurs républicaines par une secte identitaire, il a permis que dans toute l’Occitanie et même au-delà , la Salvetat  ait une si fâcheuse réputation.
Les nombreuses démissions de conseillers, les refus de siéger des suivants de listes dont l’ancien premier adjoint du 1er mandat (2008-2014), monsieur Michel Brunet pour remplacer les démissionnaires, comme les absences répétées et régulières de certains élus qui refusent de participer aux conseils municipaux depuis deux ou trois années, en disent longs sur l’état de déliquescence de cette municipalité.
Craintif au verdict des urnes, les salvetoises et salvetois n’oublieront jamais sa complaisance envers des personnages plus que troubles qui  revendiquent leur fascisme.
Le premier magistrat en n’ayant jamais fait un rappel à la loi : « le racisme est un délit », a permis que l’image de notre village soit accolée à une telle idéologie. Personne  pour reprendre le flambeau bien peu flambart parmi ses adjoints ?
 Estadieu  sans bilan, préfère le « dépôt de bilan !»  
 À trop vouloir jouer le dandy,  à trop traiter les problèmes par-dessus la jambe, même si les écrans sont éteints, les mauvais esprits demeurent allumés et présents pour mettre le feu à notre si joli village….
Alors Chantons :
"à la pêche aux voix, voix, voix, voix, je peux plus y aller, brigand !
les gens de la ville, ville, ville, de l'urne m'ont dépossédé, brigand !
Une nouvelle municipalité  persévérera-t-elle encore à laisser libre cours aux provocations  de Labruyère et de ses sbires… ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.