Au vent si doux, je pleure...

Mieux justifier l'absence

Les rires si beaux des violons de cet été

Me donnent à chaque fois cette envie de gerber

Quand j'entends tous ces gens si heureux

Nous assurer que maintenant tout va mieux

On a vaincu le virus et tué la pandémie

On a éradiqué c'est sûr cette sale maladie

Et bientôt dans nos rues tous ces gens vaccinés

Iront dans l'entrain le plus beau au bureau  travailler !

Alors reviendra encore l'angoisse du pangolin

Qui verra sa forêt transformée en jardin

Qui verra à nouveau son milieu naturel

Ravagé par cette économie. si "belle"

 

On rejettera encore nos si nombreuses poubelles

Qu on oubliera, du silence, la poésie si belle

L'économie Anonyme re tuera par milliers

Tous ces beaux travailleurs qu'il faut bien rejeter   

Et parce que nous n'aurons rien appris 

Nous braderons encore la nature à vil prix

Laissant sous le bitume la misère

De ceux qui faute de terre, errent...

Il y a de ces victoires qui ne comptent pas leurs morts

Et qui dans l'euphorie ignoble, semble crier : ENCORE !

Salut donc au Général M qui nous promet la croissance

Pour de la poésie et du coeur nécessaires, mieux justifier l'absence !  

 

"Au vent si doux, je pleure. - dira le pangolin-

Les hommes trop prétentieux ne comprennent jamais rien

Mais ma nature va mal, moi même j'y meurs de faim 

Et bientôt même dans leurs poubelles, ils ne trouveront plus rien !"

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.